Quotidien Fintech, levée de fonds, M&A
Financial Year Financial Year
 
 
Fintech, Blocktech, Greentech, Healthtech, Corporate Finance
              


Dimanche 31 Janvier 2021

+10,9%


Lettre du 29 janvier 2021 par Eric Galiègue - VALQUANT.



+10,9%, c’est la performance remarquable du fonds souverain norvégien. Au cours de l’année qui a vu la plus forte contraction du PIB mondial depuis la seconde guerre mondiale, le portefeuille de 1 035Mds€ géré pour le compte du peuple Norvégien, a augmenté sa richesse de plus de 101,5 Mds€ au cours de l’année 2020. Cette performance appelle plusieurs remarques.

Sur le poids du fonds : on sait que les politiques norvégiens ont décidé il y a 30 ans de constituer un fonds d’investissement national alimenté par la rente pétrolière dont ils savaient qu’elle allait progressivement disparaitre. De fait, la production de pétrole de la mer du Nord diminue, mais pas la taille du fonds d’investissement, qui représente aujourd’hui plus de 1 00Mds €, soit près de trois ans de PIB norvégien (362Mds € en 2019). Si la France disposait du même fonds, il représenterait 7 000 Mds € environ, soit entre 3 et 4 fois la capitalisation boursière du CAC 40. Il permet au gouvernement norvégien de financer les dépenses de « l’Etat Providence » et de compenser l’effet de la crise sanitaire sur l’économie nationale. En 2020, le fonds a reversé à l’Etat 28,2 Mds€, soit 7,8% du PIB national … Voilà un bel exemple de bon sens et de prudence réellement appliqué par des politiques responsables. La France en 1993 avait lancé un fonds pour financer le système national des retraites dont on savait qu’il allait rencontrer des difficultés financières. Le Fonds de Réserve pour les Retraite est aujourd’hui déjà sollicité et son encours de l’ordre de 35 Mds€ demeure largement inférieur aux objectifs initiaux. Il représente moins de 1,5% du PIB national…

Sur la performance à long terme des actions : le fonds souverain norvégien doit son excellente performance à son exposition aux actions. En effet, les allocataires du fonds ont décidé de porter la part action à plus de 70% ; en raison de l’effet marché, cette proportion atteint actuellement 72,8%. Les responsables de la gestion du portefeuille ont appliqué les règles bien connues de l’allocation ; en raison d’un horizon d’investissement de très long terme, qui réduit le risque, ce sont bien les actions qu’il faut favoriser. Elles génèrent la meilleure performance, pour des durées de portages de 10 ans et plus. En l’occurrence, ce sont les GAFAM qui ont fait la fortune du fonds en 2020 : la plus-value de plus de 40% sur les lignes technologiques a représenté 16 Mds€, soit les 2/3 du montant versé à l’Etat norvégien…

Sur la nature contracyclique de la performance des actifs financiers. Cet exemple montre que la nature contracyclique de la performance des actifs financiers est une bonne chose. En effet, c’est lorsque la sphère réelle est en contraction, que la sphère financière réalise de bonnes performances. La baisse des taux habituellement associée à la récession, fait monter le cours des obligations, ce qui exerce un effet d’entrainement sur les autres actifs. L’abondance de monnaie favorise la hausse du prix des actions. Même si le paradoxe est particulièrement marqué, mieux vaut une compensation des effets qu’une addition. Cela favorise l’équilibre de l’ensemble du système.

Sur le contexte des marchés en 2021. Les mêmes causes devraient produire les mêmes effets en 2021, au moins au premier semestre. Cette semaine, le FMI a confirmé que l’économie mondiale avait toujours besoin du soutien monétaire des banques centrales et budgétaire des Etats. Le président de la Banque Centrale des USA a confirmé que les dispositifs actuels restent en place, et qu’il n’envisage pas de « tapering » (réduction progressive du Quantitative Easing). Le regain épidémique est important et les décisions de déconfinement se multiplient en Europe. La situation d’hyperliqudité est confirmée, voire renforcée tant que la situation économique ne s’améliorer pas, ce qui est manifestement le cas. La contraction de l’activité sera compensée par l’expansion de la sphère financière. Du point de vue boursier uniquement, on ne peut s’empêcher de conclure que la crise sanitaire telle que gérée d’un point de vue monétaire et économique est le meilleur garant de la performance des actions. Le fonds souverain norvégien ne dira pas le contraire…


Investisseurs : Nous sommes normalement investis sur les actions pour un CAC 40 compris entre 5 268 et 5 673.

Tendance sur les marchés de taux et de devises : Les taux souverains européens ont légèrement baissé mais sont toujours dans la fourchette -0,3% / - 0,4% pour l’OAT France et -0,65% / -0,5% pour le Bund. Le taux des obligations du trésor américain reste au-delà de 1%.

Tendances récentes sur les matières premières : Le cours du pétrole se stabilise à 55$ pour le Brent, le cours des matières premières en général demeure dynamique

Eric Galiègue
Eric Galiègue

Eric GALIEGUE
Analyste financier indépendant,

Président de VALQUANT EXPERTYSE SAS
Membre de l'AFITE
Enregistré à l' ORIAS sous le N° 11059738

7 rue Greffulhe
75 008 PARIS
01 42 93 23 68
06 82 84 78 61
eric.galiegue@valquant.fr


www.valquant.fr






Finyear: latest news, derniers articles


Inscription à la newsletter

Flux RSS