Quotidien Finance Digitale, Crypto Finance Daily News


              



2013 : les défaillances d’entreprises françaises ont dépassé le pic enregistré en 2009


En un an, augmentation de +5,3% du nombre de défaillances et de +10,4% de leur coût financier



Laurent Leloup
Laurent Leloup
2013 : une année difficile pour les entreprises

Les défaillances d'entreprises sont fortement reparties à la hausse en 2013. Leur nombre et le coût financier qu’elles provoquent sont supérieurs à ceux de 2009, au plus fort de la crise. Ainsi, au total, 63 452 entreprises françaises ont été touchées en 2013, soit une augmentation de +5,3% par rapport à 2012 et +0,4% par rapport à 2009.

Ces évolutions préoccupantes méritent toutefois d’être nuancées. Tout d’abord, le taux de défaillances [1] reste stable (0,8%) et proche de celui d’avant-crise, grâce au nombre total d’entreprises toujours en progression. En outre, la hausse des défaillances en nombre est surtout marquée aux 2e et 3e trimestres alors que la fin de l’année enregistre une légère accalmie. Deux catégories d’entreprises sont particulièrement sujettes aux défaillances : celles de petites tailles (micro-entreprises +5,2%, TPE +5,8% et PME +8,2%) et les sociétés commerciales [2] qui représentent les deux tiers des défaillances. Enfin, la note positive vient du côté des ETI qui affichent une baisse de -4,9%, après une année 2012 particulièrement rude.

Le coût financier [3] associé aux défaillances atteint 4,82 milliards d’euros, en hausse de +10,4% par rapport à 2012 et de +2,5% par rapport à 2009. Celui-ci a dépassé son niveau de 2009 sous le poids des nombreuses défaillances des sociétés commerciales, beaucoup plus coûteuses (120 000 euros en moyenne) que celles des entrepreneurs individuels (2 500 euros en moyenne). Il est à noter que la hausse spectaculaire du coût depuis 2012 s’explique en partie par les défaillances de deux grands acteurs, FagorBrandt et Mory Ducros.

Le coût social progresse de +6,3% en un an, avec 211 716 emplois menacés, un niveau très proche de celui de 2009 (213 665 cas).



2013 : les défaillances d’entreprises françaises ont dépassé le pic enregistré en 2009
La distribution et l’électronique-informatique particulièrement touchés

Les secteurs de la distribution et de l’électronique-informatique affichent une forte hausse tant en nombre (+9,7% et +9,2% respectivement) qu’en coût financier (+60,2% et +46,3% respectivement), conséquence d’une demande atone et de la concurrence de l’e-commerce. Le secteur des services aux particuliers souffre aussi, bien que dans une moindre proportion (+6,1% en nombre et +6,3% en coût), car les ménages et les entreprises spécialisées restreignent leurs dépenses.

Contrairement à l’Allemagne et aux Etats-Unis, pas d’amélioration des défaillances en France en 2014

Pour 2014, Coface anticipe une stabilisation des défaillances en France à un niveau élevé. Le mois de janvier donne de timides signes d’optimisme, avec une baisse du nombre de défaillances de -7,7% et de leur coût de -6% par rapport à janvier 2013. Mais pour que les défaillances baissent de manière significative, il faudrait une croissance d’au moins +1,6%. Or cette année, la croissance française n’atteindra pas ce rythme (prévue à +0,6% par Coface), contrairement à d’autres économies avancées.

La situation est plus favorable pour les entreprises en Allemagne et aux Etats-Unis, où le minimum de croissance requis (1,7% et 2,4% respectivement) devrait être atteint cette année et ainsi permettre une amélioration notable sur le front des défaillances.

[1] Taux de défaillance : rapport entre le nombre de défaillances et le nombre d’entreprises
[2] Sociétés commerciales sont dotées d’une personnalité juridique et regroupent principalement les SA, SARL et sociétés civiles (par opposition aux entreprises individuelles qui sont propriété d’une personne physique)
[3] Coût financier des défaillances : cumul de l’encours fournisseurs de chaque entreprise défaillante

Téléchargez ci-dessous “Le Panorama Défaillances complet + focus sur le transport routier en France” (PDF 8 pages)


Laurent Leloup

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/newsletter

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur

Jeudi 13 Février 2014
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News