Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



87% des professionnels de la finance français pourraient envisager de changer d’employeur en 2010


La chasse aux talents dans le secteur financier est ouverte



Laurent Leloup
Laurent Leloup
Selon les résultats de la dernière enquête menée par eFinancialCareers.fr auprès de 741 professionnels de la finance travaillant en France, 87% d’entre eux ont l’intention ou pourraient envisager de changer d’employeur en 2010. Si les résultats de l’enquête sont de bon augure pour les chasseurs de tête, les entreprises devront faire face à un défi de taille dans les mois à venir : retenir leurs employés.

Selon l’enquête eFinancialCareers.fr, deux raisons principales motivent les professionnels de la finance à changer d’emploi en 2010 : leurs perspectives d’évolution limitées (pour 44% d’entre eux) et leur rémunération insatisfaisante (pour 41% d’entre eux).

Plus de la moitié des professionnels de la finance interrogés qui ont l’intention de changer d’employeur en 2010 ou qui pourraient l’envisager, chercheraient un emploi en France. Si près d’un tiers hésite entre l’Hexagone et l’international, 13% souhaiteraient un emploi à l’étranger. Les motivations principales de ces derniers sont une rémunération plus avantageuse (pour 47% d’entre eux) ou un poste plus intéressant (pour 37% d’entre eux) que ce que proposent les recruteurs en France. En ce qui concerne la destination, leur choix se porterait en priorité sur Londres, Genève et New York.

S’ils sont nombreux à songer à changer d’employeur en 2010, plus de la moitié (55%) pensent qu’il sera plutôt difficile voire très difficile de trouver un nouveau poste intéressant dans leur secteur. Avec un peu plus d’un quart (28%) considérant qu’il sera plutôt facile voire très facile d’accéder à un poste à la hauteur de leurs espérances, les professionnels de la finance français sont moins optimistes que leurs homologues britanniques. En effet, près de 40% des professionnels de la finance au Royaume-Uni pensent qu’il sera plutôt facile ou très facile de trouver un poste intéressant, selon une enquête similaire menée outre-Manche*.

Pourtant, 70% des professionnels français affirment qu’ils ont été contactés au moins une fois par un chasseur de tête ou un recruteur depuis le début de l’année. Près d’un tiers (32%) précise que ce nombre d’appels est plus important que l’an dernier à la même période. Ces chiffres sont en deçà de ceux enregistrés au Royaume-Uni où près de 80% des professionnels ont été contactés et où 43% l’ont été plus qu’en 2009.

La majorité des personnes interrogées se sont vues proposer un salaire plus élevé pour les inciter à changer d’employeur. Une augmentation de salaire (plutôt qu’un bonus plus élevé) est également l’outil le plus utilisé par les employeurs pour retenir leurs salariés. En effet, selon les répondants qui se sont vus proposer au cours du dernier trimestre des avantages pour ne pas quitter l’entreprise, les trois principales initiatives citées sont l’augmentation de salaire (qui l’emporte largement sur un bonus en cash supérieur), un titre plus valorisant et le financement d’un MBA, d’un autre diplôme ou d’une formation. L’accès à des horaires de travail plus flexibles ne se place qu’en quatrième position des avantages proposés.

Par ailleurs, l’enquête tend à montrer la détermination des professionnels à chercher un nouvel emploi. En effet, près des deux tiers (62%) indiquent que rien ne pourrait les dissuader de changer d’emploi en 2010 s’ils trouvaient une opportunité intéressante.

Selon John Benson, président et fondateur d’eFinancialCareers.fr, “La chasse aux talents est à nouveau ouverte et les institutions financières devront réfléchir à la manière dont elles pourront retenir leurs employés clés. La taxation des bonus a eu un impact sur les rémunérations et encourage les professionnels à faire monter les enchères. Selon les résultats de l’enquête, l’augmentation des salaires – plutôt que celle des bonus – est appelée à devenir un instrument important des institutions financières pour retenir leurs employés ”.

* eFinancialCareers a mené une enquête en ligne auprès de 703 professionnels de la finance basés au Royaume-Uni entre le 1er et le 12 mars 2010. Le communiqué de presse est disponible sur simple demande.

Méthodologie
L’enquête eFinancialCareers.fr a été réalisée en ligne entre le 23 mars et le 6 avril 2010 auprès de 741 professionnels de la finance basés en France. Les personnes interrogées travaillent dans différentes institutions financières (banques de réseau, sociétés de services financiers, sociétés de gestion d’actifs, boutiques corporate finance,…) Près d’un tiers a plus de 10 ans d’expérience dans le secteur financier.

www.eFinancialCareers.fr

Laurent Leloup


Jeudi 29 Avril 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


Livres Blancs




Blockchain Daily News


Cryptocurrencies