Une vraie bourse des PME aurait peut-être désamorcé la bombe à retardement des FPCI


La « Lettre-A.fr » du 16 décembre dernier rapporte la grogne montante des investisseurs en fonds communs de placement dans l’innovation et en fonds de proximité (FCPI et FIP) qui ne parviennent pas à trouver la sortie de ces dispositifs.




Alain Goetzmann
Alain Goetzmann
Ceux souscrits avant 2008 et qui arrivent maintenant à échéance ont vu leur valeur fortement amputée et plus personne n’en veut, sauf à des prix massacrés. Comme il s’agit de centaines de milliers de petits porteurs, Bercy et l’AMF sont naturellement inquiets.

Et si ces fonds avaient été investis en titres cotés ?

Compte tenu des sommes importantes souscrites depuis 2007 dans le cadre de la défiscalisation de l’impôt sur le revenu et de l’ISF, si, comme je le préconise, un tiers de ces fonds avaient été investis en titres de PME (<50M€ de chiffre d’affaires, <250 salariés, <43M€ de total de bilan) sur les marchés organisés par NYSE-Euronext (Marché libre et Alternext), il est probable que l’évolution aurait été différente.
En effet, les sommes levées entre 2007 et 2012 représentent probablement un peu plus de 4,5Mds d’€ ; si le tiers de ces sommes avait été investi dans des PME cotées ou avait permis des introductions en bourse, il représenterait aujourd’hui environ 15% des capitalisations du Marché libre et d’Alternext évaluées ensemble à 11 Mds d’€. Ce n’est peut-être pas un bouleversement mais c’est certainement le début d’un cercle vertueux puisqu’il est aussi probable que, dans la foulée, des liquidités en provenance des opérateurs habituels sur le marché secondaire se seraient elles aussi portées sur ces marchés.

Les souscriptions effectuées sur le Marché Libre et Alternext auraient alors eu deux conséquences majeures :
- D’une part, un effet « boost » et une attractivité améliorée pour beaucoup de PME, en mal de financement de leur croissance,
- D’autre part, en permettant aux souscripteurs de fonds de suivre directement l’évolution d’un tiers de leur investissement en toute transparence, un effet pédagogique lié au suivi plus étroit de l’évolution de leur capital.

Il n’est pas certain que ces mesures auraient amélioré la performance des fonds d’investissements mais au moins auraient-elles contribué à un financement transparent des PME et à l’amélioration de l’attractivité de marchés qui constituent aujourd’hui l’une des seules ressources de financement des PME.

 

Direction financière et stratégique
Levée de fonds, introduction en bourse, fusion-acquisition
Agrément CIF N° F000131 - Listing Sponsor sur Alternext
88 bis, avenue Charles De Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine

Mercredi 19 Décembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Finyear magazine


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Finyear évènements


Finyear livres Blancs



Finyear lettres métiers