Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Trésorerie Longue : Mieux identifier les facteurs de risque


La volatilité d’un fonds de trésorerie est-elle un indicateur pertinent ?




Trésorerie Longue : Mieux identifier les facteurs de risque
La volatilité d’un fonds, présentée comme une mesure du risque, est en fait basée sur deux hypothèses très fortes. La première suppose qu’on a affaire a une dispersion normale des performances au sens statistique. La seconde revient à admettre que les événements passés peuvent nous éclairer dans l’appréhension des risques futurs, alors qu’on voit bien que des historique de performances, trop courts, ou simplement mal choisis, ne portent trace d’aucun accident de marché significatif.

Prenons l’exemple d’une stratégie d’investissement consistant à vendre des options, ce qui revient à encaisser des primes : la volatilité des performances est très faible…jusqu’au moment où survient un accident, aigu dans ce cas, puisque le risque de perte est en théorie sans limites. On pourrait aussi facilement montrer que deux fonds à la volatilité et aux performances strictement identiques peuvent avoir des profils de risque très disparates. Bref, la volatilité est un mauvais indicateur du risque, d’autant qu’elle ne dit absolument rien du risque de liquidité, qui peut prendre des proportions énormes, comme on l’a vu à l’été 2007 avec l’assèchement brusque des marchés de la titrisation.

Comment un investisseur peut-il appréhender plus finement le risque d’un fonds de trésorerie ?
On en revient toujours aux aspects fondamentaux : pour chercher quelques points de rendement au-delà de l’Eonia,
beaucoup de gérants monétaires ont actionné trois risques :
- le risque de taux en augmentant les maturités des portefeuilles,
- le risque de crédit en retenant des signatures de moindre qualité,
- le risque de liquidité, avec l’achat de papiers issus de la titrisation. Le recours à la titrisation, d’ailleurs, revenant à cumuler les trois types de risque.

En présence d’une surperformance, l’investisseur doit pouvoir identifier le ou les moteurs de performance utilisés, les sources de performance utilisées par le gérant afin d’analyser, ou de faire analyser, les facteurs de risques sous-jacents. Dans le cas, par exemple, des stratégies d’arbitrage d’obligations convertibles, largement utilisées par les gérants de fonds de la catégorie que nous appelons « trésorerie longue », c’est-à-dire des fonds diversifiés ayant une volatilité inférieure à 2%, on dispose d’une profondeur statistique telle qu’on peut se livrer à une analyse très fine des facteurs de risque.

Pourquoi cette catégorie de fonds retrouve grâce aux yeux des investisseurs ?
Les fonds dits de « trésorerie longue » font un retour en force pour plusieurs raisons : Tout d’abord, la rémunération du monétaire au jour le jour est trop faible et incite à reprendre du risque mais pas à n’importe quel prix ! Par ailleurs, l’offre de fonds s’est clarifiée et seuls les meilleurs gérants subsistent aujourd’hui, un gros travail a été effectué sur la réglementation et la classification allant dans le sens d’une meilleure protection de l’investisseur. Il est important de préciser aussi que les investisseurs eux-mêmes ont réalisé un travail en interne sur l’adéquation de leurs actifs avec leurs passifs...

Par exemple, beaucoup de trésoriers ont aujourd’hui mieux identifié les types de risque qu’ils prennent et ont conscience de l’amplitude des risques de leurs différents véhicules de gestion. J’ajoute à propos de cette catégorie que l’on a désormais des statistiques plus pertinentes qui prennent en effet en compte une crise de marché multiforme et majeure. Par ailleurs, dans la sélection de fonds comme dans le suivi, il est devenu banal qu’un trésorier demande à ses sociétés de gestion le portefeuille détaillé de tel ou tel fonds ou d’avoir recours à une société de conseil comme Seeds Finance quand il estime ne pas avoir les ressources suffisantes en interne pour procéder à une analyse détaillée de l’univers.

Trésorerie Longue : Mieux identifier les facteurs de risque

Par Vianney DUBOIS, Directeur, Seeds Finance

Extrait de TRESORERIE MAG' de mai 2010
Seeds Finance

www.seeds–finance.com

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne TRESOnews
www.tresonews.fr

Mardi 23 Novembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs