Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Tirer le meilleur parti des projets d’externalisation informatique


Forrester prévoit cette année une augmentation des achats de services de conseil et d’externalisation informatiques de 5,1 % en Europe, soit davantage qu’aux Etats-Unis. Le cabinet estime en effet le marché européen du conseil et de l’externalisation informatiques à 108 milliards d’euros en 2008.




Le même rapport révèle que les responsables des technologies de l’information en France, en Allemagne et au Royaume-Uni jouent la carte de la prudence. Ils prévoient en effet une augmentation de seulement 1,6 % des budgets informatiques totaux. D’après Forrester, leurs dépenses dépasseront pourtant cette estimation.


Selon Forrester, le marché français du conseil et de l’externalisation informatiques représentera 21,3 milliards d’euros en 2008. Face à ces chiffres, il convient de raisonner afin de tirer le meilleur parti des budgets…

En dépit des conditions économiques, les questions de conformité ainsi que de gestion et d’évolution des processus de middle et back-office stimulent la demande de changements et d’améliorations techniques. Les banques peuvent certainement limiter leurs coûts en externalisant ces processus, stratégie qui leur évite d’augmenter leurs effectifs. Une approche stratégique de l’externalisation peut également leur offrir une meilleure flexibilité, à savoir l’évolution des besoins de renouvellement du personnel au fil de l’évolution des opérations.


Obtenir une réelle valeur d’un projet d’externalisation ne signifie pas choisir l’option la moins chère. Avant tout, il s’agit de répondre aux questions suivantes : quels sont les besoins exacts de ce projet ? Quelle est sa complexité ? De qui ai-je besoin, où puis-je trouver les spécialistes et peuvent-ils travailler sur place en cas de besoin ? Est-il préférable de disposer de personnes sur des lieux différents, puis-je modifier leur répartition au fur et à mesure que le projet progresse? Compte tenu de tous ces critères, ai-je obtenu le meilleur prix compte tenu des exigences du projet ou seulement l’option la moins coûteuse?

Dans ce nouveau domaine, il convient d’être intelligent et rusé. Avant toute chose, il s’agit de recruter les personnes adéquates pour le projet, au bon endroit et au meilleur tarif. Dans le contexte actuel de volatilité, les institutions financières doivent obtenir le meilleur rapport qualité-prix pour leurs missions d’externalisation et bien comprendre les avantages potentiels offerts par une externalisation à la fois dans des pays proches et d’autres plus éloignés. Celle-ci pourra devenir un avantage concurrentiel pour les institutions financières françaises, mais uniquement dans ces conditions.

Par Martin Gatev, Directeur des Opérations, GFT France.


LES 4 P DE L’EXTERNALISATION
« Project, People, Price & Place »
GFT adopte l’approche des 4 P pour les questions liées à l’externalisation. Celle-ci consiste à examiner en premier lieu la nature et la complexité du projet, puis à évaluer le type de personnes qu’il nécessitera tout au long de son évolution. Les réponses aux deux premiers P détermineront les seconds P : le prix et l’endroit (Place). Pour le secteur bancaire, la combinaison de sites étrangers plus ou moins proches, par exemple au Brésil, en Espagne et à Londres, peut s’avérer très avantageuse : l’Espagne pour la direction du projet, le conseil et la conception, le Brésil pour le développement,
l’évaluation et l’assistance et enfin quelques personnes à Londres pour répondre rapidement aux besoins du front-office.

Les bonnes pratiques de l’externalisation

A faire
- Prendre le temps de considérer la portée du projet
- Envisager la création d’une équipe d’externalisation interne

A éviter
- Opter pour le tarif journalier le moins coûteux, envoyer le tout sans attendre aucun contact ultérieur
- Oublier les soi-disant frais cachés – temps de déplacement vers et depuis les destinations extraterritoriales, distraction de la direction et fatigue
- Ignorer les risques économiques, culturels et politiques


STATISTIQUES
Les achats de services de conseil et d’externalisation informatiques augmenteront de 5,1 %. Les services en général passeront de 103 milliards d’euros en 2007 à 108 milliards d’euros en 2008. – Forrester Research, « European IT 2008 Market Outlook », mars 2008. [Une feuille d’analyse de ce même rapport estime les achats de services informatiques en France à 21,3 milliards d’euros en 2008]

L’enquête menée par Forrester auprès des décideurs informatiques en France, en Allemagne et au Royaume-Uni en novembre 2007 au sujet de leurs prévisions d’augmentations de budget en 2008 a révélé la prudence des intéressés avec une hausse de seulement 1,6 % en moyenne - Forrester Research, « European IT 2008 Market Outlook », mars 2008.


[L’externalisation] a sauvé les services financiers et totalisait 4,5 milliards de livres sterling par an contre près de 2,5 milliards l’année précédente – Finextra, Deloitte « Global Financial Services Offshoring Report », 18 juin 2008. 83 % des entreprises ont atteint un rendement du capital investi de plus de 25 % - Financial Times, rapport Deloitte 2008 sur l’externalisation, réalisé par la division
Sociétés de conseil, 8 juillet 2008.

Le marché de l’externalisation des processus d’entreprise totalisera plus de 230 milliards de livres sterling en 2012—Sourcingfocus.com, rapport Nelson Hall, 13 juin 2008.

A PROPOS DE GFT
Le groupe GFT est un acteur majeur du Conseil et des Services Informatiques du monde, fort aujourd’hui de 1100 collaborateurs, d’une présence dans 9 pays sur 4 continents et d’un portefeuille de services unique, composé des divisions Services, Resourcing et Software.
La division Services délivre une offre globale de conseil, d’implémentation et intégration de solutions technologiques innovantes, de développement et de gestion applicative externalisés. GFT associe compétences approfondies du métier et des processus business dans ces secteurs à une forte maîtrise technologique et une grande expérience en matière de projets. Aussi le groupe est-il le partenaire informatique stratégique de nombreuses entreprises internationales de premier plan.
La division Resourcing est l’une des premières agences de recherche et de mise à disposition de spécialistes indépendants en informatique au service d’entreprises de tous les secteurs d’activité.
La filiale GFT inboxx GmbH, qui couvre toutes les activités du pôle Software du groupe GFT, développe des solutions (progiciels) innovantes dans le domaine de l’archivage numérique (mails, documents…), de l’optimisation des processus (BPM) et de la gestion de documents.
GFT a réalisé en 2007 un chiffre d’affaires de 247 millions d’euros. Le groupe, dont le siège social se trouve en Allemagne, a été fondé en 1987. L’action GFT (WKN 580 060) est cotée au Prime Standard de la bourse de Francfort et fait partie de l’indice GEX (German Entrepreneurial Index).
www.gft.com

Jeudi 2 Octobre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs