Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


The Financial Year Coffee - 2 avril 2014 (maj de 14H00)

Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre chaque matin des commentaires sur les marchés, les actions, les devises et les matières premières ainsi que les deals du jour et les chiffres de l'économie. Vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux. Plusieurs mises à jour quotidiennes.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour


Global Stocks At Highest Levels Since 2007 As US Economy Warms Up; Pressure Now On A Reluctant ECB To Act - ETX Capital

Tuesday’s ISM manufacturing report out of the US lifted hopes about the health of the world’s largest economy which froze during the winter period on the back of severe weather conditions – that led to a deterioration in macro indicators from all facets of the US economy. Yesterday’s ISM release however, indicated the US economy is warming up. Further, the Fed’s Yellen played dove Monday evening by saying she thinks the labour market remains fragile which warrants the need for an accommodative monetary policy until data suggests otherwise, instilling the market with confidence that stimulus measures are not going to come to a sudden end. Yellen sensibly, believes that monetary policy must tighten 6 months or so after the end of QE but at the same time, remains cautious on the overall health of the US economy.

Her comments about raising rates were more of a warning shot or a reminder to the market that rates at some point have to be hiked but she’s maintaining an overall cautious approach to monetary policies. It’s very similar to how Ben Bernanke announced his intentions to taper the bond-buying programme; we knew QE couldn’t last forever and we also know low-interest rates can’t either. Like Bernanke, Yellen is managing our expectations, letting us know well in advance that rates will have to be raised but it’s well flagged and enough time is being given to market participants to feel comfortable about the start of rate hikes. That puts the market in a bit of a sweet spot; forward guidance means we have around about a year to prepare for tighter monetary policies and the Fed is not going to pull out sudden action on us so monetary policy until then will remain accommodative.

As such global stock indices are at post crisis-highs – trading at their best readings since December 2007. On Wall Street Tuesday, the S&P500 closed up 0.7% at an all-time high of 1885.47 while the DJIA traded close to its record high, up 0.46% to 16532.80. Asian markets advanced in response, meanwhile in Europe, the FTSE100 is up around 20 points, the DAX up 45 points – gold is currently up around 4 bucks and in a sign of risk-on mood in markets, traditional safe havens such as core government bonds are falling out of favour as market participants snap up riskier assets on the improving sentiment across global markets.

In Japan, the BOJ’s quarterly Tankan survey suggested conditions in the first quarter were solid but Japanese companies are still worried about the rise in the consumption tax, which took effect yesterday. Furthermore, the BOJ indicated that Japanese companies do not see the central bank hitting its 2% inflation target next year or in the coming years [not even 5 years], undermining the policies of PM Shinzo Abe who believes that level must be hit for the Japanese economy move past years of deflationary mode. That in turn puts more pressure on the BOJ to act, particularly in the face of the softening yen currency.

Turning to today’s data – UK house prices remain robust according to Nationwide – house prices continued to rise in March though at a slightly slower pace but London’s annual growth reached an 11-year high in the Q1 of this year. There’s no surprise then that the surging house prices are helping fuel advances in the UK construction sector with PMIs out today painting a rosy outlook for activity in the sector. UK construction PMIs came in at 62.5 for March, down marginally from February's 62.6, but still representing strength. Elsewhere, euro zone PPI data showed a fall in prices which was more than expected in February, down 0.2% month-on-month compared to the 0.1% expected by consensus. The data shows that underlying deflationary pressures have accelerated in Q1 this year, driving the fall in PPI for two straight months; within the figures, lower energy and goods prices fell the most while capital goods were flat as well as non-durable goods while durable goods ticked up a touch.

These deflationary threats to the euro zone certainly add more pressure on the ECB to act tomorrow to stimulate the euro zone economy and tackle the issue of deflation head on – earlier this week, harmonized inflation for the euro zone fell to 0.5%, with data last week showing German and Spanish inflation falling. The ECB could cut the refi-rate; it certainly has the ability to act with measures if needed but it’s facing a dilemma here; by cutting rates or getting into negative deposit zone, the ECB is acknowledging deflation which is psychology more damaging to markets because the ECB would be seen as fuelling deflation concerns and worse still, the market will believe that rate cuts or negative deposit rates are not the way to combat deflation.

This will leave the ECB exposed and the market begging for a big bazooka measure rather than just rate cuts and negative deposit rates – big Bazooka is certainly not in the ECB’s interest at this juncture because conditions are not as drastic to warrant that. Indeed, euro zone PMI manufacturing data released Tuesday shows a recovery peripheral euro zone and better conditions in France. So for the ECB, it’s going to have to rely heavily on dovish communication to quell the market, standing pat on policies or risk exposing itself. Staying on the euro zone, data from the Spanish labour market showed continued to stabilisation in March - the unemployment level fell by 16.62k people in March, which is the sharpest decline since 2006 - although Spanish unemployment remains stubbornly elevated, particularly youth unemployment, conditions are likely to improve in the coming months as the economy there gets onto the path of recovery.

Greece is back in the spotlight but this time for all the right reasons because it’s behaved itself which meant euro zone finance ministers on Tuesday finally signed off on a delayed €8.3bn bailout aid tranche for Greece, ending a standoff between the country and its international creditors [the Troika] who insisted that Greece implement more tougher economic reforms. The approval of bailout funds kicked-up the Athens Stock Exchange to around a 3-year high and triggered a fall in the 10-year bond yield by 15 basis points to 6.19%, a level not seen since April 2010 – the lower yields drop, the greater Greece has a chance to return to bond markets as early as this year.

So when assessing market sentiment at the moment, financial investors appear to be sanguine about the global economy as we start the Q2 of this year; US economy unfreezing and we’ve now got a year to prepare for monetary policy tightening; deflation in the euro zone is a big concern but even bigger of the ECB acknowledges it so for now, expect forward guidance to be the ECB’s main tool to communicate to us and at the same time, data out of the region sparks optimism over the region’s prospects this year. Finally, the tensions in Ukraine which have caused a standoff between the West and Russia certainly remain a downside risk but since the peak of that crisis, tensions are easing and there is no likely threat of military action rather just a war of words. This Friday will be the first big macro release in the Q2 with US nonfarm payrolls scheduled for release – before that, we have the ADP jobs report out shortly – an indicator which is seen as a precursor to the payrolls report. Also Wednesday, we have US industrial new orders which will gain some attention following Tuesday’s solid ISM release.

Ishaq Siddiqi
Market Strategist
ETX Capital



Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading slightly higher this morning continuing to extend their impressive rebound as politics, mainly the situation surrounding Ukraine continues to fade in the background for now and economic data taking centre stage instead.
Stocks receiving an additional boost this morning from strong overseas market overnight with S&P posting yet another all-time high.
Overall better than expected economic data out of Europe and the US during the past week not only seem to indicate that recent turmoil in the Ukraine and in some emerging market countries have only little effect on the global recovery but also that growth is continuing to accelerate. Centre stage today will take the releases of the ADP index in the US and US factory orders.
Strong readings would most likely continue to fuel current optimism and increase confidence that despite elevated levels stocks continue the be the preferred investment. With markets being a bit overbought in the short-term and tomorrow the monthly ECB meeting is taking place followed by US Non-Farm payroll on Friday it wouldn’t be too much of a surprise if stock markets would slow their ascend and mainly be confined to range-trading today, seeing a mix of profit-taking and repositioning ahead of upcoming events and economic data releases.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Le CAC 40 revient sur ses plus hauts annuels

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principaux indices mondiaux ont été portés par de nouveaux catalyseurs positifs ce mardi. En effet aux Etats-Unis, la croissance du secteur manufacturier a accéléré en mars pour le deuxième mois consécutif. D’autre part, malgré un pic de quatre ans atteint en février, l’indice PMI de Markit est venu s’établir à 55,5 contre 57,1 précédemment, un niveau relativement haut qui continue de témoigner d’embauches massives dans le secteur. Outre-Atlantique, l'annonce d'un rebond de la production manufacturière en zone euro pour le neuvième mois consécutif est venue accentuer l’élan d’enthousiasme sur l’ensemble des marchés. Toutefois, bien que les publications aient été encourageantes en ce début de semaine, les gains restent limités en amont des prochains chiffres sur l'emploi américain et de la réunion de la Banque centrale européenne qui aura lieu jeudi. Malgré cela, les places américaines et européennes ont pu compter une nouvelle fois sur les propos rassurants de Janet Yellen énoncés ce lundi sur le maintien de l’aide de l’institution à l’économie. Le temps que ces annonces soient intégrées par les marchés, les indices ont finalement terminé en territoire positif. Aux Etats-Unis, le S&P500 a notamment affiché une nouvelle clôture record à 1 885,52 points en hausse de 0,70%. Le Dow Jones sur la même tendance a gagné 0,46% à 16 532,61 points, tandis que le Nasdaq s’est adjugé de 1,64% sur les 4 268,04 points. Auparavant en Europe, le CAC 40 a progressé de 0,80% à 4 426,72 points, niveau qui n’avait pas été atteint depuis septembre 2008. Le FTSE s’est élevé de 0,82% à 6 652,61 points, et le Dax allemand a terminé la séance sur les 9 603,71 points en hausse de 0,50%.

En Asie, la Bourse de Tokyo a récupéré les pertes enregistrées la veille suite aux publications positives américaines et européennes. Les marchés asiatiques ont également pu profiter d’un repli du yen qui a favorisé les valeurs exportatrices des principaux indices. Le Nikkei a ainsi gagné 1,04% à 14 946,32 points et affiche un nouveau pic de trois semaines. Le Topix, plus large, a fini en hausse de 0,59% à 1 211,36 points.

Ce mercredi, nous attendons les Bourses européennes et américaines en légère hausse à l’ouverture, dans le sillage des places asiatiques. Un véritable vent d’optimisme souffle sur l’ensemble des marchés en ce début de semaine, dans l’attente de rendez-vous importants et surtout en plein apaisement du conflit russo-ukrainien. Aujourd’hui, les investisseurs suivront attentivement la publication de l’enquête ADP sur l’emploi privé américain, avant le rapport mensuel de l’emploi publié vendredi. Nous attendons également les commandes à l’industrie et les stocks de pétrole aux Etats-Unis, ainsi que l’indice des prix à la production industrielle en Europe en cours de séance.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique européenne a gagné du terrain mardi face au billet vert. Les opérateurs continuent de miser sur une absence d’actions de la part de la Banque centrale européenne et restent prudents dans leurs prises de positions en attendant les chiffres de l’emploi américain vendredi.

Malgré l’annonce lundi d’une baisse de l’inflation au sein de la zone euro, retombant à son plus bas niveau depuis la crise financière, les investisseurs s’attendent à aucune nouvelle action. Ceux-ci semblent douter que le faible niveau des taux d’inflation ne soit pas suffisant pour que la BCE adopte des mesures supplémentaires pour faire monter les prix. En effet, de tels chiffres auraient auparavant alertés la Banque centrale, entrainant de nouvelles actions, néanmoins dans les faits, le président Mario Draghi reste sur ses positions et laisse suggérer que le niveau de l’inflation actuelle et la progression de l’euro n’est pas alarmant. Dans ce contexte, les investisseurs se positionnent plutôt à l’achat sur la paire phare du marché des changes, pensant que l’euro ne devrait pas subir une nouvelle dilution.

Outre Atlantique, les investisseurs américains restent prudents avant la publication des chiffres de l’emploi. Ceux-ci prendront connaissance aujourd’hui des chiffres de l’emploi dans le secteur privé puis vendredi des statistiques officielles de l’emploi aux Etats-Unis, pour le mois de mars. Ces données sont très attendues par le marché, car elles permettent d’aiguiller les opérateurs sur la vigueur de la reprise économique américaine. Le billet vert a également été affecté par les propos de la présidente de la Fed, Janet Yellen, qui a affirmé lundi dernier que la banque centrale devrait poursuivre son soutien exceptionnel à l’économie du pays, et ceux pendant un certain temps.

Tous ces éléments permettent donc à l’euro de reprendre des couleurs face au dollar. Hier, en fin de journée, la monnaie unique s’adjugeait à 1,3793 dollar pour un euro. L’euro qui s’adjugeait aux encablures de 1,38 pourrait poursuivre sa progression aujourd’hui en attendant la décision de la BCE demain en début d’après-midi et se hisser vers son prochain retracement à 1,3834.

De son côté, la devise nippone a perdu du terrain face à ses principales devises de contrepartie. L’euro et le dollar ont progressé face au yen, s’adjugeant respectivement à 142,98 yens pour un euro et 103,66 yens pour un dollar.

Quant aux autres paires de devises, la livre britannique baissait face à l'euro, à 82,93 pence pour un euro, ainsi que face au dollar, à 1,6628 dollar pour une livre.
La monnaie helvétique restait quasi stable face à l'euro, à 1,2184 franc suisse pour un euro, et montait face au dollar, à 0,8833 franc suisse pour un dollar.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent en territoire négatif ce matin. Le WTI cède 0,32% à 99,42$ tout comme le Brent en recul de 0,10% à 105,51$. Le brut de référence américain a le plus diminué depuis le 12 Mars dernier à cause de l’incertitude sur la croissance de la Chine, le deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde mais également suite aux spéculations sur une onzième semaine de progression de l’approvisionnement aux Etats-Unis. De plus, un certain nombre d’indicateurs montrent un ralentissement notable de la croissance économique du deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde à savoir la Chine, mais également une production américaine inférieure aux attentes des analystes et investisseurs. Selon l’Energy Information Administration, les stocks américains de brut auraient augmenté de 0,7% à 385 millions de barils la semaine dernière. Les raffineries n’ont fonctionné qu’à 86% de leur capacité il y a deux semaines, restant sous la barre des 90% pour la dixième semaine consécutive. Les estimations tablent sur une augmentation à 86,4% d’utilisation des capacités des entreprises la semaine dernière.

Alors que la crise en Ukraine avait provoqué une envolée des prix la semaine dernière, les investisseurs étant inquiets de l’approvisionnement en pétrole et gaz en provenance de la Russie notamment, ils semblent à présent profiter de la baisse des tensions avec le début du retrait des forces armées russes de la frontière orientale avec l’Ukraine. De plus, le contexte économique mondial, avec le ralentissement de la Chine, et une nouvelle augmentation des stocks américains, ne semblent pas être favorables à un WTI supérieur à la barre symbolique des 100$.

Du côté des métaux précieux, on évolue globalement en territoire positif ce matin. Le métal jaune progresse de 0,41% à 1 284,22$, tout comme l’argent qui s’adjuge 0,40% à 19,84$. L’or se reprend après avoir atteint son plus bas niveau depuis sept semaines, ce qui a encouragé les investisseurs et les acheteurs d’or physique en Chine. Rappelons que la Chine est devenu le plus gros pays consommateur d’or physique devant l’Inde l’année dernière. Le métal jaune a perdu 3,2% au cours du mois de Mars, pénalisé par la nouvelle diminution du rachat mensuel d’obligations par la FED. L’or pourrait être de nouveau sous pression en fin de semaine avec les chiffres de l’emploi américain. Le platine progresse de 0,42% à 1 430,25$ tandis que le palladium cède 0,31% à 778,34$.

L'équipe Saxo Banque


China Economic Indicators – March 2014

Economists lowered expectations for China’s 2014 GDP growth to 7.5% from 7.7% last year.
Chinese exports declined by 18.1% while imports expanded by 10.1% respectively in the month of February.
Industrial production increased by 9.7% in December, but remained below the long term average of 12.1.
China’s purchasing managers’ index fell marginally to 50.2 in February.
Consumer sentiment fell as the Consumer Confidence Index decreased to 101.1 in January, down from 102.3 in December.
The Consumer Price Index had a slower than average growth of 2.0% in February.

Other highlights include:
- The SSE composite index fell by 5.3% in the last 30 days.
- The Yuan weakened against both the US Dollar and Euro by 1.81% and 3.11% respectively in the last 30 days.
- Money supply grew at a slower rate of 13.3% in February on a year-on-year basis.

Monthly Report:

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Sofimac Partners clôture son fonds d’amorçage technologique Emergence Innovation 1 à 33 M€ 02/04/2014
- M6 finalise la cession de Mistergooddeal au Groupe Darty 02/04/2014
- SITA acquiert Arc Hygiène Environnement 02/04/2014
- Le Groupe Toupargel annonce l’acquisition de la société Eismann France SAS 01/04/2014
- The CoSMo Company lève 3,8 M€ lors d’un premier tour de financement 01/04/2014
- Armand Associés accompagne le fonds Verdoso Industries dans le cadre de la cession de la société Alema au groupe Kuka 01/04/2014
- SODICA Corporate Finance accompagne la famille Duffort dans la cession de deux vignobles 01/04/2014
- HPML accompagne le Groupe Sebbin dans le cadre d’une nouvelle levée de fonds 01/04/2014
- Jacques Salès et Steven Merino rejoignent l’équipe corporate et fusions-acquisitions du Cabinet Testu, Hill, Henry Gaboriau 01/04/2014
- Salvepar investit 20 M$ au côtés de Starr Investisment Holdings dans l’acquisition de Multiplan 01/04/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Marchés : chiffres du jour

Excédent du commerce de biens de l’UE28 avec les États-Unis de 92 mrds d'euros en 2013.
Excédent de 14 mrds des échanges de services en 2012.

Sommet UE - États-Unis.

Les États-Unis sont restés le principal partenaire commercial de l’UE28 en 2013 tant pour le commerce de biens que de services.
Toutefois, une réduction constante de la part des États-Unis dans le total du commerce international de biens de l'UE28 a été observée au cours de la dernière décennie.
Alors qu'en 2002 les États-Unis représentaient 28% du total des exportations de l'UE28 et 20% de ses importations, ces proportions sont tombées en 2013 à respectivement 17% et 12%.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres

Mercredi 2 Avril 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Blockchain Daily News

Lettres métiers

Livres Blancs