Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

The Financial Year Coffee - 29 avril 2014 (édition n°3 - 14H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

14H00

Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque, vous propose son regard sur le dossier Alstom et le vote du programme de stabilité

Un répit dans le dossier Alstom mais GE tient toujours la corde :

Tout porte à croire que le nouveau Conseil d’administration d’Alstom de ce soir n’aboutira pas à une décision concrète concernant le rachat de sa branche énergie. Afin d’arrondir les angles avec le gouvernement qui, manifestement, soutient la contre-offensive de Siemens, une période de négociations devrait s’ouvrir. Elle se traduira très concrètement par une étude approfondie des projets industriels de GE et de Siemens.

Cette évolution ne doit toutefois pas induire en erreur les observateurs puisque d’un point de vue stratégique et de préservation de l’emploi, l’offre de GE est indéniablement, sur le papier, la plus crédible. Le Conseil d’administration d’Alstom s’offre seulement un répit pour faire tomber la pression politique actuellement à l’œuvre.

De cet épisode on peut déjà tirer deux leçons : l’incapacité de la France à traduire ses engagements de politique industrielle sur le terrain subsiste, et la volonté souvent affichée de part et des autres de créer des géants industriels européens se heurte à une mondialisation qui favorise plutôt les alliances avec des acteurs déjà bien présents dans les pays émergents, comme c’est le cas de GE.

Un vote du programme de stabilité sans surprise :

Après les nombreux gages consentis par le Premier ministre à son aile gauche, il ne fait aucun doute que le programme de stabilité sera voté aujourd’hui par l’Assemblée Nationale.

Du point de vue politique, le gouvernement n’avait d’autre choix que de se montrer flexible, bien qu’on puisse considérer que les parlementaires frondeurs du PS n’avaient certainement pas pour intérêt d’ouvrir une crise politique grave en s’abstenant ou en votant contre le projet.

Du point de vue économique, ces gages portent un coup à la crédibilité du programme dans son ensemble et confortent l’idée selon laquelle il semble peu probable que le gouvernement engage, dans les années à venir, les réformes douloureuses dont le pays a besoin. Il ne faut pas oublier que ce programme salutaire d’économies s’accompagne d’assez peu de réformes structurelles, pourtant indispensables, pour restaurer une dynamique économique positive en France. Des pans entiers, comme les retraites, la carte hospitalière ou encore la politique du logement, sont mis à l’écart de l’effort national.

-------------------------------------------------------

10H00

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading higher this morning as the recent upturn seen in merger activity is continuing to spark renewed optimism for stocks and after reports which seem to indicate that Russia has withdrawn some of their troops near the Ukrainian border.
While the new sanctions imposed on Russia yesterday by the US and the EU not necessarily contribute to solve the current crisis surrounding Ukraine any time soon there is some general relief that theses sanctions are unlikely to derail the recovery in Europe and the US and furthermore that for now at least there seems to be a bit more certainty than just a couple of day ago.
Main focus will be on several European and US confidence figures today with both expected to post a rise and consequently confirming that events in the Ukraine so far neither have a major impact on the economy nor on the consumer.
Overall short-term sentiment appears neutral for stocks although markets remain fragile especially regarding any new negative developments out of the Ukraine. Similar to yesterday more range-trading is expected with some traders likely to remain on the side-lines not only because of the Ukraine but also due to tomorrow’s FOMC decision.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H30

Les marchés restent indécis avant les grands rendez-vous de la semaine

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principaux indices mondiaux ont terminé la première séance de la semaine en ordre dispersé dans l’attente des prochaines réunions des banques centrales et sous fond de tension en Ukraine. Sans surprise, les Etats-Unis ont bel et bien annoncé de nouvelles sanctions envers 7 responsables gouvernementaux et 17 entreprises russes proches de Vladimir Poutine. L’Union européenne a marqué le pas en allongeant sa liste de 15 personnalités russes et ukrainiennes à mettre en garde, suite aux nouvelles manœuvres qui ont eu lieu dimanche.

La séance américaine a toutefois été portée par de nouveaux résultats d’entreprises et un indicateur jugé positif. En effet, les promesses de vente de maisons neuves ont bondi de 3,4% en mars aux Etats-Unis, et ce après la baisse de 14,5% des ventes le mois dernier. Nous retiendrons également l’engouement pour de nouvelles manœuvres de fusions acquisitions dans le secteur pharmaceutique : le géant américain Pfizer a notamment confirmé ce lundi son intérêt pour son concurrent britannique AstraZeneca au travers d’une nouvelle offre à 100 milliards de dollars, malgré le rejet de plusieurs propositions sur les dernières semaines. Au terme d’une séance en dents de scie, les indices ont finalement été portés à la hausse pour la plupart : le Dow Jones a grimpé de 0,53% à 16 448,74 points et le S&P500 a progressé de 0,32% sur les 1 869,43 points. Seul le Nasdaq aura été une nouvelle fois victime du recul de grands noms du secteur technologique ; l’indice phare termine ainsi sur les 4 074,40 points en légère baisse de 0,03%.

Auparavant en Europe, faute de nouveaux catalyseurs majeurs, ce sont les groupes Sanofi et Bayer qui ont porté la tendance. Le titre Sanofi a notamment gagné 1,30% au cours de la séance après l’annonce de résultats positifs pour la première étude mondiale sur un vaccin contre la dengue. Bayer de son côté affiche la meilleure performanche de l’EuroStoxx 50 et du Dax allemand en publiant des résultats trimestriels supérieurs aux attentes. Dans le sillage de Wall Street, le CAC 40 a finalement fini en hausse de 0,38% sur les 4 460,53 points. Le Dax à Francfort s’adjuge 0,48% à 9 446,36 points, et le FTSE a grappillé 0,22% sur les 6 700,16 points.

Ce mardi nous attendons pourtant les Bourses européennes sur une note hésitante à l’ouverture. Tandis que la Bourse de Tokyo s’est effacée de l’actualité pour cause d’anniversaire de l’Empereur, s’ouvre aujourd’hui la nouvelle réunion de la Réserve fédérale américaine. Les investisseurs s’attendent à une nouvelle réduction du programme de rachats d’actifs américain, mais restent toutefois sur une position attentiste le temps que le compte rendu de ce rendez-vous au sommet soit publié. Nous suivrons également une batterie de nouveaux indicateurs avec notamment les indices de confiance en l’industrie et des ménages en zone euro, l’indice des prix allemand, le PIB préliminaire au Royaume-Uni ainsi que les chiffres du chômage en Espagne. Outre-Atlantique, nous attendons également l’indice de confiance des consommateurs du Conference Board.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique continuait de progresser hier face au dollar au sein d’une séance ponctuée par de nombreuses annonces économiques, ce qui est d’habitude rare en début de semaine, à l’instar de la publication des chiffres de l’inflation en zone euro ainsi que d’une réunion de politique monétaire de la Fed. En soit, aucune annonce réellement positive n’a été publiée au sein de la zone euro mais cette progression s’explique notamment par l’absence de facteurs ayant propension à peser sur la devise européenne, ce qui fait gonfler cette dernière artificiellement depuis quelques jours. Les cambistes restent toutefois attentifs à un possible nouvel assouplissement de la politique monétaire de la BCE afin de stimuler l’activité économique en zone euro, ce qui aurait ainsi pour risque de diluer la valeur de la devise européenne. Parallèlement à cela, les opérateurs anticipent également une nouvelle annonce d’une réduction du programme mensuel de rachat d’actifs de la part de la Fed, à hauteur de 10 milliards de dollars. Dans ce contexte, la parité EURUSD s’adjugeait hier 0,12%, terminant la séance à 1,3850 dollar.

Outre-Manche, nous noterons la progression de la Livre Sterling face au billet vert, en raison notamment d’un regain d’optimisme par rapport à l’économie du pays à la veille de la publication des chiffres de la croissance britannique pour le premier trimestre. Nous noterons également l’effet positif de l’annonce d’une offre de rachat hypothétique du britannique AstraZeneca par son principal concurrent américain Pfizer, à hauteur de quasiment 100 milliards de dollars, ce qui induirait ainsi une importante conversion de dollars en livres, ce qui pèserait donc indéniablement sur les cours de la devise britannique. Ainsi, sur l’ensemble de la journée, le cable progressait de 0,10%, à 1,6805 dollar, ayant même atteint en séance un plus haut depuis plusieurs années.

Nous noterons également la correction de la devise nippone hier qui s’était appréciée depuis plusieurs jours en raison de son statut de valeur refuge face au conflit ukrainien. Toutefois, ce dernier s’étant quelque peu calmé hier en raison du retrait de certaines troupes russes dans l’est du pays, la devise nippone a affiché une tendance baissière face à la majorité de ses devises de contrepartie, tendance qui ne devrait toutefois pas s’installer dans le temps si un regain de tensions venait à intervenir. Ainsi, sur la journée d’hier, la paire USDJPY progressait de 0,34%, à 102,48 yens à la clôture. Même tendance face à la monnaie unique, le cross EURJPY ayant progressé de 0,47%, à 141,94 yens à la clôture.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent dans le vert ce matin. Le Brent grappille 0,27% à 108,41$, tout comme le WTI qui progresse de 0,40% à 101,00$. Le brut de référence européen a subi sa plus forte perte en près d’un mois alors que la Libye s’apprête à reprendre ses exportations de pétrole depuis le port de Zueitina situé à l’Est du pays. Ce terminal d’exportation peut délivrer pas moins de 70 000 barils par jour selon le porte-parole de la National Oil Corp, Mohamed Elharari. La Libye, qui détient les plus grandes réserves de pétrole brut d’Afrique, était devenue le plus petit pays producteur et exportateur de pétrole parmi les 12 membres des pays exportateurs de pétrole suite aux rebellions qui ont immobilisé l’activité dans l’Est du pays. Un accord a été conclu le 6 avril dernier entre les rebelles et le gouvernement pour récupérer le contrôle de Zueitina et Hariga, deux des quatre ports capturés en Juillet 2013 en contrepartie d’indemnités réclamées par les rebelles.

Selon les analystes, aux Etats-Unis, les stocks d’essence devraient chuter de 950 000 barils la semaine dernière, tandis que les stocks de produits distillés, dont l’huile de chauffage et le diesel, pourraient augmenter de 500 000 barils. Avant le rapport de l’Energy Information Administration demain, les analystes s’attendent à une quatorzième hausse en quinze semaines des fournitures de pétrole, probablement à hauteur de 1,1 million de barils.

Du côté des métaux précieux, c’est une nouvelle journée qui commence dans le rouge. L’or cède 0,26% à 1 293,36$ et l’argent 0,41% à 19,52$. Le métal jaune est mis sous pression à cause du début de la réunion de la FED qui devrait annoncer une nouvelle réduction de son rachat mensuel d’obligations demain soir. L’or progresse de 0,9% au mois d’avril après avoir perdu 3,2% au mois de mars. Les tensions en Ukraine continuent de maintenir une pression haussière sur l’or à court terme. Les Etats-Unis et l’Union Européenne ont renforcé les sanctions contre la Russie hier, alors que des manœuvres militaires russes continuent de se produire au niveau de la frontière ukrainienne. Rappelons que le marché de l’or en Asie seront fermés le 1er mai.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

The Financial Year Coffee - 29 avril 2014 (édition n°3 - 14H00)
-------------------------------------------------------

28 avril 2014

Les marchés actions freinés par le regain de tension russo-ukrainien

Le Commentaire de CMC Markets France.

Les dernières séances ont été influencées par des courants contradictoires. D’un côté, les investisseurs ont pu apprécier les newsflows positifs relatifs aux résultats d’entreprises, les publications de Facebook et d’Apple ayant fait figure de catalyseurs à Wall Street. De l’autre, la recrudescence des tensions politiques en Ukraine a refroidi les places boursières. Résultat, les indices boursiers perdent du terrain sur les cinq dernières séances (-1,4% pour l’Eurostoxx50, -0,4% pour le Dow Jones).

L’aversion au risque est montée d’un cran après les récents signaux négatifs venus d’Europe de l’est. Après plusieurs semaines d’apaisement qui ont pu laisser penser qu’une fameuse « désescalade » était envisageable, les relations entre la Russie d’une part, et l’Ukraine et la communauté internationale d’autre part, se sont de nouveau dégradées. Le risque de conflit militaire revient sur le devant de la scène, avec un rapport de force électrique à la frontière, entre pro-russes et insurgés ukrainiens.

Ce climat est naturellement défavorable à la progression des marchés boursiers et les investisseurs préfèrent privilégier des prises de bénéfices, plutôt que de renforcer leurs positions. Plus réactives à la remontée de l’aversion au risque, les valeurs cycliques automobiles ont logiquement signé les contreperformances les plus significatives au cours des dernières séances (Peugeot -5,8% sur cinq séances, Volkswagen -2,7%, Michelin -2.3%, Renault -1,2%, BMW -0,75%). A l’opposé, les valeurs de croissance comme Essilor, Kering, Vallourec ou Technip ont fait mieux que résister (de 3,8% pour Essilor à 7,7% pour Technip), tandis qu’Alstom s’est distingué par la plus forte hausse de la cote française (+21%), soutenu par des rumeurs de rachat de l’industriel français par General Electric (la valorisation du titre a dû être suspendue par l’AMF, vendredi).

Dans ce contexte général où la prudence domine, les investisseurs de CMC Markets France restent majoritairement « bearish » sur les indices boursiers. Selon le « Sentiment Clients », baromètre du sentiment des clients de CMC Markets (plus de 45.000 dans le monde) et établi quotidiennement à partir de leurs positions réelles, les investisseurs en CFD sont vendeurs sur les indices Dax (à 57%), Cac 40 (à 85%) et Dow Jones (à 71%). Ils sont en revanche acheteurs sur le Nikkei 225 (à 92%), en raison du regain d’optimisme quant à de nouvelles mesures d’assouplissement quantitatif de la part de la banque centrale japonaise.

Concernant les matières premières, les positions sont encore flat sur l’or malgré le rebond du cours de l’once sur les cinq dernières séances (+1,30% à un peu plus de 1 300 USD). A court terme, le canal haussier du cours de l’or devrait se maintenir compte tenu du contexte géopolitique tendu. Les investisseurs sont quasi unanimement bullish sur le cuivre (acheteurs à plus de 90%) alors que son cours vient de chuter de plus de 4% sur une semaine. Cette position longue est le signe d’un pari assumé sur la reprise économique chinoise – la chine est le premier importateur mondial du métal rouge – après plusieurs trimestres d’incertitudes.

Par J.Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France


Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Sartorius Stedim Biotech prend une participation majoritaire au sein de la start-up américaine AllPure Technologies 29/04/2014
- KURMA Partners investit dans la société suédoise OxThera 29/04/2014
- CALAO Finance entre au capital de Lilikim 29/04/2014
- Le FRI Rhône-Alpes 1, ESFIN Gestion et Rhône-Alpes PME entrent au capital d’HPM Groupe 28/04/2014
- Anevia annonce l’enregistrement de son Document de Base en vue de son introduction en bourse sur le marché Alternext d’Euronext à Paris 28/04/2014
- Etude PwC sur la transmission des entreprises familiales 28/04/2014
- Groupe Open met la main sur Smart Trade Services 28/04/2014
- Tactads repris par l’américain MediaMath 28/04/2014
- Reinhart Marville Torre accompagne Brammer dans l’acquisition de la société FICA 28/04/2014
- Nexter Systems annonce l’acquisition des sociétés Mecar et Simmel Difesa auprès du Groupe Chemring 28/04/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Le taux d’inflation annuel de la zone euro en baisse à 0,5% et l'UE en baisse à 0,6% (mars 2014)

Le taux d’inflation annuel de la zone euro a été de 0,5% en mars 2014, contre 0,7% en février.
Un an auparavant, il était de 1,7%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,9% en mars 2014.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat



DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres


Mardi 29 Avril 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs