Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française


Par Jean-Michel Bérard, Président du Directoire d’Esker (1).




Un chômage en hausse, des PME qui veulent recruter : le paradoxe à la française
Le chômage en France est un fléau que les pouvoirs publics tentent de combattre depuis plus de trente ans avec de nombreuses mesures aussi créatives qu’inefficaces. Plus particulièrement, le chômage des jeunes a toujours été au centre de leurs préoccupations : contrat de génération, contrats aidés, CIP, CPE… on ne compte plus les initiatives politiques pour faciliter l’accès des jeunes à un premier emploi.

Paradoxalement, les entreprises sont confrontées à un phénomène tout aussi complexe : dans certains secteurs, comme celui de l’informatique, le recrutement des profils débutants dont nous avons besoin devient chaque année plus difficile. La situation est telle que c’est devenu un réel enjeu pour les PME en France qui ne parviennent plus à trouver les collaborateurs dont elles ont besoin pour accompagner leur croissance.

Des recrutements difficiles, voire impossibles

Dans son nouveau baromètre "Tendance emploi compétence" (TEC), le Medef révèle que 4% des entreprises sondées ont abandonné leurs recrutements faute de candidats au dernier trimestre 2012. Un comble au regard du taux de chômage du pays et des annonces de plans sociaux. Aujourd’hui, avec un taux de chômage global de 10,8 %(2) en France, qui atteint les 22,7 %(2) chez les moins de 25 ans, on pourrait croire que les entreprises n’ont qu’à passer une annonce pour choisir leurs futurs collaborateurs. Pourtant, nous constatons tous les jours une disparité criante entre les profils disponibles sur le marché et les postes à pourvoir. Face à cette équation, ni les entreprises, ni les demandeurs d’emploi n’y trouvent leur compte. Et encore moins l’économie française.

Au sein d’Esker comme dans de nombreuses PME en France, notamment dans le secteur informatique, nous ne parvenons plus à attirer les jeunes diplômés issus des grandes écoles d’ingénieurs alors même que nous créons un nouveau poste tous les mois. Une grande partie des jeunes ingénieurs part désormais à l’étranger, ceux qui restent privilégient les grands groupes ou des secteurs plus rémunérateurs tels que la banque et la finance. Autant dire qu’une PME basée à Lyon, même en croissance constante et avec une forte présence à l’international, a peu de chance de trouver ses futurs collaborateurs et doit faire preuve d’ingéniosité pour attirer les candidats et pour ne pas trop souffrir de cet élitisme.

L’école 42 créée par Xavier Niel ou encore l’annonce, en avril dernier, par Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur, de nouvelles mesures pour faciliter l’établissement des étudiants étrangers en France sont autant d’initiatives qui vont dans le bon sens. Mais en attendant que ces projets portent leurs fruits, nous continuons à subir ce paradoxe qui nous coûte cher en croissance et en énergie dépensée.

Le marketing des ressources humaines ou comment rendre les PME françaises attrayantes

Face à cette situation, les PME doivent dégager beaucoup de ressources et de moyens pour attirer les ingénieurs informaticiens et les retenir, en étant de plus en plus inventifs et créatifs.

Aussi, au sein d’Esker, notre recrutement est organisé comme nos services marketing et commerciaux : cartographie de plus de 70 écoles d’ingénieurs et de réseaux d’anciens élèves, mise en place d’opérations de promotion avec certaines écoles, création d’un site web dédié, utilisation d’un outil de CRM dédié à la gestion des candidatures, participation à des salons, présence dans des jurys, approche directe des
candidats sur les réseaux sociaux comme LinkedIn ou viadeo.

A titre d’exemple, nous avons noué un partenariat privilégié avec l’INSA de Lyon au sein de laquelle notre DRH intervient régulièrement et dont nous sponsorisons plusieurs événements dont un « challenge Code » qui rassemble des étudiants pour coder pendant 24h.

Nous disposons également d’une personne dédiée à la recherche de profils sur les réseaux sociaux, ce qui représente un investissement important pour une PME comme la nôtre.

Faute de pouvoir afficher la même notoriété que les grands groupes, nous mettons en avant nos atouts tels que notre dimension internationale, notre taille humaine dans un environnement d’innovation et d’évolution permanentes, notre cadre de vie qualitatif ainsi que nos méthodes de développement agiles.

Avouons qu’il est tout de même absurde de devoir déployer autant énergie et de réaliser de tels investissements quand tant de jeunes ont du mal à trouver un premier emploi.

Un paradoxe total dans une économie où le taux de chômage ne cesse de croître, et qui révèle les inadéquations grandissantes entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi.

(1) Editeur de logiciels créé en 1985, Esker réalise 40,3 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 66% à l’international, ce qui fait d’elle une des PME françaises les plus présentes à l’international. Organisée comme une véritable multinationale, Esker compte plus de 20 nationalités au sein de ses effectifs dans le monde. Sur un effectif total de 160 personnes travaillant chez Esker en France, on dénombre 10 nationalités différentes. Pour faire face à sa croissance, Esker recrute aujourd’hui un développeur par mois.

(2) Source Eurostat – Février 2013


Mardi 25 Juin 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News