Quotidien Corporate & Crypto Finance, Blockchain Daily News


              



2014, l’année de l’action


Lettre hebdo du 31 janvier 2014.



Eric Galiègue
Eric Galiègue
Dans son exceptionnel discours sur l’Etat de l’Union, le Président OBAMA a dit : « Let’s make this a year of action ».

Finalement, c’est M. OBAMA qui a résumé peut-être le mieux notre scénario de marché : 2014 sera l’année de l’action. Le jeu de mots est facile et bien connu, mais nous ne résistons pas à le faire : 2014 sera l’année de l’action, de l’activité, à l’opposé de l’inaction; 2014 sera l’année de l’action comprise comme titre de propriété vs l’obligation, titre de créance. Le bilan que le Président OBAMA a présenté est très éloquent ; nous le représentons tel qu’il l’a dit dans son discours : « The lowest unemployment rate in over five years. A rebounding housing market. A manufacturing sector that’s adding jobs for the first time since the 1990s. More oil produced at home than we buy from the rest of the world – the first time that’s happened in nearly twenty years. Our deficits – cut by more than half. And for the first time in over a decade, business leaders around the world have declared that China is no longer the world’s number one place to invest; America is.
That’s why I believe this can be a breakthrough year for America. After five years of grit and determined effort, the United States is better-positioned for the 21st century than any other nation on Earth”.

Nous le disons depuis 18 mois, et c’est la base de notre optimisme et de notre scénario très favorable aux actions : les Etats Unis sont de retour, « America is back », comme le disait le Président Reagan il y a plus de 30 ans. Il se passe une sorte de miracle économique Outre-Atlantique ; la croissance accélère progressivement, sans inflation, sans que le dollar monte, sans hausse du prix des matières premières. Elle génère un assainissement budgétaire, mais elle génère aussi une insupportable hausse des inégalités : ce qu’il faut aussi retenir du discours sur l’Etat de l’Union, c’est « Give America a raise ». Le président OBAMA rejoint ainsi les politiques japonais qui ont demandé au patronat d’augmenter les salaires. Cette question est majeure. Gageons que, à nouveau, l’accélération progressive de la croissance permettra, via la hausse des salaires, une meilleure redistribution des revenus, indispensable au redressement de la demande finale.

Les USA mènent une triple reconquête : la reconquête de l’indépendance énergétique, la reconquête industrielle, et la reconquête immobilière. Cette reconquête est associée à la géopolitique globale : recentrage sur l’Asie, repli de la diplomatie en Afrique, et replis militaires en Afghanistan et en Irak. Elle a été menée par des généraux en chefs remarquables : le Président OBAMA et le président BERNANKE. C’est grâce à cette reconquête que la déflation sera vaincue : aux USA, comme dans le reste du monde, et de la même manière que l’inflation a été vaincue par les USA il y a plus de 30 ans.
Depuis un mois environ, les taux à 10 ans ont décroché de 3 % : ils valent 2.7 %, alors que les dernières statistiques confirment une croissance significativement plus forte que prévu. La Fed a logiquement annoncé la poursuite du « tapering » : désormais les achats mensuels d’actifs financiers sont limités à 65 milliards, contre 85 jusque novembre dernier. Les marchés financiers ont « digéré » cette décision cohérente de la Fed, alors que cette perspective les affolait au printemps dernier.

Plus que jamais, les marchés financiers sont dirigés par ce qui se passe Outre-Atlantique.
Certes, les « dégâts collatéraux » sont importants pour les pays émergents. La crise s’est aggravée, mais, selon nous, comme pendant l’été 1997, elle ne constitue qu’une bonne occasion, même anxiogène, de consolider pendant un ou 2 mois. Nous proposons aux investisseurs qui ne seraient pas investis en actions, d’acheter des actions si leur baisse devait continuer.
« Investisseurs : Nous surpondérons les actions sous 4 200 points. Toute baisse significative doit être mise à profit pour renforcer les positions en actions.

Spéculateurs : la stabilisation des derniers jours reste hésitante, le risque de revoir 4048 demeure.

Tendances sur les taux et les devises : la tendance est toujours légèrement baissière sur les taux des grands pays : les taux américains ont atteint 2.7 % et les taux allemands 1.6 %.

Tendances récentes sur les matières premières : les cours du pétrole ont remonté légèrement, les autres matières premières ont plutôt baissé.


Eric Galiègue
VALQUANT

171, rue Saint-Honoré - 75001 Paris
Tél. 01.58.18.37.50
Fax. 01.42.65.15.26

www.valquant.fr

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Lundi 3 Février 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finyear: latest news, derniers articles

Free Daily Newsletter / Newsletter quotidienne gratuite


Cryptocurrencies




Finyear - Daily News