Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels


Le rebond du marché actions mondial s’explique en grande partie par les bonnes performances de certains secteurs, notamment celui de la finance et des cycliques.




Alors que l’on s’interroge sur la durabilité du rebond du marché actions qui a débuté depuis maintenant plus d’un mois, il est essentiel de réviser l’allocation des actifs de son portefeuille d’actions. Plus que jamais, une bonne diversification et une allocation pertinente de ses actifs, notamment au niveau sectoriel, sont nécessaires pour tirer parti des bonnes nouvelles récentes du marché et se couvrir d’un éventuel repli. Après 7 mois de baisse, 6 semaines de hausse

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels

Depuis 6 semaines, des performances disparates selon les secteurs
Si l’on prend la période qui couvre les 6 dernières semaines de hausse, nous constatons une dispersion des performances assez éclatée pour les secteurs avec un écart de 46,7 points1 de performance et plus compacte pour les zones géographiques avec un écart de seulement 15,1 points de performance. Fait positif marquant, aucune performance n’est négative malgré ces écarts.

Les performances, relativement homogènes, des zones géographiques s’échelonnent entre 29,5% pour la zone Asie-Pacifique et 14,4% pour le Japon. En revanche, certains secteurs se démarquent fortement, à commencer par le secteur financier qui affiche +53,6%. Plus globalement, les valeurs cycliques (consommation cyclique, produits de base, industrie, technologie…) surperforment les valeurs défensives (santé, services collectifs, consommation non cyclique, télécoms…). D’une certaine manière, on retrouve la thématique cyclique au niveau géographique avec les meilleures performances pour la zone Asie Pacifique et les marchés émergents, par nature plus risqués que les marchés développés.

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels

Quelques éléments d’explication du rebond des marchés actions

Un contexte très déprimé
Avant d’évoquer les facteurs explicatifs objectifs, il convient de rappeler que le rebond récent des marchés actions intervient après une chute historique des bourses mondiales et dans un contexte de très forte montée de l’aversion pour le risque. Au plus bas de début mars, le recul de l’indice MSCI Monde2 dépassait 50% par rapport au point haut de l’été 2007, portant son PER3, indicateur de l’appétit des investisseurs pour les actions, à son plus bas niveau historique. Dans un contexte de confiance aussi dégradée, il est courant d’observer des réactions de grande ampleur à une amélioration, même marginale, des fondamentaux du marché.

Des éléments rassurants pour le secteur bancaire
Les derniers mois ont été marqués par une amélioration progressive du secteur financier. Durant le premier trimestre 2009, plusieurs facteurs de soutien sont intervenus : adoption du plan Geithner au Etats-Unis, action énergique des grandes banques centrales des pays développés (au travers de mesures nonconventionnelles),premières publications des résultats des banques.

Un arrêt de la dégradation de la conjoncture mondiale, réhabilitant en premier lieu les secteurs cycliques
Sur le plan macroéconomique, quelques signaux encourageants expliquent certainement le retour en grâce des valeurs cycliques. Aux Etats-Unis, après une fin d’année 2008 catastrophique, des signes de stabilisation sont apparus au cours des derniers mois. Les enquêtes de conjoncture auprès des chefs d’entreprises (cf. graphique « Enquête ISM Manufacturier ») ont commencé à se redresser progressivement, à partir de niveaux certes historiquement faibles. Les ventes au détail ont cessé de s’effondrer et quelques signes de stabilisation du marché immobilier commencent à apparaître. Secteur après secteur, la reprise semble progressivement revenir avec pour premiers bénéficiaires les plus cycliques.

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels

Pour David Ganozzi, Directeur Général de la société de gestion de Fidelity à Paris, « L’analyse du rebond récent milite en faveur d’une allocation sectorielle bien diversifiée. Les secteurs suivent des cycles. Les plus dégradés hier peuvent performer demain, à l’instar des financières dans le cycle actuel. Il est donc essentiel pour les investisseurs en actions d’être présents sur l’ensemble des secteurs boursiers y compris sur ceux qui ont été pénalisés récemment. »

Une bonne diversification sectorielle est plus que jamais pertinente sur les marchés boursiers actuels

FIL Limited ("FIL") et ses filiales fournissent aux principaux marchés du monde des produits et des services d'investissement destinés aux particuliers et aux investisseurs institutionnels hors Etats-Unis. L'organisation FIL gère un total de 110,5 milliards d'euros d'actifs. (Source : Fidelity au 31.12.08). Les performances passées ne préjugent pas des rendements futurs. Les actions ne sont pas garanties et peuvent donc perdre de la valeur, notamment en raison des fluctuations des marchés. Fidelity fournit uniquement des informations sur ses produits. Ce document ne constitue ni une offre de souscription, ni un conseil personnalisé. Nous vous recommandons de vous informer soigneusement avant toute décision d'investissement. Toute souscription dans un compartiment doit se faire sur la base du prospectus actuellement en vigueur et des documents périodiques disponibles sur Fidelity.fr ou sur simple demande auprès de Fidelity. CP 04212. Publié par FIL Investissements, entreprise d’investissement agréée par le CECEI, 29 rue de Berri, 75008 Paris.

www.fil.com

1 Source : Datastream. Indices MSCI en Euros, dividendes réinvestis, du 09/03/2009 au 16/04/2009.
2 Exprimé en euros
3 PER : le ratio cours sur bénéfices donne une idée de l’appétit des investisseurs pour la classe d’actif actions

Mardi 28 Avril 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs