Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



AAA


Ces trois lettres ont fait rêver... Ces trois lettres ont fait vaciller le système financier.



AAA
Ce rating des agences de notation est le plus élevé. Il indique la qualité de crédit la plus rassurante …ou l’incapacité des agences de notations à anticiper.

Rappelons (mais qui peut l’oublier quand on vit au quotidien les conséquences de la crise financière) que la plupart des actifs qualifiés aujourd’hui de toxiques bénéficiaient tous ou presque de cette notation suprême avec la crise des subprimes.

Si les agences de notation se sont trompées si souvent avec des implications dramatiques, pourquoi ne pourraient elles pas encore se tromper ? Le sujet n’est pas d’actualité… de même que la fragilité des banques était volontairement ignorée avant la crise.
Les Etats se sont substitués aux banques. On n’a pas réglé le problème. On a juste transféré le risque en espérant que les investisseurs n’y verront que du feu. On sait déjà que des pays comme l’Irlande, la Grèce, l’Espagne, L’Italie, le Portugal sans même parler de l’Islande ont déjà basculé dans le camp des mauvais élèves.

Mais le cas qui m’inquiète est celui des Etats-Unis. Je sais ce qu’on va me répliquer : « Les Etats-Unis ? Too big to fail… ». Cette phrase combien de fois l’avons-nous entendu depuis deux ans. Pour AIG, pour Lehman, pour Bank of America et pour d’autres… Mais si on regarde les chiffres de prés, il n’y a plus aucune justification à laisser aux Etats-Unis la notation AAA. Et le raisonnement pour les Etats est faussé comme l’était le raisonnement pour les banques. On ne regarde que le « bilan » des Etats-Unis, il est mauvais mais pas désespéré…à un détail près.

On oublie une fois de plus les engagements « hors bilan ». Le gouvernement Américain garantit tout et n’importe quoi. Et continue à afficher un optimisme de façade sur les perspectives d’absorption de sa dette gigantesque. Comme les banques en 2007. La réalité c’est que les Etats-Unis ne pourront pas faire face à leurs engagements.
Ils devront dévaluer le dollar mais cela ne suffira pas. Ils devront également… renégocier leur dette. Scénario catastrophe ?
Non. Réalité objective. Les chiffres sont devant nous. Prenons la peine de les étudier. Ne pratiquons pas encore la politique de l’autruche. Si le problème est pris à temps, des solutions peuvent être trouvées.

AAA : Attention A l’Aveuglement.

AAA
Marc Fiorentino
Président d'EuroLand Finance
Gérant d'Allofinance
www.allofinance.com

Jeudi 14 Mai 2009
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News