Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



2012 : pourquoi nous avons encore tout à apprendre de la crise


Le film 2012 donne le sentiment glacial que non seulement nous n’avons rien appris de la crise mais qu’elle légitime les comportements les plus vils.



Cyril Demaria
Cyril Demaria
Dans 2012, la survie vers le monde post-apocalyptique coûte la bagatelle de 1 milliard d’euros (la nouvelle monnaie de référence à Hollywood). Il est possible d’échapper à un crash d’Antonov grâce à une Bentley ; et à des gratte-ciels en perdition grâce à une limousine. Surtout, l’Afrique rescapée est le nouvel asile vierge de prédilection pour des Américains essentiellement blancs (le Président noir âgé meurt opportunément en milieu de film) en mal de massacre de leur nouvel environnement.

Voici en synthèse les valeurs défendues par la nouvelle super-production américaine présentée en Suisse. Non seulement le scénario indigent est un affront à l’intelligence des spectateurs, mais les valeurs du film, sous couvert de sentimentalisme et de bonne conscience pastelles, justifie la cupidité à outrance. 2012 fixe le nouveau barème de la valeur de la vie humaine : si vous n’êtes pas milliardaires (en euros, donc), vous n’êtes rien (sauf à être utile aux besoins imminents des super riches) et juste bons à être de petits personnages numériques suspendus à des vestiges en perdition du monde actuel.

Pire, le patrimoine culturel de l’humanité est dans 2012 sauvé sur un modèle à la Madoff : un financement privé secret (couvert par l’administration présidentielle), totalement illégitime (les promoteurs américains mentent aux Européens « pour leur bien «) et totalement cupide. Le Français découvrant au début du film le pot-au-rose de la « sauvegarde culturelle « est opportunément tué dans une explosion à la bombe sous le pont de l’Alma à Paris. Les oeuvres et les animaux sont sauvés sur un modèle biblique d’arches construites en Chine pour un reliquat d’humanité incapable de les apprécier. Les personnages du film sont plus intéressés par quelques automobiles dernier cri que par leurs contemporains soumis aux aléas géologiques. Ils ne versent aucune larme pour les populations n’appartenant pas au G8 - devenu de fait l’autorité hollywoodienne de remplacement de l’ONU.

2012 est le symbole en creux d’un espoir cinématographique : celui d’un retour aux productions avec des moyens raisonnables, de vraies histoires, des acteurs dignes de ce nom et un enjeu éthique ou moral supportant une réflexion et une action personnelles. Surtout, nous ne pouvons qu’espérer qu’il marque la fin d’une époque: celle de Enron-Worldcom-Madoff.

Dans le film, en rejoignant l’Afrique rescapée, les Américains vont devoir faire peau neuve. La vraie fin de 2012 est donc celle de la disparition des personnes censées survivre - à notre grand soulagement. La question est : le monde a-t-il changé après avoir frôlé l’apocalypse économique de 2007-2009 ?
* 360journal.com

Cyril Demaria
Passionné par la finance et l’innovation technologique, Cyril a développé une philosophie « hands on », comme analyste dans un fonds de capital-risque transatlantique à San Francisco et à Paris, puis grâce à ses expériences opérationnelles et en tant que fondateur de
Corporate Development Consulting , un cabinet de conseil en private equity. Il a contribué au développement de plusieurs jeunes pousses (Internet, télécommunications et logiciel). Cyril fut portfolio manager au sein du fonds de fonds d'un groupe d'assurance français, et est actuellement associate dans un fonds de fonds basé à Zürich.

Diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Lyon, d’Etudes Approfondies (DEA) en Géopolitique, d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en Droit Européen des Affaires, et d’HEC (spécialisation Entrepreneurs). Cyril est l'auteur de
Développement durable et finance (Maxima, 2004), le premier livre en français analysant le processus d'investissement selon des critères de développement durable. Il est aussi l'auteur de Introduction au private equity (Banque Editeur, 2006), et de "Profession business angel" (Banque Editeur, 2008).
 
Cyril Demaria
+41.79.813.86.49

Jeudi 19 Novembre 2009
Notez


Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News