Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



8ème CFO Global Business Spending Monitor d’American Express


Contraste entre optimisme du continent américain et attentisme européen.



Laurent Leloup
Laurent Leloup
- En Europe, une Espagne optimiste, une France plus sombre
- Fort investissement dans les fusions-acquisitions pour les Etats-Unis (40%)
- L’Inde, chef de file de la confiance (94%) et de l’emploi (78%)

Avec une reprise attendue aux États-Unis (pour 83% des personnes interrogées), les DAFs américains comptent parmi les plus optimistes du monde, ainsi que l’annonce la toute dernière étude d'American Express (NYSE: AXP) et de CFO Research, réalisée sur un échantillon de 565 DAFs ou cadres financiers issus d’Amérique du Nord, d’Europe, d’Amérique Latine, d’Asie et d’Australie. Une confiance des DAFs dans l'économie américaine qui ne fait qu’augmenter depuis 3 ans et qui atteint un seuil aujourd’hui, contrastant d’autant plus avec le constat d’une Europe aux multiples visages, illustrant des situations économiques complètement différentes les unes des autres sur le vieux continent.

Europe : une Espagne optimiste, contrastant avec une France plus sombre

Les prévisions de croissance sont très hétérogènes en Europe. Plus encore que l’an dernier, les directeurs financiers français avouent avoir perdu confiance en l’économie, avec seulement 29% d’entre eux misant sur une croissance économique en 2015. Témoins, 76% des DAFs français interrogés qui s’attendent à une baisse de l’emploi.

Face à ce constat, l’enquête a mis en lumière trois priorités phares relatives à l’emploi pour cette année :
- La formation aux employés afin d’améliorer leurs compétences (38%)
- L’embauche, de façon à accompagner la croissance de l’entreprise (29%)
- La réduction du turn-over et des coûts salariaux (29%)

En parallèle, les directeurs financiers français prévoient d’augmenter les investissements, principalement en matière de :
- Fusions et acquisitions (40%)
- Business intelligence et d’analyses (38%)

Si la France fait preuve de pessimisme, en Espagne, 81% des directions financières s’attendent à une expansion économique cette année (contre 69% en 2014 et 44% en 2013). L’Allemagne (67% vs 74% en 2014) et la Russie (55% vs 62% en 2014) envisagent tous deux des baisses moins spectaculaires. La confiance dans la croissance économique au Royaume-Uni semble être quelque peu retombée, probablement due au contexte électoral, trois quarts (74%) des personnes interrogées cette année prévoyant une croissance de l'économie britannique (vs 93% en 2014).

Royaume-Uni : les plus grosses progressions des dépenses et des investissements pour 2015

Concernant les prévisions de dépenses et d’investissements, les répondants européens prévoient une hausse de 8% en moyenne, quand le Royaume-Uni table déjà sur 11%, notamment dans les ventes et les activités marketing au Royaume-Uni (41% contre 25% en 2014) de même que dans le développement de nouveaux produits et services (41%), ou encore de fusions et acquisitions. L’Espagne, pour sa part, investira davantage dans de nouveaux produits ou le développement des services (47%), l'amélioration de l’efficacité des processus de production (44%), les ventes et le marketing (43%) et les nouvelles capacités de production (38%).

Espagne : les plus belles perspectives d’emploi d’Europe

En Europe, les directeurs financiers sont partagés et les avis divergent fortement selon les pays : 39% s’attendent à voir les taux d’emploi se dégrader et 30% sont plus optimistes. En Espagne, qui a souffert d'un taux de chômage élevé, 66% des répondants attendent une amélioration, tout comme le Royaume-Uni (41%) : ce sont les seuls pays de la région qui ont une attitude positive sur l'emploi. En revanche, l’Allemagne (44%), la Russie (60%) et la France (76%) anticipent plus de problématiques autour de l’emploi que d’amélioration. Le plus grand facteur affectant négativement l'emploi est la politique fiscale (40%) pour les répondants français et l'économie de leur pays (26%) pour les DAFs russes.

Tour d’horizon des autres continents :

Amérique du Nord : les Etats-Unis investissent dans les fusions-acquisitions quand le Canada se concentre sur le développement des ventes.

En moyenne, les répondants nord-américains s’attendent à une croissance de 8% des dépenses et des investissements. Au niveau local, la moyenne du Canada s’élève à 11% contre 7% aux États-Unis.

Les entreprises canadiennes, en particulier, se positionnent pour reconquérir des parts de marché et développer leurs ventes. La proportion de répondants canadiens qui prévoient d’accroître leurs investissements dans le développement de nouveaux produits et services a atteint 60% cette année, un bond de 17% par rapport aux chiffres initialement prévus en 2014. Une tendance qui se retrouve aussi dans les stratégies de stimulation des ventes et des activités marketing (45% des répondants canadiens cette année contre 24% l'an dernier).

Alors que 7 cadres financiers américains sur 10 indiquent que les résultats de leur entreprise sont meilleurs que l’an dernier, ils souhaitent s’orienter vers une politique de croissance différente avec des investissements dans les fusions et acquisitions pour 40% d’entre eux, soit 28% de plus qu’en 2014. De ce fait, les États-Unis sont l'un des rares pays où les répondants vont accorder autant d’importance à l'augmentation des investissements dans les fusions & acquisitions que dans la vente et le marketing (39%) ou le développement de nouveaux produits et services (36%).

Alors que l'économie américaine remonte progressivement, les cadres financiers canadiens, s’ils connaissent également une croissance, sont moins confiants vis-à-vis de leur situation économique que leurs homologues américains (73% en 2015, vs 62% en 2013, contre 83% aux États-Unis en 2015). Une prudence qui n’empêche pas le Canada de préparer les investissements à des niveaux encore plus élevés que les années précédentes. Ainsi, les perspectives combinées pour les Etats-Unis et le Canada font de l’Amérique du Nord une région qui sort du lot avec une économie et des entreprises qui tentent de se reconstruire en tournant la page de la crise mondiale.

« Alors que la confiance, qui n’est pas encore revenue en Europe, refait son apparition en Amérique du Nord, les directions financières sont à la recherche des meilleurs moyens de faire face à l'incertitude économique, à la volatilité des marchés et aux conséquences de la crise », a déclaré Susan Sobbott, Présidente d’American Express Global Corporate Payments. « De nombreux DAFs semblent adopter un comportement favorable aux investissements ciblés comme un levier d'expansion. » conclut Susan Sobbott.

En Amérique du Nord, 57% des fonctions finance continuent de tabler sur une hausse de l'emploi, les Etats-Unis en tête avec 61% (vs 44% pour le Canada)… Talonnant l’Inde (78%) et l’Espagne (66%) sur d’autres continents.

Quant à l’Amérique Latine, c’est une croissance économique faible qui est attendue (72% contre 79% en 2014, avec un Brésil qui illustre parfaitement cette tendance en restant optimiste malgré une perte de confiance significative en 2 ans (75% contre 100% en 2013) et des perspectives d’emploi qui restent encourageantes pour 60% des DAFs brésiliens.

Asie / Australie : l'Inde chef de file de la confiance dans l’économie quand celle de la Chine ralentit.

Plus des deux tiers des directeurs financiers en Asie / Australie (67%) prévoient une croissance économique (contre 70% il y a un an). Alors que l'Inde détient sans conteste le record de la confiance en l’économie (94%, contre 86% en 2014 et 78% en 2013), la Chine connaît une baisse ostensible de sa confiance depuis 2013 (78% aujourd’hui contre 94%) de même que Singapour a également connu une baisse (70 %, contre 82% l'an dernier et 78% en 2013).

L'Inde prévoit la plus forte augmentation de l'investissement et des dépenses en Asie et de l'emploi.

En moyenne, les répondants de l'Asie / Australie comptent sur une augmentation des dépenses et investissements de leur entreprise de l’ordre de 12%. C’est l’Inde qui, là encore, affiche la moyenne la plus élevée avec une hausse planifiée de 19%.

A travers la région Asie / Australie, les répondants s’attendent davantage à une amélioration de l'emploi (37%) qu’à son aggravation (23%). L'Inde est de nouveau en première position à l’échelle mondiale et demeure le plus enclin à anticiper une hausse de l'emploi (78%). La Chine (50%) et le Japon (29%) s’attendent également à une amélioration de l'emploi plus qu’à sa détérioration. Les seuls pays de la région qui tablent sur une diminution de l'emploi sont l'Australie, pour 39% des interrogés et Hong Kong (31%).

Téléchargez ci-dessous l’intégralité de l’étude “American Express/CFO Research Global Business and Spending Monitor”
(PDF 15 pages en anglais).
cfo_survey_2015.pdf CFO-Survey-2015.pdf  (5.5 Mo)

À propos du baromètre CFO
CFO Research Services interrogés 565 directeurs financiers à de grandes entreprises mondiales, à travers un large éventail de secteurs d’activités aux États-Unis, Canada, Amérique latine, Europe, Asie et en Australie. L’étude a été réalisée en ligne en décembre 2014 sur la base d’entretiens avec des responsables financiers.

À propos de CFO Research Services
CFO Research Services est le département études de CFO Publishing LLC, qui produit le magazine CFO, CFO.com et CFO conférences. Depuis plus de 25 ans, CFO Publishing, entreprise du groupe Seguin Partners, est considéré comme l’une des principales sources en matière d’expertise et d’information financière et a établi un relationnel avec plus de 500 000 cadres.

A propos d’American Express Cartes et Solutions Corporate
Fondé en 1850, American Express est un groupe international leader dans les services financiers et dans le voyage. A travers sa division Carte Corporate, American Express propose des solutions de paiement pour la gestion des frais de déplacements et toute une gamme de services BtoB dédiés à la rationalisation des process pour les transformer en leviers de contrôles et d’économies sur l’ensemble des familles d’achats et des dépenses de l’entreprise.
Récemment, pour répondre aux attentes de trésorerie des entreprises, American Express a pris une nouvelle dimension en développant des solutions de besoin en fonds de roulement, positionnant la marque non seulement comme un fournisseur de solutions de paiement, mais également comme un véritable partenaire financier des entreprises renforçant de ce fait leur relation fournisseurs.
www.americanexpress.com/corporate

8ème CFO Global Business Spending Monitor d’American Express

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 6 Mai 2015
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News