Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Un double mouvement de flight to quality


Traditionnellement alimentée par la baisse des actions, la baisse des taux du Bund a désormais un deuxième moteur, la défiance accrue des investisseurs à l’égard d’autres Etats de la zone euro. Les rendements à 10 ans devraient rester cantonnés outre-Rhin dans un couloir de fluctuation compris entre 2,50% et 2,80% à court terme.




Les rendements des emprunts d’Etat allemands sont tombés non loin de leurs plus bas niveaux historiques (autour de 2,60% à 10 ans) par un double mouvement de flight to quality. Ces titres ont en effet servi de refuge contre la baisse des marchés d’actions, comme d’habitude dans ce type de configuration, mais aussi contre la dégradation des dettes publiques réputées les plus vulnérables (Espagne, Italie, Portugal…). Cette évolution s’est faite pour une part sur le marché obligataire lui-même et pour une autre part sur le marché des futures. Cela cache mal le fait que beaucoup d'investisseurs finaux considèrent les taux actuels comme insuffisants, comme le montre le résultat très décevant de la dernière adjudication allemande : celle-ci n’a pas été couverte en totalité. On peut donc parler d’un double mouvement de flight to quality dans un marché de flux.

A long terme, l’isolement de l’Allemagne sur la scène politique mondiale et la décision de la BCE d’acheter enfin des titres sur le marché (et donc, de monétiser les dettes les plus fragiles) semblent écarter les risques déflationnistes, laissant la place à une augmentation des taux allemands. A plus court terme, en revanche, les marchés d’actions ne devraient se reprendre que graduellement et il ne faut pas attendre d’inversion rapide des mouvements de spreads. Le potentiel de remontée de l’euro est également faible. Du fait de ces différents facteurs, en dépit de la faiblesse des rendements, une remontée significative de ceux-ci semble peu probable pour l’instant.

En conséquence, les rendements allemands à 10 ans devraient rester cantonnés dans un couloir de fluctuation compris entre 2,50% et 2,80% à court terme.

Ce commentaire est signé Etienne Pourny, Président Directeur Général de Stelphia Asset Management.

Lundi 14 Juin 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs