Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


The Financial Year Coffee - 24 avril 2014 (édition n°4 - 10H30)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour


Stellar Earnings From Facebook & Apple Together With More Deal News Helps To Boost Global Markets - ETX Capital

There’s much to cheer about Thursday – US earnings on the whole are pleasing so far; Facebook and Apple both put a smile on markets face overnight with quarterly numbers which will perhaps go some way in justifying those silly P/E ratios both are sitting on. Mega week for deal activity so far; pharma deals with Novartis and GlaxoSmithKline earlier this week as well as reports of AstraZeneca being hit on by Pfizer.

Overnight, reports that French industrial manufacturer Alstom was being eyed up by US bellwether General Electric in a deal worth $13billion. Alstom came out this morning with a statement suggesting that it doesn’t know about any offer but hasn’t exactly flat out denied it which will keep the bid chatter propping up the French company’s shares today. Alstom currently up 12%.

For GE, it would be the biggest acquisition in its history and makes complete strategic sense. GE is basically in every one of Alstom’s businesses plus more and purchased the French company’s power unit back in the 90s. GE is currently in a strategic process to diversify the group further while Alstom is repairing its balance sheet to dispose of more non-core businesses. If GE manages to charm Alstom into its arms, the deal would be worth 5% of the US giant’s market cap – expect GE shares to jump at the Wall Street open later.

Briefly on tech titans Facebook and Apple –after-market shares for both companies jumped after much better than expected earnings. Facebook’s mobile business was the standout performer, pleasing market participants who were once unsure how FB will monitize itself appropriately. Clearly, mobile advertising is where the real growth is for the company who reported a 59% jump in the period as monthly active mobile users passed 1biilion. Facebook beat on other metrics too; revenues were better while EPS doubled – no wonder Zuckerberg was happy to splash out on big money purchases of WhatsApp and Oculus VR.

Meanwhile, Apple please the market with better than expected iPhone sales, particularly in China which represented a 17% jump in total unit sales. Following three or so quarters of underwhelming iPhone sales, the market was fearful the tech giant will again disappoint but that was not the case. Additionally, the company is returning more than $30billion to shareholders in its capital return programme whilst increasing the dividend. Furthermore, the product pipeline brings further cheer – iPhone6 is expected this year as well as a reported ‘phablet’ and a potential iWatch.

In European markets, stock indices advance with the FTSE100 up 31 points, the DAX higher by 40 points and the EuroStoxx50 up 14 points. Ukraine tensions increase; US troops have landed in Poland for a military exercise with more soldiers expected in forthcoming days. This follows days of violent incidents between pro-Russian rebels and Ukrainian forces. The US is warning of further sanctions but this military exercise is suggesting the West is preparing for military action if Russia fails to destabilise the tensions in the Ukraine.

On economic news in Europe so far; we have the German ifo survey out shortly which is expected to show a modest decline in April. French business confidence edged lower in April, confirming that weak domestic demand and political uncertainties continue to effect confidence. That said, markets are putting the macros aside and focussing on the wealth of corporate news out Thursday.

Brewer Heineken topped sales estimates, food and beverage giant Unilever delivered impressive numbers in the face of EM volatility and Novartis reported respectable profit of 22% whilst undergoing a huge restructure which resulted in its latest deals with Glaxo. Looking ahead, another raft of high profile US earnings from Caterpillar, Coca-Cola, GM, Verizon and UPS will steal the spotlight. Data-wise, look out for US durable goods and weekly jobless claims.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital



Quick comment to the German IFO figures

IFO delivered a clear beat today. Especially positive that the sub index, the IFO expectation index not only beat forecasts by a wide margin but also showed a respectable rise compared to the previous months indicating that the crisis in the Ukraine doesn’t pose a substantial risk to German growth at this stage and instead growth is likely to accelerate as 2014 progresses. Furthermore prevailing optimism in Germany partially caused by faster than expected improving economic conditions in southern European countries seem to outweigh current concerns about the slowdown seen in China and the potential fallout of the crisis in the Ukraine.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Good Morning Finyear Readers!

European markets are moving to the upside this morning on the back of better than expected corporate data out of the US late yesterday evening.
Tech heavyweights Facebook and Apple both posted better than expected results and consequently instilled new optimism into the markets.
Overall sentiment remains fairly neutral for stocks for now, with US corporate earnings as a whole so far providing support for stocks and the heightened tensions in the Ukraine continue to cause some risk aversion with some investors.
Focus this morning will be on the closely watched German IFO index, with analysts expecting slightly lower readings compared to the previous month.
Once again the situation surrounding Ukraine is likely to play a role and should be the main culprit responsible for a potentially weaker IFO index reading today.
Later in the afternoon and evening there will be plenty more US earnings news to go around with Amazon, Microsoft and Verizon due to report figures.
At this stage the upside for stocks seems to be limited not only because there appears to be no solution in sight what Ukraine is concerned but also seasonally with the month of May not far off anymore, as historically May besides September is one of the weakest months for stocks.

Quick comment to the German IFO figures:
IFO delivered a clear beat today. Especially positive that the sub index, the IFO expectation index not only beat forecasts by a wide margin but also showed a respectable rise compared to the previous months indicating that the crisis in the Ukraine doesn’t pose a substantial risk to German growth at this stage and instead growth is likely to accelerate as 2014 progresses. Furthermore prevailing optimism in Germany partially caused by faster than expected improving economic conditions in southern European countries seem to outweigh current concerns about the slowdown seen in China and the potential fallout of the crisis in the Ukraine.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Bonne tenue des marchés après les résultats d'Apple et Facebook

Marchés Actions : Sur les marchés actions, Wall Street a clôturé en territoire négatif hier, mettant ainsi un terme à six séances consécutives de hausse pour le Nasdaq et le S&P500. Les bourses américaines ont notamment été pénalisées par le recul des valeurs du secteur des biotechs et du titre AT&T. Le Dow Jones ne cède que 0,08% à 16 501,65 points et le S&P500 0,22% à 1 875,39 points. Le Nasdaq, quant à lui, lâche 0,83% dû à sa forte exposition au secteur des biotechs. Un peu plus tôt dans la journée, les principales bourses européennes avaient précédé leurs consœurs américaines, mettant fin à trois séances dans le vert. En dépit de bons indicateurs européens, les signes persistants du ralentissement économique en Chine et le regain de tensions autour de la situation Ukrainienne ont invité les investisseurs à la prudence. Le CAC40 a abandonné 0,74% à 4 451,08 points, le Dax 0,58% à 9 544,19 points, et le Footsie britannique 0,11% à 6 674,74 points.

Du côté des résultats d’entreprises, Apple et Facebook ont annoncé des résultats trimestriels meilleurs que les prévisions des analystes après la clôture de Wall Street. A noter qu’Apple a annoncé une extension de son programme de rachat d’action et une scission par sept de son action. Cette dernière action pourrait permettre à Apple d’intégrer le Dow Jones. Bloomberg a annoncé que General Electric envisageait le rachat d’Alstom pour 13 milliards de dollars, dont l’accord devrait être annoncé la semaine prochaine. Néanmoins, un porte-parole du groupe français a annoncé que ces rumeurs étaient « infondées ».

Dans le sillage des bourses américaines et européennes hier, la bourse de Tokyo a perdu 0,97% à 14 404,99 points, tout comme le Topix qui a cédé 0,76% à 1 164,90 points. La Bourse de Tokyo a subi de plein fouet l’annonce du premier ministre japonais Shinzo Abe qui a annoncé que l’accord commercial avec les Etats-Unis n’avait pas encore été conclu. Rappelons que le président américain Barack Obama est en visite officielle en ce moment même au Japon et que nombre d’investisseurs attendaient avec impatience cet accord qui pourrait avoir un impact très positif sur le secteur automobile. Les investisseurs sont également restés prudents en attendant la suite des résultats trimestriels, en se préoccupant toujours de l’impact de la récente hausse de TVA sur ces résultats.

D’après les premières informations disponibles, les principales bourses européennes sont attendues à la hausse ce matin à l’ouverture suite aux bons résultats de Facebook et d’Apple, au cours d’une séance où les regards seront tournés vers Alstom et General Electric. Le CAC40 et le Dax pourraient engranger 0,5% tandis que le Footsie Britannique pourrait avancer de 0,3%.

Forex : La parité EUR/USD est très légèrement en territoire positif et cote ce matin vers 9 heures aux encablures des 1.3818$. La parité a gagné 0.08% sur la journée d’hier, passant d’un plus bas à 1.3800$ à 1.3855$ au plus haut. La monnaie unique européenne a été portée la veille par la forte croissance de l’activité privée en Zone Euro au mois d’Avril, qui enregistre sa plus forte hausse en près de 3 ans. Quant au billet vert, il restait sous pression en raison d’indicateurs américains continuant de dresser un tableau mitigé de la reprise économique des Etats-Unis, notamment les ventes de logements neufs qui ont été publiés en baisse à 384 000 contre 450 000 attendu et 449 000 précédemment. Sur le court/ moyen terme, l’EUR/USD pourrait revenir sur son retracement de Fibonacci des 1.3850$, déjà franchie hier, si la tendant haussière se maintient, avec en extension la zone des 1.3960$. A la baisse, il faudra bien surveiller le retracement des 38.20% à 1.3779$, ainsi que le suivant, celui des 50% à 1.3712$.

Les paires en yens évoluent à la baisse ce matin : la paire USD/JPY recule depuis l’ouverture de 0.20% et cote aux alentours des 102.32$ à près de 9 heures, alors que la parité cotait aux encablures des 102.68 yens au plus haut sur la journée d’hier. La zone des 103 yens pourrait être franchie à moyen terme, cependant à court terme, les 101.90 yens restent à surveiller. Concernant la parité EUR/JPY, elle cote aux encablures des 141.48 yens, soit en baisse de 0.13% depuis l’ouverture, cependant, la cours de la parité pourrait s’apprécier dans les jours à venir, l’évolution des cours de la parité étant orientée à la hausse.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les cours du baril de pétrole se stabilisent après avoir perdu du terrain mardi dernier sur fonds d’accalmie de la crise ukrainienne à la suite de la signature d’un accord à Genève entre Moscou et les Occidentaux. Néanmoins, la situation reste délicate alors que la Russie a affirmé se tenir prête à riposter si elle se sent menacée. Les investisseurs ont suivi également la publication des niveaux de réserves de pétrole aux Etats-Unis qui ressortent comme attendu en hausse ce qui tend à fragiliser les cours de l’or noir. Le département américain de l’Energie a fait état d’une hausse de 3,5 millions de barils des stocks pétroliers dans le pays faisant passer les réserves à 397,7 millions de barils soit un niveau record depuis 1931. Dans ce contexte, le Brent de la Mer du Nord se négocie proche ce matin des 109,31 dollars et le WTI s’affiche de son coté à 101,69 dollars.

Pour les métaux précieux, les derniers chiffres satisfaisant d’entreprises comme Apple ou Facebook ressortis outre-Atlantique ne permettent pas aux cours de se redresser. L’once d’or se négocie pour 1 285,65 dollars et l’once d’argent autour des 19,42 dollars.

Saxo Banque (France)

The Financial Year Coffee - 24 avril 2014 (édition n°4 - 10H30)
Stratégie Obligataire Hebdo – Natixis AM // Semaine du 21 avril 2014

Chaque semaine une analyse complète des marchés obligataires par les spécialistes du pôle d’expertise Taux de Natixis AM.

Le thème de ce numéro : « La croissance américaine soutient les actifs risqués ».

Points clés à retenir cette semaine :
- La croissance américaine confirme son redressement
- L’euro hésite autour d’1,38$ en attente de la BCE
- Préférer le Bund aux Treasuries
- Rester acheteur de spreads

Dans des volumes limités à la veille du weekend pascal, les marchés de taux ont légèrement baissé. Le Bund à 10 ans a repassé le seuil de 1,50% alors que le T-note américain corrigeait davantage (2,70%) en raison de données meilleures que prévu. La pentification de la courbe américaine contraste avec l’aplatissement observé sur le marché de l’euro à mesure que l’eonia (0,22%) se rapproche du taux refi contrôlé par la BCE. L’environnement reste néanmoins favorable au risque. Les spreads italiens et espagnols à 10 ans se situent désormais sous 160pdb. Le spread français anticipe le réinvestissement des flux du 25 avril. La bonne tenue des spreads nominaux pèsent sur les points morts des OAT indexées. A l’inverse, les breakevens des TIPS ont bénéficié de la pentification de la courbe des Treasuries. Les obligations d’entreprises étaient également bien orientées avec des spreads affichant un resserrement de 1 à 2pdb. Le rebond des marchés d’actions a permis une bonne performance hebdomadaire des indices synthétiques (-10pdb à 286pdb sur le XO), d’autant que la volatilité est en baisse. Sur le marché des devises, l’euro s’est stabilisé à 1,38$. Le yen abandonne 1% sur la semaine à 102,5 yens pour un dollar.

Accélération de la consommation aux Etats-Unis
Le Beige Book de la Fed atteste d’une amélioration de l’activité aux Etats-Unis, du crédit à la consommation avec un bémol relatif à la dynamique du logement. Les statistiques confirment en général ce diagnostic qualificatif. La production industrielle augmente de 0,7%M en mars avec un gain révisé à 1,2%M en février. La croissance de la production atteint 4,4%Ta au 1T14 et les enquêtes manufacturières régionales restent bien globalement orientées en avril. Les ventes au détail ont accéléré en mars (+1,1%M) et les mois précédents ont été révisés en hausse. La faiblesse du début d'année s'estompe. La progression de la consommation des ménages devrait approcher 1,6%Ta au 1T14. L'inflation remonte vers 1,5%A. Les inscriptions au chômage, au plus bas depuis 2007, indiquent que les créations d'emplois devraient maintenir le rythme actuel de 200k par mois. Les anticipations salariales pointent à la hausse, mais ces attentes tardent à se concrétiser. Dans le secteur du logement, l'activité redémarre plus lentement. Les mises en chantier et les permis de construire restent sous le seuil du million d'unités. Ainsi, les données sont compatibles avec une croissance du PIB proche de 1,8%Ta au 1T14.

Les raisons de la survalorisation de l’euro
La monnaie européenne reste stable et forte entre 1,37$ et 1,40$. Les causes de la survalorisation de la devise sont multiples. En premier lieu, la diminution de l’excédent de liquidité se traduit par une pression haussière sur l’eonia qui évolue au-dessus de 0,20% depuis le début d’avril. Les volumes prêtés au jour le jour dépassent régulièrement 30mds €. Ensuite, le solde courant de la Zone Euro est excédentaire de 2,4% du PIB (230mds €) et les flux entrants de portefeuilles d'actions et d'obligations font plus que compenser les sorties de capitaux des fonds monétaires. L'attrait des dettes périphériques relativement aux émergents notamment a joué un grand rôle dans le maintien d'une tendance haussière malgré la baisse du refi de novembre et la communication de la BCE annonçant un prochain virage non-conventionnel. Doit-on néanmoins anticiper une baisse de l'euro? Le besoin de diversification des réserves des Banques Centrales émergentes est sans doute toujours présent mais le niveau effectif du dollar devrait décourager les réallocations vers l'euro. Enfin, si le positionnement est difficile à suivre sur un marché aussi complexe et liquide que le change, on peut néanmoins noter que les fonds spéculatifs sont acheteurs d’EURUSD. Le débouclement de ces positions appuierait un éventuel retournement de tendance.

Jouer la baisse du T-Note
Le contrat Bund évolue entre 143,20 et 144,60 depuis deux semaines. Les volumes d’échange sont cependant restés limités (environ 460k lots par jour sur le contrat Bund juin 2014) avant le weekend Pascal. L’anticipation d’une politique monétaire plus accommodante de la BCE a été compensée par le raffermissement de la croissance aux Etats-Unis favorisant un début de resserrement monétaire mi-2015. En outre, la désescalade des tensions en Ukraine et la rhétorique plus dure de la Fed quant au rythme probable de hausse des taux, une fois entamé le cycle monétaire, ont engendré des ventes de contrats T-Note et, dans une moindre mesure, de Bunds. Ces flux vendeurs s’accentueront probablement si les PMI avancés poursuivent leur progression en avril. On note toutefois quelques flux finaux acheteurs de Bunds sur le segment de maturités 8-12 ans. Par ailleurs, les tensions persistantes sur les taux monétaires courts réduisent à la marge l’attrait de la dette allemande. Le 10 ans euro de référence offre cependant toujours une décote vis-à-vis du swap eonia ou de nos modèles de valorisation chiffrée entre 11 et 16pdb. La neutralité en termes de sensibilité prévaut dans nos portefeuilles euro. Le biais à l’aplatissement du spread 2-10 ans (137pdb) est maintenu ainsi que la stratégie pariant sur un resserrement du swap spread à 5 ans (36pd, -4pdb depuis un mois).

Aux Etats-Unis, le marché est attentif aux statistiques et les intervenants spéculatifs se positionnent davantage à la pentification de la courbe sur ses segments 7-10 ans ou 10-30 ans (en swaps). Ces positions ont été mises en œuvre sur les points hauts correspondant à un taux à 10 ans (Treasuries) proche de 2,60%. De fait, la fourchette 2,60-2,80% encadre les cotations de 10 ans depuis mi-janvier. Aux niveaux actuels (2,73%), nous recommandons un biais vendeur sur les Treasuries justifié par l’embellie conjoncturelle et le risque d’un cycle de resserrement anticipé. Ce scénario milite également pour un écartement des spreads sur les Treasuries.

Les courbes périphériques s’aplatissent
Concernant les spreads souverains, les investisseurs poursuivent leurs opérations d’extension de maturité. Les courbes de spreads ont tendance à s’aplatir en Italie (vente de BTP 3-6 ans, achats de 10 ans) ou en Espagne (hedge funds jouant l’aplatissement sur le 10-15 ans), à mesure que les niveaux de rendement diminuent. Ainsi, la baisse du 10 ans italien sous 3% a déclenché des achats sur des échéances plus longues. D’après les enquêtes auprès des détenteurs finaux, le consensus acheteur continue de se renforcer. Les investisseurs sous-exposés (étrangers non-euros, Banques Centrales ?) ont sans doute capitulé face au resserrement des spreads périphériques. Ces tendances à l’aplatissement des courbes de spreads s’observent aussi sur les marchés core. Malgré la trajectoire incertaine des finances publiques en France, le spread OAT reste cher soutenu par les flux de coupons du 25 avril. La dette belge surperforme toutefois l’OAT.

Succès d’émission pour la BTP Italia
Le Trésor italien a émis une nouvelle souche de BTP Italia de maturité 6 ans. La demande, répartie équitablement entre particuliers et institutionnels, s’est élevée à 20mds €, ce qui porte l’encours de dette indexée sur l’inflation italienne à 86mds €. L’offre a néanmoins pesé sur les points morts euro (OATi, BTPei). Nous anticipons une hausse modérée des points morts.

Sur les marchés du crédit, les spreads sont bien orientés d’autant que les marchés d’actions ont rebondi. Les primes sur les covered bonds se resserrent pour atteindre un plus bas depuis 2008 à 60pdb. Les financières surperforment sur le marché du crédit avec un resserrement de 5pdb en avril. High yield et émergents bénéficient aussi de l’environnement favorable à la prise de risque avec une réduction des spreads de 7-8pdb depuis fin mars.


Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- MBO Partenaires et Societex CF accompagnent le MBO du groupe Alkos 23/04/2014
- Rapprochement des groupes coopératifs BVL et Blue Whale 23/04/2014
- Winston & Strawn LLP sur la première levée de fonds de la startup Spicesoft 23/04/2014
- Flandre Automation rejoint Transitic 23/04/2014
- Ardian lève 10 Mds$ en Fonds de Fonds 23/04/2014
- iDealwine accueille May-Eliane de Lencquesaing dans son capital 23/04/2014
- Racine conseille Cevital dans la reprise de FagorBrandt 23/04/2014
- Paprec Group rachète Atlantic Metal 23/04/2014
- Viveris Management investit 1,5 M€ dans la société Terra Corsa 23/04/2014
- Technip vend sa participation majoritaire dans Seamec pour 20 M€ 23/04/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

La production dans le secteur de la construction en hausse de 0,1% dans la zone euro et dans l’UE28

Février 2014 comparé à janvier 2014.

En février 2014 par rapport à janvier 2014, la production dans le secteur de la construction, corrigée des variations saisonnières, a augmenté de 0,1% tant dans la zone euro (ZE18) que dans l’UE28, selon les premières estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En janvier, la production dans le secteur de la construction avait progressé respectivement de 1,6% et 1,4%.



Excédent de 13,6 milliards d’euros du commerce international de biens de la zone euro

Excédent de 4,4 milliards d’euros pour l’UE28 - Février 2014.

D’après les premières estimations pour le mois de février 2014, la zone euro1 (ZE18) a enregistré un excédent de 13,6 mrds d'euros de son commerce international de biens avec le reste du monde, contre +9,8 mrds en février 2013. Le solde enregistré au mois de janvier 20142 s'établissait à +0,8 mrd, contre -4,8 mrds en janvier 2013. En février 2014 par rapport à janvier 2014, les exportations corrigées des variations saisonnières se sont accrues de 1,2% et les importations de 0,6%.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres

Jeudi 24 Avril 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs