Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Une étude alerte les entreprises sur les enjeux et les risques qui pèsent sur la fonction achats en période de crise


Une étude mondiale de BravoSolution montre que l’actuelle crise économique a fait naître des opportunités dans la sphère des achats des entreprises mais que bon nombre s’écartent des préoccupations de plus long terme.




La crise durable que traverse actuellement l’économie mondiale a provoqué un renforcement de la fonction de directeur des achats au sein des entreprises. Les stratégies mises en œuvre par de nombreux acteurs pourraient toutefois avoir des répercussions négatives au cours des 12 prochains mois. C’est, en effet, ce que révèlent les conclusions d’une étude présentée aujourd’hui par BravoSolution.

Cette étude, menée par le cabinet d’étude et de conseil indépendant Loudhouse, s’est intéressée aux points de vue de 400 directeurs et responsables des achats de grandes entreprises dans cinq pays différents (États-Unis, Royaume-Uni, France, Espagne et Italie). Elle montre que 74 % des entreprises concernées par l’étude ont vu la nécessité de réduire leurs coûts au cours des 12 derniers mois. Quarante-quatre pour cent des sondés s’attendent ainsi à une augmentation de la demande des programmes de réductions de coûts, tandis que 38 % envisagent une augmentation du pouvoir stratégique des directions achats dans les 12 prochains mois.

Soixante-dix-huit pour cent des professionnels des achats interrogés ont déclaré avoir bénéficié d’opportunités inattendues en raison de la crise économique. Cinquante et un pour cent estiment, par exemple, qu’ils se trouvent aujourd’hui dans une position plus favorable pour négocier avec leurs fournisseurs et 48 % déclarent profiter d’une plus grande souplesse en matière de révision des contrats en cours. Quarante pour cent ont, par ailleurs, noté que les impératifs de réduction des coûts et la pression de leur direction générale qui en résulte se sont accrus lourdement.

Évaluation des risques : des difficultés à prévoir
Des inquiétudes sous-jacentes pourraient déstabiliser la confiance actuelle des fonctions achats. Soixante-neuf pour cent des professionnels des achats n’ont, en effet, pas encore examiné l’impact des six derniers mois sur leur stratégie de Supply Management, ce qui les expose à d’éventuels problèmes à long terme. Parmi les 31 % qui ont évalué l’impact de la récente crise économique, près des trois quarts (72 %) ont décidé de procéder à des révisions de leur stratégie de gestion des fournisseurs, signe que les professionnels des achats doivent impérativement évaluer les risques induits par la récession s’ils veulent être en mesure de gérer efficacement les bouleversements à venir.

Parmi les professionnels des achats qui ont mis en place de nouveaux systèmes et de nouveaux processus dans le cadre de leur stratégie de gestion des fournisseurs au cours des 12 à 24 derniers mois, une large proportion fait état d’un retour sur investissement clair dans les six mois qui ont suivi . 41 % ont pu réaliser des économies grâce à une meilleure gestion de la performance des fournisseurs et 31 % ont observé des améliorations grâce aux modèles et aux outils d’eSourcing et ont noté des améliorations globales des processus au cours de cette période.

« À l’heure où les coûts doivent être réduits et les contrats avec les fournisseurs renégociés, les fonctions achats ont clairement un rôle prépondérant à jouer en guidant leurs entreprises dans le contexte économique actuel » explique Gérard Dahan, Vice Président Marketing et Communications du Groupe BravoSolution. « Notre étude montre, cependant, distinctement que de nombreux professionnels des achats poursuivent actuellement des stratégies à court terme qui pourraient induire des problèmes à plus long terme. Distraits par cette situation, les directeurs des achats négligent d’évaluer l’impact global que les six derniers mois ont eu sur leurs entreprises. Parce qu’elles auront fermé les yeux sur les risques à moyen terme et omis d’investir dans les performances des processus, de nombreuses entreprises vont être confrontées à des difficultés au cours des 12 prochains mois, et plus particulièrement au manque d’analyse de leur stratégie fournisseurs. »

« Les professionnels des achats se retrouvent dans une position unique en situation de crise économique. Ils sont soudain au centre de la stratégie de l’entreprise et voient leur influence augmenter en raison de l’instabilité des fournisseurs » commente Bruno Pillon, Directeur Général BravoSolution France. « Cette situation n’est toutefois pas inextricable. Si elles veulent construire des stratégies d’achats durables dans le temps qui leur permettront de faire face aux périodes plus difficiles, les grandes entreprises devront impérativement, dans les mois à venir, donner la priorité à la planification à long terme, à l’évaluation des risques et à l’innovation. »

Quarante pour cent des entreprises s’accordant à dire que les achats sont considérés comme un domaine dans lequel il est judicieux d’investir en temps de crise, la majorité des entreprises pourraient se trouver confrontées à des défis de budget interne au cours des 12 prochains mois. À peine 12 % des entreprises concernées par l’étude s’attendent à voir les budgets (opérationnels) dévolus aux achats augmenter en 2009/10.

« Si les directeurs des achats sont aujourd’hui en mesure de faire des économies de coûts grâce à des négociations acharnées, les performances de demain devront, quant à elles, être atteintes en faisant évoluer les stratégies commerciales et en s’attelant aux trois grands défis que posent les achats, à savoir les économies de coûts, la rapidité et la visibilité » ajoute Gérard Dahan. « Ignorer cet impératif rendra tout changement encore plus difficile dans l’avenir, d’autant plus que les services achats se verront mis au défi de faire plus avec moins. »

Cinquante-deux pour cent des sondés ont déclaré que la crise économique avait fait naître des obstacles qui les avaient empêchés d’atteindre leurs objectifs d’achats. L’instabilité des crédits des fournisseurs est arrivée en première position des défis à relever (29 %). Parmi les autres sources d’inquiétudes mises en évidence, on peut noter les faillites de fournisseurs (22 %) et le manque de confiance dans les négociations (10 %).

Cette étude, menée par le cabinet Loudhouse Research, a été réalisée à partir de 400 entretiens téléphoniques avec des professionnels des achats implantés au Royaume-Uni (100), aux États‑Unis (100), en France (65), en Espagne (65) et en Italie (70). Ces entretiens ont eu lieu aux mois de février et mars 2009. Les entreprises interrogées enregistraient toutes un chiffre d’affaires d’au moins 250 millions d’euros et 25 % d’entre elles affichaient un chiffre d’affaires supérieur au milliard de dollars. Ces entreprises géraient, en outre, des dépenses moyennes individuelles de 500 millions d’euros par an.

À propos de BravoSolution
BravoSolution est le leader européen et dans les 3 premiers fournisseurs mondiaux de solutions de Supply Management, grâce à une offre unique associant solutions logicielles, conseil stratégique et conseil opérationnel achat. Sa mission est d’accompagner ses clients dans l’amélioration durable de leurs processus et de leur performance achats.
BravoSolution en chiffres :
12 bureaux dans 8 pays (Italie, France, Mexique, Espagne, Royaume-Uni, Chine, Pays‑Bas et États-Unis) sur 3 continents ;
420 collaborateurs de 37 nationalités ;
400 clients dans 30 pays ;
200 plateformes e-sourcing livrées en mode SaaS
des solutions logicielles de Supply Management utilisées par plus de 20 000 acheteurs.

www.bravosolution.com

Lundi 20 Avril 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News