Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Zoom sur la rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées (Ed. 2011)


Les rémunérations des dirigeants des sociétés cotées, hors CAC 40, retrouvent leurs niveaux de 2008.




ATH, association technique de cabinets d'audit et de conseil, publie la troisième édition de son ouvrage consacré à la rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées dans le cadre de son Observatoire de l'information financière.

Cette troisième étude a pour objectif d'apprécier l'évolution des rémunérations de ces dirigeants en 2010 et l'amélioration de la qualité de l'information financière.

Comme en 2009 et 2008, les niveaux de rémunérations constatés sont globalement corrélés avec les niveaux de chiffre d'affaires des sociétés et avec leur capitalisation boursière.

Mais il faut noter sur 2010, une augmentation significative de la rémunération totale et globale des dirigeants, notamment pour ceux des compartiments A et B et une légère baisse pour les dirigeants du compartiment C.

Comme en 2009 et 2008, l'étude ATH a été réalisée en partant des définitions de l'Autorité des Marchés Financiers (AMF) : rémunération totale, globale ou différée.

Rémunérations totales = fixes, variables, exceptionnelles, avantages en nature et jetons de présence

Zoom sur la rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées (Ed. 2011)

Les rémunérations moyennes totales d'un dirigeant du panel* s'établissent à :
- 880 Keuros pour le compartiment A, soit une augmentation de 11%
- 433 Keuros pour le compartiment B, soit une augmentation de 21%
- 219 Keuros pour le compartiment C, soit une baisse de 6%

Rémunérations globales = totales plus attributions d'actions ou d'options

Zoom sur la rémunération de 400 dirigeants de sociétés cotées (Ed. 2011)

En complément de leur rémunération totale, 37% des dirigeants ont bénéficié d'actions de performance ou d'options de souscription ou d'achat d'actions. Pour ceux qui en ont bénéficié, la valorisation moyenne ressort à :
- 637 Keuros pour le compartiment A (423 K€ en 2009 et 896 K€ en 2008)
- 242 Keuros pour le compartiment B (176 K€ en 2009 et 240 K€ en 2008)
- 119 Keuros pour le compartiment C (109 K€ et 104 K€ en 2008)

La valorisation moyenne des attributions d'options ou d'actions a fortement augmenté pour les dirigeants de l'ensemble des compartiments.

En termes de rémunérations différées, il faut noter que :
- 1 dirigeant sur 4 bénéficie d'une indemnité de départ (soit 26 %), soit autant qu'en 2009
- 23 % d'une retraite supplémentaire
- 13 % d'une indemnité de non concurrence.

Qualité de l'information sur les rémunérations

Les affaires liées aux rémunérations des dirigeants de grandes sociétés ont conduit à une inflation de textes - 8 réformes législatives en dix ans - assurant une meilleure transparence de l'information sur les sociétés cotées mais induisant aussi une complexité et une lourdeur administrative pour l'ensemble des sociétés.

Toutefois, les sociétés analysées ont globalement mieux respecté les textes et recommandations :
- en 2010, comme en 2009, 91% des sociétés du panel ont fourni des données chiffrées et comparables, ce qui tend à prouver que les entreprises se sont désormais appropriés les recommandations AMF et le code AFEP-MEDEF,
- 79% des sociétés du panel en 2010 pour 66% en 2009 et 32% en 2008 présentent l'intégralité des dix tableaux proposés dans la recommandation de l ‘AMF.

L'association ATH reconduit dans son étude quelques pistes de réflexion destinées à :
- préciser et harmoniser les concepts,
- rendre homogènes les périmètres des dirigeants concernés,
- éviter les duplications d'information,
- supprimer certaines obligations obsolètes,
- adapter certaines exigences au contexte des valeurs moyennes.

Elle rejoint ainsi directement les conclusions parues fin 2010 dans les rapports de l'AMF et de l'AFEP-MEDEF.

Pierre Godet, Président d'ATH, souligne que « l'information fournie est aujourd'hui largement codifiée et respectée ; le plus grand nombre d'entreprises s'est désormais approprié le code AFEP-MEDEF ; mais est-il raisonnable d'exiger le même niveau d'information pour toutes les sociétés cotées quelque soit leur taille alors même que l'on constate de la part de certaines d'entre elles une forte propension à opter pour l'Alternext.. »

Méthodologie de l'étude :
* Le panel est constitué de 163 sociétés et plus de 400 dirigeants, appartenant de manière équilibrée aux trois compartiments Eurolist hors CAC 40 et banques/assurances.

www.observatoireath.com

Mardi 11 Octobre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News