Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

The Financial Year Coffee - 9 avril 2014 (édition de 15H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

15H00

Aujourd'hui, Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque, vous propose son regard sur la conjoncture et les grands sujets du moment.

L’émission obligataire de la Grèce est un geste politique avant tout :

L’émission obligataire de la Grèce ne doit pas tromper les observateurs. Elle va porter uniquement sur des obligations à cinq ans avec un montant attendu de 2.5 milliards d’euros, Athènes prenant ainsi des risques limités. S’il avait été question d’obligations à 10 ans, qui font référence, il est probable que cette opération aurait été un cuisant échec et aurait reflété l’inquiétude persistante des investisseurs par rapport à la situation économique et financière du pays. En dépit de ce geste politique nécessaire pour rassurer une population aux abois, la Grèce n’évitera certainement pas un troisième plan d’aide international étant donné les défis auquel le pays fait encore face.

Où Manuel Valls va-t-il pouvoir faire des économies ?

Le discours de politique générale de Manuel Valls suscite l’espoir mais reste maintenant la question délicate du financement des mesures annoncées. Des économies importantes sur la sécurité sociale ont déjà été évoquées mais il est fortement probable que le gouvernement doive aussi s’attaquer à d’autres chantiers : la restructuration du réseau hospitalier, la réforme de la politique du logement et éventuellement un nouveau management de la fonction publique. La cohérence voudrait également que la réforme des retraites soit poursuivie pour être réellement optimale.

--------------------------------------------------------

10H00

Tech Stocks Rebound On Wall Street But Worries Over Inflated Valuations Remain As Q1 Earnings Kick Off

Wall Street’s rally Tuesday inspired most Asian bourses overnight, lifting European equities early Wednesday. US stocks rebounded in the previous session following three-consecutive days of losses – the S&P500 rose 0.4% to snap its three-day losing streak and more encouragingly, the tech-heavy Nasdaq index gained 0.8% after the index took a beating amid panic in the market over inflated valuations in the tech sector. Shares in Amazon, Facebook, Netflix, Google and LinkedIn all stabilised after being caught in the rout in US stocks.

That said, it would be unwise to say concerns about the stretched valuations in the tech space have eased – yesterday’s price-action appears to be value-hunters snapping up stocks on the dip. Big name US tech stocks are on astronomically high valuations with forward P/Es from the likes of Amazon at 547x, Facebook at 94x and Netflix at 160x – during the past few years, the low interest rate environment and waves of stimulus by the Federal Reserve gave over-zealous investors with an insatiable hunger for growth-focused [or momentum stocks] high-beta stocks to pile into the sector.

Investors jumped on tech stocks with compelling earnings growth prospects and innovative revenue streams in a race to buy into the next “Apple” or “Google” – this led a wave of high profile tech IPOs like Facebook, LinkedIn, Twitter. Tech companies which went public took advantage of the market conditions and the frenzy built up around their outlooks which fuelled the ballooning valuations. Investment banks fuelled the hype, booking hefty IPO fees for their part in helping to get tech companies to market – money managers indulged in the tech sector, buying high-beta momentum stocks for clients who all wanted to have a piece of that pie.

So, the correction in the tech stocks in recent sessions appears to be completely valid and healthy – it will go some way in flushing out the speculative bets and force investors to be a little more mindful about the US tech sector’s prospects, particularly now as we kick off the Q1 earnings season in the US. Poor earnings from tech companies will certainly now be amplified and valuations will again come under intense scrutiny – for that reason, expect further turbulence for the global tech sector.

Staying on US earnings season, Alcoa kicked off the proceedings after the US closing bell by reporting better than expected results which lifted the share price – encouragingly, Alcoa provided an optimistic aluminium market outlook. This week, we will see the release of bank earnings form JPMorgan and Wells Fargo – Citigroup Tuesday dampened the mood around the banking sector by warning on profits due to litigation costs.

Back in Europe, although the mood is largely upbeat with traders encouraged by the overnight price action in the US and for most Asian indices, the geopolitical tensions continue to curb upside momentum. The US accused Russia of fuelling unrest in the Ukraine as pro Russian rebels seized control of government buildings in three Ukrainian cities – the US warned that Russia was creating a pretext for military action by failing to destabilise the situation. This raises fresh concerns about military action by the US which could knock the wind out of the global economy.

Over in Japan, the Nikkei 225 index declined 1.7%, dropping for the third straight day on the back of remarks from Bank of Japan governor Kuroda who reckons the increase in the Japanese sales tax rate will eat away at economic growth this quarter but a rebound for the economy is expected in Summer 2014, essentially saying he does not think further stimulus measures are needed. That led to traders dumping Japanese equities in favour for the safe-haven yen; across other currency pairs, the USD a little firmer and euro steady. Gold futures up a touch while oil prices ease; core government bonds such as UK gilts and German bunds are softer as sentiment is still risk-on. Looking ahead, we have the FOMC meeting minutes which are likely to provide further clues over the Fed’s thinking regarding monetary tightening.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital
www.etxcapital.com

----------------------------------------------------------

9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed despite mostly higher markets in Asia and the US and Alcoa delivering a beat on both earnings and revenues for the past quarter.
While downside momentum has markedly slowed yesterday and European shares managed to come off the lows in late afternoon trading there hasn’t been much of a change in sentiment over the past 24 hours. Instead yesterday’s rally is mostly being considered as the result of short term sharply oversold market conditions which led to some slight bargain hunting and some profit taking by ‘shorts’ ahead of today’s release of the FOMC minutes.
At this stage it is too early to say if yesterday’s lows are indeed the lows for the current move or if markets currently only taking a breather before resuming their downward move.
Also still lingering in the background is the political situation unfolding in parts of Eastern Ukraine where Ukrainian forces have been clashing with Russian sympathizer during the past few days, with some fearing that there will be a repeat of what happened in Crimea only a few of weeks ago.
With all eyes on today’s release of the FOMC minutes tonight and US earnings expected to take centre stage in the days ahead, range-trading with a slight bias to the upside early on due firmer overseas markets and follow-through buying from yesterday’s late rally appears to be the likely scenario until there is more clarity what the Ukraine and US earnings is concerned.

Kind regards,
Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

------------------------------------------------------

9H00

Ouverture à l'équilibre dans un marché qui se cherche avant les minutes de la FED

Marchés Actions : Sur les marchés actions, Wall Street a clôturé principalement à la hausse hier, mettant ainsi fin à trois séances consécutives en territoire négatif alors que l’espoir de voir la Banque du Japon prendre de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire semble révolu après les déclarations de son gouverneur hier. Le Dow Jones grappille 0,06% à 16 256,14 points, tout comme le S&P qui engrange 0,38% à 1 854,96 points. Le Nasdaq profite d’un regain d’achat de valeurs technologiques pour s’adjuger 0,81% à 4 112,99 points. On notera que le S&P500, l’indice de référence des gérants de fonds, est repassé au-dessus de sa moyenne mobile à 50 jours qui se situe aux encablures des 1840 points. Parmi les fortes progressions, on retiendra notamment Amazon.com qui bondit de 2,93%, Yahoo de 2,3% et Linkedin qui s’envole de 5,9%. Néanmoins, nombre de valeurs vedettes, qui avaient performé au cours des dernières séances, se sont retournées limitant ainsi la progression du Dow Jones. Rappelons également que la saison des résultats trimestriels a débuté hier avec la publication de ceux d’Alcoa. Le premier producteur américain d’aluminium accuse une perte nette de 178 millions de dollars au premier trimestre contre un bénéfice de 149 millions un an auparavant. Les investisseurs attendent particulièrement les résultats de JP Morgan Chase et Wells Fargo vendredi prochain. Les bénéfices des sociétés du S&P500 sont attendus en légère hausse de 1%, bien en dessous des prévisions du début d’année qui tablaient sur 6,5%, par rapport au premier trimestre 2013. Le sentiment global des investisseurs reste que l’hiver particulièrement rude a fortement pénalisé les résultats des entreprises. Un peu plus tôt dans la journée, les principales bourses européennes avaient clôturé en légère baisse pour la deuxième séance consécutive dans un climat de prudence. Le CAC40 a cédé 0,25% à 4 424,83 points, le Dax 0,21% à 9 490,79 points et le Footsie britannique 0,49% à 6 590,69 points.

Ce matin, la bourse de Tokyo a fini en baisse de 2,10% à 14 299,69 points et le Topix de 2,05% à 1 150,44 points. La banque centrale japonaise a décidé mardi de ne pas modifier sa politique monétaire, tablant toujours sur une poursuite de la reprise économique en dépit du relèvement de trois points de la TVA intervenu le 1er avril. Les investisseurs ne sont pas dans un climat de confiance car il s’interroge sur cette politique monétaire et sur les conséquences pour le yen.

D’après les premières informations disponibles, les principales bourses européennes sont attendues stables ce matin à l’ouverture. Le CAC pourrait perdre 0,2% à l’ouverture, le Dax perdre 0,1% tandis que le FTSE pourrait grappiller 0,1%. Ce matin, les chiffres de la balance commerciale allemande sont sortis en dessous des estimations des analystes. On attendra également ceux de la Grande Bretagne dans la matinée.

Forex : Durant la séance de trading d’hier, la monnaie unique s’est largement renforcée face au billet vert. En effet, après une appréciation de près de 70 pips, les cambistes ont porté l’euro aux encablures des 1,38$ symboliques. Le délaissement du billet vert au profit de l’euro, découle de l’attentisme des investisseurs quant à un éventuel resserrement de la politique monétaire de la Fed. Par ailleurs, il semble que les cambistes ont toujours en tête les mauvais chiffres sur l’emploi US publiés vendredi dernier. Tôt ce matin, après une perte de vitesse dans son trend haussier, le cross EUR/USD est resté dans un range compris entre 1,3780$ et 1,3810$. Actuellement, la parité EUR/USD évolue en territoire négatif et pourrait rapidement casser les 1,37$.

Le billet vert s’est également affaibli face à la livre sterling. Hier, le cross GBP/USD affiche une appréciation de près de 140 pips soit, bien au-dessus de sa résistance 1 fixée à 1,6659$. A son plus haut le cross GBP/USD a atteint 1,6715$.

Le délaissement du dollar par les investisseurs a profité au yen. L’USD/JPY a reculé de près de 140 pips et est venu se négocier en dessous des 102,00 yens. Actuellement, le cross s’échange à 102,086 yens et tend vers son actuel pivot fixé à 102,146 yens.

Matières premières : En ce qui concerne les cours des pétroles, le West Texas Intermediate recule depuis son plus son plus haut niveau atteint en un mois, après la publication d’un rapport de l’industrie montant que les stocks de brut ont augmenté aux Etats-Unis, le pays le plus grand consommateur de pétrole au monde. Le Brent restait stable à Londres.

Les contrats à terme reculent de 0.4% à New York à la suite de la déclaration de l’American Petroleum Institute, indiquant que les stocks de pétrole brut ont augmenté de 7.08 millions de barils la semaine dernière. Les investisseurs attendent aujourd’hui les données du gouvernement dont le consensus prévoit une hausse de 750 0000 barils, selon un sondage Bloomberg.

Le contrat future WTI à échéance Mai 2014 a perdu jusqu’à 41 centimes à 102.15$ le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange. Le contrat est grimpé de 2.12$ à 102.56$ la veille, un niveau presque au plus haut depuis le 7 Mars. Le volume de tous les contrats à terme négociés ont été d’environ 21% inférieurs à la moyenne sur les 100 derniers jours.

Ce matin, le Brent et le WTI affichent un prix en baisse.

Le prix des métaux précieux évoluent de manière mitigée ce matin. Même si la cours de l’or a progressé depuis le mois de Janvier, les anticipations sur les mois venir sont plutôt orientées à la baisse. La banque Morgan Stanley avait d’ailleurs donner ses prévisions sur le cours de l’or au mois de mars : la banque annonce une baisse de 11.6% à 1 160$ l’once sur l’année 2014 et de 12.5% à 1 138$ l’once pour 2015. Le métal jaune gagne 0.44% à 1 313.40$ et l’argent reste relativement stable. Les investisseurs attendront aujourd’hui le procès-verbal de la réunion du FOMC en fin de journée.

L'équipe Saxo Banque
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

7 avril 2014

CHOLET DUPONT - Stratégie d'investissement de Vincent Guenzi - Avril 2014

Au mois de mars, les marchés actions ont fait preuve à nouveau d’une grande capacité de résistance aux mauvaises nouvelles. Les moments d’inquiétude créent des opportunités d’achat. Les marchés obligataires n’ont pas démérité non plus. Cependant, nous constatons des évolutions divergentes qui reflètent les mutations en cours dans le monde. Découplage économique entre pays développés et émergents, divergences de politiques monétaires : faut-il s’en inquiéter ? Cela nous semble un peu excessif et tout cas prématuré. En revanche, nous en tirons toujours les mêmes conclusions dans notre allocation stratégique en préférant les actifs européens.

Quels faits marquants retenir du mois écoulé ?

La crise ukrainienne ne s’est pas transformée en affrontement Est/Ouest mais la plaie n’est pas cicatrisée et la défiance demeure de part et d’autre.

En zone Euro, Matteo Renzi, Président du Conseil italien, continue à donner des gages de politique réformatrice audacieuse. En France, le désaveu des électeurs souligne l’impasse dans laquelle se trouve le Gouvernement socialiste. Le remaniement ministériel intervenu ne confirme pas encore la réorientation de la politique économique annoncée par le Président de la République. Au vu de notre déficit budgétaire incontrôlé, la Commission européenne n’est pas prête à nous accorder des délais supplémentaires pour nous réformer. L’heure de vérité approche. Mais nos créanciers internationaux anticipent que notre pays devra et saura faire face à la nécessité de se réformer. Acceptons-en l’augure.

La croissance mondiale est bien orientée, en voie d’amélioration dans les pays développés (avec un bémol au Japon). Le ralentissement des pays émergents va-t-il se poursuivre et peser sur la croissance des pays développés ? Non, car il est trop modéré, d’autant que la Chine, principal enjeu, peut adopter des mesures de relance pour stabiliser sa croissance. Par ailleurs, le renforcement de la croissance domestique des pays développés peut largement compenser la réduction des exportations vers les pays émergents. Il stimulera également les exportations de ces pays. Il ne faut donc redouter ni un ralentissement généralisé ni un fort découplage entre le Nord et le Sud.

L’évolution divergente des taux longs en Allemagne et aux Etats-Unis nous semble devoir être davantage surveillée. En Europe, les craintes de déflation ont contribué à faire baisser les taux allemands et à pousser la BCE dans ses retranchements. Un quantitative easing à l’européenne serait même déjà prêt en cas de nécessité. Une stabilisation des taux allemands serait de nature à tranquilliser les investisseurs.

Aux Etats-Unis, l’évocation du calendrier de hausse des taux courts par les Gouverneurs de la FED, sert naturellement à préparer les marchés à cette issue inexorable. Mais toute erreur de communication peut être dangereuse à court terme (cf. l’allocution de Bernanke en mai 2013). Si nous n’attendons pas de hausse des taux courts avant mi-2015, nous constatons que son évocation fait remonter les taux longs et provoque une baisse des actions les plus chères aux Etats-Unis (sur le Nasdaq par exemple) ou en Europe. Heureusement, la Présidente de la FED semble être aussi prudente que son prédécesseur et les décisions de la FED resteront pragmatiques.

Nous en toujours tirons les mêmes conclusions dans notre allocation stratégique. Nous conservons une opinion Surpondérer à moyen terme sur les actions des pays développés, en privilégiant les actions européennes à court terme : les valorisations des actions sont moins tendues et la politique monétaire sera accommodante plus longtemps.

Nous n’avons pas modifié nos objectifs pour les indices actions. Les marchés européens semblent pouvoir sortir par le haut de leur période de congestion. Le potentiel des indices américains à moyen terme est moins important. Mais ils pourraient compenser ce handicap par une hausse du dollar qui reprendra inéluctablement.

Nous maintenons une opinion neutre à négative à moyen terme sur les actions des pays émergents, en relevant l’opinion court terme à neutre car le rebond technique en cours n’est pas terminé.

Ce redressement pourrait provoquer une stabilisation ou une reprise technique des actions européennes qui ont souffert de la détérioration des pays émergents. Mais, à moyen terme, ces valeurs pourraient à nouveau sous performer quand la hausse des taux long s’accentuera. C’est pourquoi nous maintenons notre préférence (voir page 9) pour les secteurs plus domestiques, plus cycliques et moins bien valorisés, pour la zone euro et aussi pour les petites et moyennes valeurs. En Europe, nous avons réduit à Neutre les secteurs Media et Télécoms dont l’orientation devient plus hésitante. Le meilleur comportement du secteur Pétrole le ramène de Sous pondérer à Neutre.

Notre position reste globalement neutre ou sous-pondérée sur les produits obligataires. Nous recommandons encore les emprunts d’Etat d’Europe du Sud, les obligations d’entreprises européennes, convertibles ou à haut rendement. Nous relevons à neutre la position à court terme sur les obligations émergentes, qui bénéficient également d’un rebond technique. L’absence de fermeté du dollar a pénalisé jusqu’à présent les obligations d’entreprises américaines et justifié notre position neutre. Une appréciation du dollar, qui devrait reprendre dans les prochains trimestres, rendrait ces produits plus attractifs.

Achevé de rédiger le 7 avril 2014

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

Altran acquiert le société néerlandaise TASS 09/04/2014
Etude Ernst & Young: The right combination: Managing integration for deal success 09/04/2014
Visiativ annonce l’enregistrement de son document de base dans le cadre de son projet d’introduction en Bourse 09/04/2014
E-loue boucle une levée de fonds de 2 M€ 09/04/2014
Publicis Groupe poursuit son expansion en Afrique du Sud avec l’acquisition de OwenKessel 09/04/2014
Industries & Finances Partenaires vient de lever 135 M€ pour son 3ème fonds dédié à la consolidation sectorielle de PME 09/04/2014
Interview SA rejoint Eloquant 09/04/2014
Tapvalue, assistée par Axten, finalise un 1er tour de table 09/04/2014
Sofinnova Partners investit 8,5 M€ dans la société américaine RefleXion Medical 09/04/2014
Projet de rapprochement amical de Sopra et de Steria pour créer un leader européen de la transformation numérique 08/04/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

L’inflation annuelle dans la zone OCDE baisse à 1.4% en février 2014

Entre février 2013 et février 2014, les prix à la consommation ont augmenté de 1.4% dans la zone OCDE, comparé à 1.7% entre janvier 2013 et janvier 2014. Ce recul de l’inflation annuelle est principalement la conséquence d’un ralentissement des prix de l’énergie qui ont baissé en glissement annuel de 0.4% en février après avoir augmenté de 2.1% en janvier 2014. L’inflation annuelle de l’alimentation a augmenté légèrement en glissement annuel à 1.6% en février comparé à 1.5% en janvier 2014. Hors alimentation et énergie, l’inflation annuelle dans la zone OCDE a été stable pour le quatrième mois consécutif à 1.6% en février.

L’inflation annuelle a décéléré fortement aux États-Unis (1.1% en février comparé à 1.6% en janvier), et au Canada (1.1% comparé à 1.5%). Elle a baissé plus modérément en Italie (0.5% comparé à 0.7%) et au Royaume-Uni (1.7% comparé à 1.9%) pour atteindre, dans les deux pays, son taux le plus bas depuis octobre 2009. L’inflation annuelle a ralenti également en Allemagne (1.2% comparé à 1.3%) tandis qu’elle a légèrement augmenté au Japon (1.5% comparé à 1.4%) et en France (0.9% comparé à 0.7%).
Dans la zone euro, l’inflation annuelle (mesurée par l’IPCH) a ralenti à 0.7% en février comparé à 0.8% en janvier.
En février 2014, l’inflation annuelle dans la zone G20 s’est élevée à 2.3% comparé à 2.6% en janvier. Dans les économies du G20 non mentionnées ci-dessus, l’inflation annuelle a décéléré en Indonésie (7.2% en février comparé à 7.8% janvier), en Inde (6.7% comparé à 7.2%) et en Chine (2.0% comparé à 2.5%) tandis qu’elle a légèrement augmenté en Afrique du Sud (5.9% comparé à 5.8%), au Brésil (5.7% comparé à 5.6%) et dans la Fédération de Russie (6.2% comparé à 6.1%).

Entre janvier 2014 et février 2014, les prix à la consommation dans la zone OCDE ont augmenté de 0.3%. Ils ont augmenté de 0.8% au Canada, de 0.6% en France, de 0.5% en Allemagne et au Royaume-Uni et de 0.4% aux États-Unis. Ils ont été stables au Japon et ils ont diminué de 0.1% en Italie.

Source : OCDE



DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres


Mercredi 9 Avril 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs