Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


The Financial Year Coffee - 3 avril 2014 (maj de 15H30)

Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires sur les marchés, les actions, les devises et les matières premières ainsi que les deals du jour et les chiffres de l'économie. Vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux. Plusieurs mises à jour quotidiennes.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour


ECB Draghi's Words Shake Up Markets Again; QE Considered But ECB Stay On Hold For Now - ETX Capital

Super Mario again proves he is a master wordsmith by shaking up financial markets with rhetoric about talk at the ECB over the possibilities of employing unconventional easing measures including QE. European stocks markets pare session losses to trade higher following the presser while the euro currency is under pressure on the back of Draghi’s comments.

It was expected that Draghi would hint at what’s inside the ECB’s war-chest but as expected, Draghi is relying on his words as a form of action. Draghi says rates were kept on hold on the basis of the ongoing recovery taking place in the euro zone which is valid given the series of data we have had out of the region which certainly suggests a tepid recovery is in play.

He kept it all very dovish though, saying the ECB will act at any time with all measures considered but only if inflation expectations change and the EUR gains more strength – not so much a direct message to battle deflation. For that, Draghi said he’s not impressed by the deflationary threat that’s sweeping through the euro zone but reckons that inflation hasn’t declined enough to warrant unconventional action, essentially suggesting that ECB will exhausted conventional measures like rate cuts first before they consider the big guns.

That puts the ECB on inflation watch over the next few months but again, until inflation drops further, the ECB appear comfortable enough with keeping the current policy framework intact with the a dovish bias. To sum up, the ECB do not see low inflation as an excuse to trigger further stimulus response just yet and the strength of the EUR appears to be a higher priority as that impacts inflation and growth which is a fair assessment.

What markets are not comfortable with is that the ECB appear satisfied with this “low inflation” environment that we are in which if persistent and not tackled by the use of stimulus, stands to cause damage too – perhaps a point the ECB have unwisely ignored but will creep up and bite if not adequately dealt with.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital



Spain; the euro zone's star-performer but falling prices pressures ECB to act - ETX Capital

European stock indices inching up from opening levels as the risk-tone remains well-supported but market participants adopt a wait-and-see approach ahead of the ECB; FTSE100 up 15 points while EuroStoxx50 up around 5 points – FX markets stable; EUR/USD still flirting around the 1.38 level. Gold prices decline while safe-haven core government bonds edge lower, suggesting that market participants are still favouring riskier assets.

Despite the IMF warning the world faces “years of slow and subpar growth”, stock markets over in the US rallied Wednesday with the S&P500 reaching another record high thanks to a robust ADP jobs report which suggests that 191k jobs were generated by the US economy in March, showing the labour market there is warming up again after a harsh winter. ADP data seen as a precursor to the nonfarm payrolls number so Wednesday’s figure certainly bodes well for Friday’s release but market participants at the moment would rather refrain from building too much risk ahead of the ECB.

Overnight, Asian markets were inspired by the rally on Wall Street which led to firmer price action across the region – markets were further enthused by China’s mini-stimulus package to build new railways and give tax breaks for small enterprises. Although the package is small in size, market participants are certainly seeing this as Beijing’s commitment to offer stimulus when needed, allaying fears that the country’s economic growth won’t fall off a cliff as policymakers there will provide backstops.

Onto the immediate picture here in Europe, UK PMI services data just out and shows a bit of easing but nothing to worry us too much as the indicator still firmly points to strong growth and the reading is balancing after strong surge in activity. Euro zone PMI services data were also a touch lower versus the initial estimate but still pointing to stabilisation in the region’s services sector with heart-warming figures from Spain, the star performer. Euro zone PMI came in at 52.2 from 52.4 on the month but in growth zone for the ninth consecutive month [readings over 50 confirm expansion and below 50 is contraction] suggesting a path to recovery has been found although progress is still somewhat slow-gear.

Within the euro zone PMIs, the picture was mixed with Germany easing a tad, similar to the softening in the country’s manufacturing PMIs but France’s figure were up a touch, which is actually very encouraging when taken together with the manufacturing report as it confirms the French economy is progressing in the right direction. Italy’s PMI fell below 50, which is worrying but traders are welcoming the Spanish reading which shows a modest rise to 54 from 53.7 on the month, marking the fifth consecutive month of expansion – clearly the implementation of recent reforms and austerity have worked their way into the real economy in Spain, with domestic demand and improving conditions in the labour market fuelling the growth there.

Even more encouraging given Spain’s economy is heavily reliant on its services sector despite the fact that price of goods are falling there and companies have to downsize their staffing level. That said, the report is encouraging; the worst of the crisis in Spain is over and the country is on the path to growth – moreover, it’s a fine example of a ‘peripheral’ country implementing structural reforms, initiatives and austerity to stimulate growth better than Italy, Greece and Portugal. Furthermore, Spain just sold a total of EUR5.58b of bonds in an auction which we well-bid with ample demand, confirming the upbeat picture surrounding investor appetite for Spanish debt – it’s hard not to be inspired by Spain’s progress.

The PMIs out of the euro zone are being closely watched by Mario Draghi and Co., at the ECB who are all set to meeting in the coming hours to decide on policies. Most market participants [including me] do not expect the ECB to act at this month’s meeting, holding fire as the central bank would opt to employ dovish language/communication as a policy tool to quell concerns as opposed to tinkering the balance sheet just yet.

The problem for the ECB is that with deflation risks running high in the euro zone [evident in today’s PMI services too] the central bank is being pressured to act with either rate cuts and negative deposit rates, however, by pulling the stimulus-trigger, the ECB is acknowledging deflation being a threat which will fuel deflationary concerns amongst financial markets. That, would then led market participants to view rate cuts/negative deposit rates inadequate to battle inflation and want more from the ECB, a possible big bazooka, which at the moment is unnecessary, particularly when the euro zone economy is showing signs of life after 5 years.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital



Good Morning Finyear Readers!

European equities are trading little changed this morning ahead of today’s closely watched ECB meeting. Nobody really expects for ECB chief Draghi to announce any further easing of interest rates or new measures to combat low inflation at this stage.
However traders are very keen to hear his latest take on the danger that deflation might be taking hold in the Euro-zone in the months ahead and what his plans are to prevent this from happening should need arise.
There are also scheduled for release this morning Service PMIs for the Euro-zone and individual Euro-zone countries. While these figures are important and a deeper slowdown than expected would stir deflation fears even more, generally they are expected to be overshadowed by the ECB meeting today and their impact on markets should only be very limited and temporary.
Overall sentiment remains positive for stocks mainly because economic data around the globe continues to point towards an acceleration in growth and furthermore economies who are currently struggling like China for example seem to be ready to put measures into place to support growth in the months ahead.
Understandably due to today’s crucial ECB meeting and tomorrow’s closely watched US Non- Farm Payroll figures some investors prefer to stay on the side-lines and take a wait and see attitude for now.

Thank you.

Kind regards,
Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Les marchés restent bien orientés avant la BCE

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principaux indices mondiaux ont une nouvelle fois terminé la séance de ce mercredi en territoire positif. L'élan d'optimisme qui souffle sur l'ensemble des places financières, a pu compter sur les dernières publications macroéconomiques pour inscrire de nouveaux plus hauts à la clôture. Les gains restent toutefois limités en ce début de semaine, dans l'attente des chiffres de l'emploi américain vendredi et du compte rendu de la banque centrale européenne ce jeudi. Néanmoins, les investisseurs ont déjà pu suivre l'enquête ADP qui a révélé 191 000 nouvelles créations d'emplois dans le secteur prive américain en mars, contre 178 000 précédemment. Bien que les analystes tablaient sur 195 000 nouveaux postes, cette augmentation a bien été accueillie par les marchés et annonce le rapport mensuel de l'emploi avec bon augure. Les commandes industrielles aux Etats-Unis en hausse en février ont également soutenu les indices ce mercredi. Dans ce contexte, le Dow Jones a frôlé un nouveau sommet en finissant sur les 16 573,00 points en hausse de 0,24%. Le S&P500 a inscrit une nouvelle clôture record à 1 890,90 points en gagnant 0,29%. Le Nasdaq a quant à lui progressé de 0,20% pour atteindre les 4 276,46 points. Les investisseurs en zone euro qui attendent à présent une intervention de la BCE au travers d'une politique d'assouplissement monétaire, ont également amené les indices européens sur de nouveaux sommets. En amont du compte rendu de cette réunion, les espoirs en de nouvelles mesures ont notamment porté le CAC 40 sur les 4 430,86 points en légère hausse de 0,09%. Le Dax allemand s’est adjugé 0,20% à 9 623,36 points, et le FTSE a progressé de 0,10% à 6 659,04 points.

En Asie, l’annonce par le gouvernement chinois de premières mesures visant à contrer le ralentissement de la croissance a été saluée par les marchés. Le gouvernement va effectuer de nouveaux investissements dans les infrastructures du pays, notamment sur la construction de lignes de chemin de fer. Une baisse des impôts pour les petites entreprises a également été annoncée. Suite à cette annonce et dans le sillage des marchés américains, le Nikkei a gagné 1,17% à 15 121,28 points. Le Topix, plus large, a progressé de 0,76% à 1 220,55 points.

Ce jeudi, nous attendons les Bourses européennes et américaines en hausse à l’ouverture dans l’attente du compte rendu de la BCE. Nous suivrons également une batterie de nouveaux indicateurs, avec notamment les ventes de détail et l’indice IDA des services en zone euro, ainsi que la balance commerciale et l’indice ISM des services aux Etats-Unis.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique marque le pas face à ses principales contreparties après avoir progressé ces derniers jours. Les prix de production de l’industrie française sont ressortis en baisse de 0,1% contre toute attente alors que les analystes tablaient sur une hausse de 0,3%. Pour rappel, les prix de production de l’industrie avaient reculé de 0,6% en janvier dans l’hexagone. Les investisseurs restent cependant prudents avant la réunion de la Banque centrale européenne qui se tiendra aujourd’hui. L’institution devrait maintenir ses taux directeurs alors que la baisse de l’inflation dernièrement annoncée ne justifierait pas l’annonce de mesures supplémentaires. Pour rappel, l’inflation est tombée à 0,5% le mois dernier contre 0,7% sur le mois de février.

Autre élément suivi cette semaine par les investisseurs les chiffres sur l’emploi aux Etats-Unis qui seront dévoilés demain. Hier, l’enquête ADP a publié des chiffres en phase avec les attentes avec une création de 191 000 postes dans le secteur privé américain. Dans ce contexte, la monnaie unique se négocie ce matin pour 1,3768 dollar face au billet vert.

De son côté, la devise japonaise s’apprécie légèrement face à l’euro et au billet vert après une baisse enregistrée depuis le début de la semaine pour se traiter contre ces deux devises à respectivement 143,01 yens et 103,87 yens. Enfin la livre britannique s’affiche à 0,8270 pence face à l’euro et la monnaie helvétique s’échange à 0,8862 franc suisse face au dollar américain.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent en ordre dispersé ce matin. Le WTI cède 0,18% à 99,44$ tandis que le Brent engrange 0,12% à 104,92$. Le Brut de référence américain diminue pour une quatrième journée consécutive, soit la plus longue série au cours des trois derniers mois. Alors que la Chine fait face à un ralentissement économique depuis le début de l’année, le gouvernement a présenté un ensemble de mesure pour soutenir son économie. La Chine a notamment prévu de vendre pour 150 milliards de yuans (24 milliards de dollars) d’obligations cette année pour aider à construire des chemins de fer. Le pétrole a également subi l’annonce du président russe Vladimir Poutine depuis qu’il a ordonné un retrait partiel des forces armées russes postées à la frontière orientale de l’Ukraine. En Libye, les rebelles ont indiqué qu’une délégation du gouvernement les avait autorisé à rouvrir des ports pétroliers dans la région Barqa. Rappelons que la Libye possède les plus grandes réserves de pétrole brut d’Afrique, et que sa production a diminué de 250 000 barils le mois dernier à cause des troubles qui sévissent dans la région.

Du côté des métaux précieux, on évolue dans le vert ce matin. Le métal jaune progresse de 0,25% à 1 293,09$, tout comme l’argent qui s’adjuge 0,38% à 20,06$. L’or prolonge son rebond après avoir atteint son plus bas niveau depuis sept semaines. Profitant de cette baisse des prix, les acheteurs d’or physique se positionnent notamment en Inde et en Chine, la Chine qui est devenue le plus gros pays consommateur d’or devant l’Inde l’année dernière. Alors que les embauches ont augmenté dans le secteur privé le mois dernier aux Etats-Unis après le rapport privé publié hier, l’or pourrait se retrouver sous pression demain avec la publication sur l’emploi du gouvernement. Janet Yellen a déclaré le 31 Mars dernier que l’économie aura besoin de stimulation pour un « certain temps ». Le platine et le palladium progressent respectivement de 0,40% et 0,48% à 1 442,88$ et 790,00$.

L'équipe Saxo Banque

Calendrier économique



Par Maarten-Jan Bakkum Stratégiste Sénior Marchés Emergents, ING Investment Management.

Les inquiétudes des marchés relatives à la Chine ont clairement augmenté au cours de ces dernières années. Au départ, il s’agissait uniquement de craintes concernant le niveau de la croissance. Ces derniers mois, l’attention s’est cependant portée sur le système financier. La Chine a affiché une croissance du crédit excessive au cours de la décennie écoulée, avec une croissance annuelle moyenne de 25% et des pics de plus 40%. Alors que les emprunts douteux et les faillites se multiplient, les marchés s’interrogent de plus en plus sur la manière dont les banques chinoises pourront faire face au ralentissement actuel. Ceci se reflète par la morosité du marché chinois des actions, un repli des prix des matières premières et même une légère dépréciation du renminbi au cours de ces dernières semaines. Tout ceci constitue une réponse logique des marchés à la combinaison de décélération de la croissance et de signes évidents de problèmes au sein du système financier.

Et pourtant, il y a quelque chose d’anormal. Même si un nombre croissant d’économistes et de stratégistes ont une analyse plus négative, ils restent toujours très prudents. Les craintes augmentent, mais la tendance est de ménager la chèvre et le chou. Apparemment, personne n’est assez courageux dans le monde financier pour tirer des conclusions claires, même si les risques sont énormes. Au cours des cinq dernières années, la dette chinoise a affiché une croissance sans précédent en pourcentage du PIB : elle a augmenté de plus de 70 points de pourcentage. Ceci ne manquera pas d’exercer des pressions intenses sur le système financier si l’économie continue à ralentir.

Parallèlement, tout le monde sait que les sociétés publiques et les gouvernements locaux sont largement endettés et que le refinancement est de plus en plus difficile. Les gouvernements provinciaux maintiennent de nombreuses sociétés déficitaires en vie, en particulier dans le domaine de l’acier et du ciment, ainsi que dans d’autres industries du secteur des matériaux de construction. En outre, leurs recettes dépendent du produit de la vente de terrains aux promoteurs immobiliers. Malheureusement, le secteur immobilier est en perte de vitesse dans de nombreuses régions de la Chine en raison des ventes décevantes alors que le stock de maisons ne cesse d’augmenter.

Étant donné qu’il est devenu difficile de refinancer la dette par de nouveaux emprunts à long terme, les sociétés et les gouvernements locaux sont forcés de contracter des crédits à terme toujours plus court. Pour rendre ceci possible, le gouvernement central a injecté d’énormes quantités de capitaux dans l’économie. Ceci commence à se refléter par une dépréciation du renminbi. Une devise plus faible stimulera le secteur des exportations, mais ceci est un effet à long terme. Pour l’instant, il est beaucoup plus important de prendre en considération le risque de fuite de capitaux maintenant qu’il n’est plus un fait acquis que la devise va continuer à s’apprécier. Les sorties de capitaux sont susceptibles de renforcer les pressions pesant sur les sociétés aux besoins de financement élevés et, par conséquent, sur le secteur bancaire.

Objectivement, il est de plus en plus difficile d’imaginer un scénario dans lequel une crise de crédit ou un ralentissement substantiel peut être évité. Le fait qu’en dépit de ceci, très peu d’analystes prévoient une crise ou une récession pourrait refléter la peur. La peur des implications massives de la prévision d’une crise chinoise pour les portefeuilles de placement. Et la peur des autorités chinoises, qui n’apprécient pas les économistes critiques qui s’écartent trop de la ligne du parti.

Rédigé le 28 mars 2014

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Oddo Corporate Finance accompagne la cession de 10 magazines du groupe Lagardère Active 03/04/2014
- Unilend, la plateforme de crowdfunding de prêt aux PME, réalise sa deuxième levée de fonds 03/04/2014
- Novacyt étudie un rapprochement avec la société britannique Lab 21 02/04/2014
- Baromètre APM 2013: Explosion des fusions-acquisitions sur le marché IT français 02/04/2014
- L’Accelerateur entre au capital d’Anaxago 02/04/2014
- Bpifrance s’engage dans l’introduction en bourse de la société TxCell 02/04/2014
- Doreau ouvre son capital à Bpifrance et Poitou-Charentes Expansion 02/04/2014
- Essilor finalise l’acquisition de Transitions Optical 02/04/2014
- Vif succès de l’introduction en bourse d’Oncodesign sur le marché Alternext Paris 02/04/2014
- Sofimac Partners clôture son fonds d’amorçage technologique Emergence Innovation 1 à 33 M€ 02/04/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Marchés : chiffres du jour

Environnement dans l'UE28 : En 2012, 42% des déchets municipaux traités ont été recyclés ou compostés

Dans l’UE28, 492 kg de déchets municipaux ont été générés par personne en 2012 et 480 kg traités.
Ces déchets municipaux ont été traités selon différentes méthodes: 34% ont été mis en décharge, 24% incinérés, 27% recyclés et 15% compostés.
La proportion de déchets municipaux recyclés ou compostés dans l’UE a connu une hausse significative, passant de 18% en 1995 à 42% en 2012.

Les prix à la production industrielle en baisse de 0,2% dans la zone euro et dans l’UE28

En février 2014 par rapport à janvier 2014, les prix à la production industrielle ont reculé de 0,2% tant dans la zone euro (ZE18) que dans l'UE28, selon les estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En janvier, les prix avaient diminué de 0,3% dans les deux zones.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres

Jeudi 3 Avril 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Blockchain Daily News

Lettres métiers

Livres Blancs