Digital Finance, Cryptofinance Daily News | Innovation, Transformation


              



1929, 2008 : ressemblances et différences


Au fur et à mesure que la crise perdure (elle a commencé lors de l’été 2007), les observateurs avertis commencent à la comparer à la crise de 1929. Qu’en est-il exactement ?



1929, 2008 : ressemblances et différences
Il est vrai que la crise de 1929 a été également mondiale, après avoir trouvé son origine aux Etats-Unis, déclenchée par une spéculation boursière s’appuyant sur un crédit bancaire abondant et une économie florissante, en partie artificiellement, car prolongeant la période de reconstruction qui avait suivi la première guerre mondiale. L’inversion des anticipations à la suite du « jeudi noir » (24 octobre 1929) entraîna un effondrement boursier, comme en 2008, mais dans des proportions encore plus importantes. Toutefois, en 1929, le déclencheur fut bien une surélévation de la valeur des entreprises cotées en bourse, alors qu’en 2008, les PER d’avant la crise n’étaient pas excessifs (aux alentours de 15). Le déclencheur de celle-ci, c’est bien l’immobilier américain, surévalué et financé d’une façon excessive.

Si les causes sont différentes, le déroulement des crises de 1929 et 2008 présentent des similitudes.
Elles se sont toutes les deux propagées mondialement, des Etats-Unis vers l’Europe et ensuite, vers les pays émergents. Compte-tenu de l’accélération des transactions et l’intensification de l’interdépendance des économies, cette propagation est plus rapide aujourd’hui (6 mois) qu’en 1929 (3 ans). Autre point commun : la contagion de la crise financière à l’économie réelle, à travers deux phénomènes : la raréfaction du crédit et la chute du pouvoir d’achat (renforcée par un « effet de richesse » négatif : les pertes boursières).

Par contre, les modes de traitement de la crise sont différents.
En 1929, les Etats avaient laissé faire le marché, restant donc passifs devant la spirale de la récession. Il faudra en effet attendre 4 ans, avant que Franklin Roosevelt, élu en 1932, mette en œuvre des réformes (New Deal) et règlemente le secteur bancaire américain (Glass-Steagall Act et Mc Fadden Act). Aujourd’hui, les gouvernements sont plus réactifs, comme en témoignent le « package fédéral » de 700 milliards de dollars aux Etats-Unis et les plans d’action extensifs mis en place par les pays européens.

De ce fait, on peut espérer une sortie de crise plus rapide (d’ici 2 ans) et moins douloureuse : la crise de 1929, en plongeant l’Allemagne de Weimar dans le chaos (hyperinflation et chômage de masse), a permis l’avènement d’Hitler et ultérieurement, a déclenché la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, la croissance mondiale reste encore largement positive, grâce aux pays émergents, et devrait rester supérieure à 2% dans les deux années qui viennent, et cela d’autant plus que les prix des matières premières et du pétrole vont baisser, entrainant aussi une baisse de l’inflation et donc des taux d’intérêt.

Certes, la crise de 2008 sera plus longue et plus profonde que prévu, au départ. Mais nous ne sommes pas en 1929 et l’on peut trouver dans cette constatation des motifs d’optimiste.

Bernard MAROIS
Président Club Finance HEC

www.hec.fr

Lundi 20 Octobre 2008
Notez


DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par vinciane caire le 10/05/2010 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il est vrai que la crise de 1929 a été également mondiale, après avoir trouvé son origine aux Etats-Unis, déclenchée par une spéculation boursière s’appuyant sur un crédit bancaire abondant et une économie florissante, en partie artificiellement, car prolongeant la période de reconstruction qui avait suivi la première guerre mondiale. L’inversion des anticipations à la suite du « jeudi noir » (24 octobre 1929) entraîna un effondrement boursier, comme en 2008, mais dans des proportions encore plus importantes. Toutefois, en 1929, le déclencheur fut bien une surélévation de la valeur des entreprises cotées en bourse, alors qu’en 2008, les PER d’avant la crise n’étaient pas excessifs (aux alentours de 15). Le déclencheur de celle-ci, c’est bien l’immobilier américain, surévalué et financé d’une façon excessive.

Si les causes sont différentes, le déroulement des crises de 1929 et 2008 présentent des similitudes.
Elles se sont toutes les deux propagées mondialement, des Etats-Unis vers l’Europe et ensuite, vers les pays émergents. Compte-tenu de l’accélération des transactions et l’intensification de l’interdépendance des économies, cette propagation est plus rapide aujourd’hui (6 mois) qu’en 1929 (3 ans). Autre point commun : la contagion de la crise financière à l’économie réelle, à travers deux phénomènes : la raréfaction du crédit et la chute du pouvoir d’achat (renforcée par un « effet de richesse » négatif : les pertes boursières).

Par contre, les modes de traitement de la crise sont différents.
En 1929, les Etats avaient laissé faire le marché, restant donc passifs devant la spirale de la récession. Il faudra en effet attendre 4 ans, avant que Franklin Roosevelt, élu en 1932, mette en œuvre des réformes (New Deal) et règlemente le secteur bancaire américain (Glass-Steagall Act et Mc Fadden Act). Aujourd’hui, les gouvernements sont plus réactifs, comme en témoignent le « package fédéral » de 700 milliards de dollars aux Etats-Unis et les plans d’action extensifs mis en place par les pays européens.

De ce fait, on peut espérer une sortie de crise plus rapide (d’ici 2 ans) et moins douloureuse : la crise de 1929, en plongeant l’Allemagne de Weimar dans le chaos (hyperinflation et chômage de masse), a permis l’avènement d’Hitler et ultérieurement, a déclenché la seconde guerre mondiale. Aujourd’hui, la croissance mondiale reste encore largement positive, grâce aux pays émergents, et devrait rester supérieure à 2% dans les deux années qui viennent, et cela d’autant plus que les prix des matières premières et du pétrole vont baisser, entrainant aussi une baisse de l’inflation et donc des taux d’intérêt.

Certes, la crise de 2008 sera plus longue et plus profonde que prévu, au départ. Mais nous ne sommes pas en 1929 et l’on peut trouver dans cette constatation des motifs d’optimisme.

2.Posté par DUPONT Eric le 18/05/2010 11:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour plus de détails sur les similitudes entre la crise de 29 et la crise actuelle je vous conseille la lecture de "Lords of Finance: 1929, the Great Depression, and the Bankers Who Broke the World " écrit par Liaquat Ahamed.

L'analyse du rôle des banques centrales et des autorités de régulation est très éclairante.

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières


LE TRESORIER


Cryptocurrencies


Finyear - Daily News