Digital & Decentralized Finance, Blockchain Daily News
              



85 %...


C’est le chiffre de la semaine, celui qui permet à la Grèce d’annoncer l’effacement « volontaire » de 105 milliards de dettes. C’est bien sûr une bonne nouvelle. Le ratio de dette sur PIB de la Grèce passe autour de 120 %, contre 160 % avant l’opération. Au-delà du soulagement ressenti par tous les acteurs du marché et de l’économie, il nous vient plusieurs remarques :



Eric Galiègue
Eric Galiègue
1/ Une telle opération d’effacement volontaire d’une grande partie de la dette d’un pays souverain de la taille de la Grèce est une première. Evidemment, c’est au terme de négociations particulièrement longues, très intenses, que les créanciers ont cédé, mais 85 % des porteurs d’obligations de droit grec ont accepté une perte actuarielle volontaire de 74 % de l’argent initialement emprunté par la Grèce. Le marché avait depuis longtemps fait son deuil d’une bonne partie de l’argent prêté, en affichant une décote sur les obligations grecques, de l’ordre de 80 %, selon les calculs que nous avons présenté début février. C’est une perte peu éloignée de la perte actuarielle entérinée par les obligataires…

2/ Les assurances de marché vont fonctionner, et normalement, correctement. En recommandant l’activation immédiate des clauses d’action collective, le gouvernement grec va forcer 15 % des obligataires qui n’ont pas répondu à l’offre à lui répondre favorablement. L’ISDA, l’organisme qui gère notamment les Credit Default Swaps (CDS), va qualifier cette situation d’évènement de crédit, et donc les CDS vont être activés. Leur montant net n’est pas considérable, puisqu’on parle de 3 milliards d’€ environ, en revanche les montants bruts sont plus importants. C’est un test majeur pour ces produits d’assurance non réglementés, mais qui fonctionnent pour l’instant sans problème. Les investisseurs qui ont payé une prime d’assurance seraient indemnisés de la perte subie : c’est normal…

3/ L’Allemagne a atteint son objectif : faire payer les porteurs privés de dette. Depuis le début, l’Allemagne demandait que le secteur privé contribue à l’effort pour la Grèce : l’objectif est atteint.

Dorénavant, la valeur nominale, initiale, de la dette grecque est portée majoritairement par des porteurs publics. Le FESF, le FMI, la BCE sont devenus les créanciers principaux de la Grèce, ceux qui vont apporter 130 milliards d’€, et probablement 50 milliards supplémentaires, selon les dernières rumeurs… Si tous les porteurs de dette grecque acceptaient de faire l’effort de renoncer immédiatement à 53% de leur créance, comme l’ont fait les porteurs privés, la dette grecque ne serait pas de 120% du PIB, mais de moins de 80%. Pourquoi, comme les porteurs privés, les porteurs publics n’acceptent-ils pas de « prendre leur perte » et ainsi de donner à la Grèce une chance de se sortir de l’engrenage du surendettement ?

Si la page du feuilleton grec se tourne « enfin », mais probablement pour quelques semaines ou quelques mois seulement, il ne faut pas oublier la réalité et l’urgence du vrai problème : la récession économique qui touche la Grèce et l’Europe du Sud. A ce titre, l’abaissement d’objectif de croissance en Espagne, et le relèvement associé du déficit public annoncé cette semaine, sont un problème majeur pour la crédibilité de l’Europe en général, au lendemain de la signature du dernier traité… Nous le disons depuis plusieurs mois, le risque actuel est surtout macroéconomique en Europe.


Investisseurs : nous sommes investis « normalement » sur les actions. Nous allègerons les actions sur poursuite de la hausse.

Spéculateurs : le CAC40 devrait poursuivre sa hausse la semaine prochaine vers 3530.

Tendances sur les taux et les devises : le taux des obligations allemandes est au plus bas de l’année et à 10 points de base du plus bas historique.

Tendances récentes sur les matières premières : le prix du pétrole a faibli cette semaine, comme le prix de beaucoup de matières premières industrielles.


Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Lundi 12 Mars 2012
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies



Finyear - Daily News