Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


The Financial Year Coffee - 14 mai 2014 (édition n°6 - 17H30)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour


Late Afternoon Briefing - ETX Capital

Risk-averse tone ensues this afternoon in Europe with stock markets under pressure as core government bond prices rise and yields fall as the focus remains largely on the Bank of England and the European Central Bank.

The BOE presented its quarterly inflation report earlier, with the Bank striking a dovish note in order to downplay the strength of the sterling and push back expectations of a rate hike in 2014 – it seems to have worked, with sterling and UK gilt yields moving lower following the report. The UK also published unemployment data which again was encouraging, with the rate dropping to 6.7% from 6.9% previously, indicating momentum in the labour market.

The BOE doesn’t quite think so, however, suggesting that there’s still a slack in the labour market with real wages not matching inflation just yet which to some degree is correct following the data. The big take-away from the BOE’s report this time around was that rates will rise within a year, but only a small increase; growth forecasts need little changing and the Bank keeps an open mind about policies but is reluctant to get involved to cool the housing market just yet. All in all, the BOE dashed any expectations of a rate hike this year – a widely prudent approach with many seeing it as the BOE buying some time before they have to get to work.

The ECB was under focus again today with the euro currency pressured by recent speculation that the ECB is looking to inject stimulus measures next month, endorsed by the German Bundesbank who previously have vocally opposed stimulus action by the ECB if unconventional. Now, all options are considered from negative deposit rates to a bond-buying programme – the market is welcoming this; it’s what market participants want and is taking the wind out of the recent strength in the euro which saw it last week hit the psychologically important $1.40 mark against the US dollar.

European equities are currently hovering just below multiyear highs and US stock markets are weaker at the open – it seems to be a bit of a pause in the markets’ recent rally but does not mean we have lost the bullish momentum just yet. With the accommodative ECB chatter and dovish BOE we also have dovish rhetoric from the Federal Reserve who have pledged to low-rates even after QE ends this year.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Afternoon Briefing - ETX Capital

The Bank of England’s much awaited quarterly Inflation Report was out earlier Wednesday with governor Mark Carney striking a dovish tone which dampened sterling's recent rally, with the UK currency dropping to its weakest level in a month versus the US dollar. Carney seemed a little too dovish for the market, failing to really acknowledge the boom in the UK economy – perhaps in some ways, trying to push back the timing on interest rate increases.

Along with sterling, UK gilt yields also dropped as bonds gained some ground – an inverse relationship between yields and bonds. Carney might be a little proud of himself for sterling’s weakness as he actually talked down the currency, suggesting that its persistent strength will affect the UK economic recovery. UK unemployment dropped to a five-year low for the three months ended in March, bolstering the view Britain's recovery is gaining traction as the labour market continues to improve.

Earlier, jobs data out of the UK showed the unemployment rate came in at 6.8%, in line with expectations and down from 6.9% for the three months ended in February. The data showed there are 722,000 more people in work versus last year which would make this the largest annual increase for 24 years. Encouragingly again, average earnings including bonuses were up by 1.7 % in the three months to March on the previous year which is ahead of March's 1.6% consumer price inflation rate. This makes it the first rise in real wages after a six-year squeeze, however economists predicted a higher figure, above 2%, so were quick to suggest that real wages still need to pick up.

That was echoed by Carney in the Inflation Report as he also believes that real wage growth hasn't happened yet with the economy only just getting back to its feet. Carney still reckons there is slack in the labour market and reiterated that the bond-buying programme will stay at £375billion even until after rates rise. Although the BOE acknowledged that we are in for the first rise in interest within a year, the Bank believes only a modest tightening of monetary policy is warranted in order to keep inflation in line with the Bank’s target over the next three years.

The BOE avoided much discussion of rapidly rising house prices, instead saying it expected the rate of increase in property prices to be maintained and that "the house price to earnings ratio remains below 2007 levels". The report gives little indication that the bank feels that it needs to take action at the moment to cool the momentum in the housing market. Within the report, the Bank’s central forecasts indicate that consumer price inflation will stand at 1.9% in the second quarter of 2016 and will still only be 2.0% in the second quarter of 2017 – that however is on the assumption that interest rates start to edge up in spring 2015 and QE remains unchanged.

That means that inflation will remain below the 2% target for the next three years, forcing the Bank to cut its inflation forecasts for the rest of 2014 and early-2015. In terms of GDP forecasts, the BOE expects growth to come in at 3.4% in 2014, 2.9% in 2015 and 2.8% in 2016. That’s not much of a change from the estimates back in February. In terms of unemployment, the BOE reckons it will come down quicker with the rate likely to be around 6.3% by the end of this year and 6% by the end of 2015.

So to sum up, little changes to forecasts and a dovish tone which talks down sterling’s strength, imminent rate hikes being played down by the Bank – what we do know is that the Bank will raise interest rates around spring 2015 but it will be a small hike and not actually usher in subsequent monthly rate increases but rather more timely increases to match the performance of the economy.

Low interest rates are supportive to the UK economy while the strength of the pound argues against any early interest rate hike – for that reason, the BOE think it’s better to stand pat for now.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Morning Briefing - ETX Capital

Equities in Europe are broadly flat Wednesday, pausing for breath after major regional stock benchmarks climbed to six-year highs in the previous session on heightened speculation that the European Central Bank will fire stimulus measures next month.

Overnight, Asian share markets rose to their highest level in more than a month following the stellar session in the US on Tuesday in which the S&P500 managed to post its 10th record closing high for the year.

That came in spite US retail sales coming lower than expected which weighed on the US dollar – the USD has recently benefitted on the better economic fundamentals out of the US thanks to improving data.

The euro is currently trading around $1.3720, paring losses after hitting five-week lows following reports of the likelihood of easing action increased in the euro zone by the ECB in June.

That was after a report suggested that Germany’s Bundesbank is ready to support the ECB with injecting stimulus measures such as a negative deposit rate or bond-buying programme, if the situation warrants it.

It must be noted that a disappointing German ZEW survey of investor sentiment certainly would have swayed German policy makers to lean toward endorsing further stimulus measures by the ECB. Data from the euro zone will again be eyed with industrial production numbers under increased focus, due shortly.

Elsewhere in the FX markets, the UK pound jumped to its strongest level in 16 months versus the euro before the Bank of England presents its quarterly Inflation Report with investors waiting for clues on possible hints of rate increases as early as next year.

Meanwhile, market participants were concerned about the developments in the ongoing crisis in the Ukraine where pro-Russian separatists ambushed Ukrainian troops on Tuesday resulting to 7 killed. Moscow’s Micex equity index was trading on the soft side but the Russian rouble is 0.3% better against the dollar at around Rbs34.73.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



UBS daily roundup - Divergent directions on policy in Europe

Presented by Paul Donovan.

- Euro area monetary policy comes into focus with the release of final consumer price inflation data from France and Germany. Any hint of a downward revision would send some parts of the market into paroxysms of hyperbole.

- We also hear from the ECB and Bundesbank's Weidmann, which may turn out to be the more important event. The Wall Street Journal was suggesting that the Bundesbank might graciously accede to a policy easing if the conditions were right.

- The Bank of England inflation report, and associated questioning of the governor, gives markets an opportunity to review their views on UK policy tightening. Questions over sterling, and the government's housing market help to buy / bubble scheme are likely.

- The US is relatively quiet in terms of events. Producer price data is due, but the prospect of hearing from Fed Chair Yellen tomorrow is likely to subdue macro interest for now.




Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed this morning with both the German Dax and the English FTSE 100 continue to trade close to new all-time highs.
Markets overnight in Asia and the US have posted a mixed performance and consequently have fairly little impact on this morning’s market action.
Growing optimism that the ECB is moving ever closer to take action against low inflation and a strong Euro and plenty of corporate earnings results this morning are so far pushing the Ukrainian crisis somewhat in the background for now.
Focus this morning will be on UK employment figures and Euro-zone industrial production data. While the production data is expected to show a decline compared to the previous month and once again confirming that the recovery is continuing but a very modest pace, a further rapid fall in the UK unemployment rate could increase pressure on the BOE to raise rates rather sooner than later.
Overall sentiment remains positive for stocks, although some might wish for higher volume and better market breadth which would put the most recent market advance on a better foundation. Also traders still waiting for further news out of Russia with Russian President Putin so far having been quiet what his plans are concerned about a possible annexation of the two Eastern Ukrainian provinces who have declared themselves independent and asked to join the Russian federation.
With a lack of major news today, markets are vulnerable to profit-taking and the rally possibly running out of steam.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Ouverture stable à l'approche de nombreuses résistances techniques

Marchés Actions : Au chapitre des actions, les marchés financiers ont vécu hier une nouvelle journée de records. Le CAC 40 a dépassé la barre psychologique des 4500 points pour la deuxième fois de l’année. Il a même atteint 4.511 points en « intraday », un niveau plus atteint depuis le 3 septembre 2008. L’indice français a ainsi clôturé la séance sur les 4.505,02 points pour une appréciation de +0,25%. D’ailleurs, toutes les places européennes ont progressé, de +0,15% en moyenne, sauf Milan qui a perdu 1,1% de sa valeur initiale au cours de la journée. Le FTSE 100 a gagné 0,3%, à 6.873,08 points, en égalant son record de mai 2013 au-delà des 6.870. Le DAX, quant à lui, s’est hissé jusqu’aux 9.754,43 points. Avec cette progression de +0,53%, l’indice allemand a atteint son zénith, malgré la faiblesse de l’indice ZEW du mois de mai.

De l’autre côté de l’Atlantique, les indices de Wall Street ont encore battu de nouveaux records historiques à la Bourse de New York, dans un marché nerveux, doutant toujours de la valorisation de certains titres technologiques phares. En effet, le Dow Jones Industrial Average s'est adjugé 0,12%, soit 19,97 points, à 16.715,44 points, atteignant un troisième sommet historique d'affilée. Le S&P 500 a atteint pour la première fois de son histoire le seuil des 1.900 points en cours de séance. Mais en fin de journée, il est redescendu sur les 1.896,45 points. Le S&P 500 reste donc bien sur le vert, avec une appréciation de 0,04% ou 0,80 points. Enfin, l’indice à forte composante technologique, le Nasdaq, a cédé 0,33% au cours de la journée, en descendant sur les 4.130,16 points. Il faut cependant nuancer cette retombée si l’on prend en considération la progression de près de 2% la veille.

Sur le front des entreprises, le groupe informatique Microsoft a annoncé mardi une version moins chère de sa nouvelle console de jeux Xbox One. Le géant de l’informatique s’est vu adjuger une progression de 1,13% à 40,42 dollars. Du côté des télécommunications, l’américain AT&T serait prêt à mettre jusqu'à 50 milliards de dollars pour prendre le contrôle de l'opérateur de télévision par satellite DirecTV (-1,24% à 86,08 dollars). De ce fait, les actions de AT&T ont perdu hier 1,01% à 36,20 dollars.

Aujourd’hui, les investisseurs apprendront l’estimation finale de l’évolution des prix à la consommation en Allemagne, en France et en Espagne au cours du mois d’avril. Les investisseurs seront également particulièrement attentifs avec les compagnies Bic, BNP Paribas, Dexia, Eramet, JCDecaux, NRJ Group et Thales qui réunissent leurs actionnaires en assemblée générale. Par ailleurs, à 9h45, on attend un discours de Mr Wediman, président de la banque centrale allemande, dans un contexte où les valeurs du ZEW ont été plus que décevantes.

Forex : Sur le marché des devises, l’euro a perdu près de 2% face au dollar depuis l’intervention de Mario Draghi jeudi dernier. L’annonce d’éventuelles mesures dès le mois prochain pour contrer le risque de déflation ne cesse de peser sur la monnaie unique sur les dernières séances. Après avoir atteint un plus haut à 1,3993$ lors du compte rendu de l’institution, l’euro vient d’atteindre un plus bas depuis début avril à 1,3687$ ce mardi.

En cause, la publication de l’indice ZEW qui mesure la confiance des investisseurs allemands, et qui est ressorti en repli de 10,1 points à 33,1 contre 43,2 en avril. L’indice qui enregistre son plus faible niveau depuis janvier 2013, inquiète les investisseurs dans l’attente des chiffres sur la production industrielle ce mercredi et surtout, de ceux pour la croissance en zone euro jeudi. Le billet vert qui depuis plusieurs semaines était pénalisé par les interventions de la Réserve fédérale américaine, est en train de se renforcer, profitant amplement de l’affaiblissement de sa consœur. Ce matin la paire EUR/USD évolue aux encablures des 1,3720$ et s’oriente en faveur de la monnaie unique, malgré le recul de la veille. La zone euro focalise tous les regards cette semaine, ce qui explique également les nombreuses suspicions autour de l’euro.

Du côté des paires en yens, la devise nippone ne parvient pas à trouver une tendance ferme dans l’attente des chiffres sur la croissance au Japon publiés ce jeudi. Toutefois et contrairement à l’euro, qui est dans l’attente de l’intervention de la BCE, le yen pourrait profiter à court terme du fait que la Banque du Japon ne soit pas encore décidée à assouplir sa politique monétaire. Face à ces incertitudes, les cambistes peinent à se positionner sur les dernières séances: la paire EUR/JPY évolue toujours sur les 140,10 yens ce matin et continue de tester le seuil technique des 140,00 yens.

En parallèle, l’USD/JPY reste sur une tendance neutre. Faute de nouveaux catalyseurs majeurs sur le sol américain, la parité s’échange à 102,12 yens ce mercredi matin. En effet, le billet vert marque une pause depuis le début de l’année suite à un fort mouvement haussier observé à l’arrivée de Shinzo Abe au pouvoir. Depuis, la paire évolue dans un rang compris entre 101,00 et 104,00 yens et reste dans l’attente de nouvelles majeures pour sortir de cette zone.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent s’échangent en territoire positif ce matin en s’adjugeant respectivement 0,36% et 0,22% à 102,07$ et 109,48$. Le brut de référence américain a progressé pour la troisième journée consécutive, soit la plus longue série de hausse en près de trois semaines, suite à un rapport de l’industrie aux Etats-Unis qui montre que les stocks de brut ont reculé dans le plus grand centre de stockage américain. Les stocks de brut à Cushing ont ainsi diminué de 590 000 barils la semaine dernière selon l’American Petroleum Institute. Avant les données de l’Energy Information Administration aujourd’hui, les analystes s’attendent à ce que l’offre à l’échelle nationale reste inchangée, proche de son niveau record, à 397,6 millions de barils.

La situation en Ukraine ne semble s’apaiser alors que des séparatistes pro-russes ont abattu sept soldats dans une embuscade dans la partie Est du pays. Le gouvernement ukrainien a demandé à la Russie de condamné ces militants qui tentent de déstabiliser le pays. Le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a déclaré à Bruxelles que Moscou soutient les « manifestants et terroristes » dans leurs tentatives de déstabilisation du pays. Rappelons que la Russie a imposé une date limite pour régler la facture de gaz de l’Ukraine. Si le 2 juin prochain cette dette n’est pas réglée, la Russie stoppera l’approvisionnement en gaz de l’Ukraine.
Du côté des métaux précieux, la journée commence légèrement dans le vert, le métal jaune progressant de 0,12% à 1 295,16$. Dans le sillage de l’or, l’argent grappille 0,08% à 19,56$. L’or se maintient au-dessus de son plus bas niveau en une semaine alors que les violences en Ukraine et les signes de hausse de la demande en Chine, le plus gros consommateur mondial attirent le regard des investisseurs. Le ministre de la Défense ukrainien a déclaré que son pays luttait contre une guerre « non déclarée » de la Russie. L’or profite actuellement de la situation en Ukraine même si peu d’investisseurs s’attendent à une guerre totale. La demande d’or physique devrait un peu augmenté en Chine, mais l’évolution de la reprise économique aux États-Unis devrait continuer à déterminer la direction de l’or dans les prochains jours. Le platine progresse de 0,24% ce matin à 1 457,82$ après son plus gros gain en trois semaines hier de 1,2% tandis que le palladium cède 0,09% à 816,75$. En effet, en dépit de la mort de quatre personnes au cours des quatre derniers jours en Afrique du Sud, Lonmin PLC a déclaré vouloir rouvrir ses mines de platine aujourd’hui après une grève qui a duré près de 15 semaines, ce qui a paralysé la production du plus gros producteur mondiale de platine et deuxième en production de palladium.

Saxo Banque (France)

Calendrier économique


12 mai 2014

Bulletin hebdomadaire de J.P.Morgan Asset Management - édité par David Shairp, stratégiste - offrant un point sur les marchés financiers et sur l'actualité économique

Il présente cette semaine les conclusions du Quadrimestre, réunion des grands investisseurs AMS-GMAG que J.P.Morgan AM organise trois fois par an, au cours de laquelle les équipes présentent et testent leurs opinions sur les économies et les marchés mondiaux pour l’année suivante et au-delà.

Ces conclusions portent sur trois grands thèmes :
- Les perspectives de croissance
- L’équilibre des risques.
- L’évolution des niveaux de conviction

D’autre part, la synthèse des principales statistiques de la semaine porte sur la politique de la Banque d’Angleterre (BoE) face aux risques de surchauffe du marché immobilier britannique.

Au cours des deux derniers jours d’avril s’est tenu notre Quadrimestre, réunion des grands investisseurs AMS-GMAG que nous organisons trois fois par an, au cours de laquelle nos équipes présentent et testent leurs opinions sur les économies et les marchés mondiaux pour l’année suivante et au-delà. Notre bulletin hebdomadaire présente cette semaine nos principales conclusions :

Nous restons positifs sur les actifs risqués, comme nous l’étions également lors de notre précédent Quadrimestre en décembre dernier. Cependant, en raison de la progression des valorisations et de la normalisation de la politique monétaire, nous n’anticipons pas au cours des années qui viennent une performance des actions comparable à celle dont nous avons bénéficié récemment, particulièrement en 2013. Du fait de l’affaiblissement de notre conviction, nous entendons mettre l’accent sur la diversification de nos portefeuilles et sur les scénarios de valeur relative plutôt que sur les expositions directionnelles au cours de la période d’incertitude qui s’ouvre devant nous.

Perspectives de croissance
Nous prévoyons toujours une accélération de la croissance mondiale, stimulée par le renforcement de l’activité aux États-Unis et en Europe. Après correction des effets des conditions climatiques extrêmes du premier trimestre cette année, nous estimons que les pays du G-7 sont entrés dans le régime “Inflationniste” de notre cadre interne G-Map, qui suggère pour l’avenir une accélération de la croissance et de l’inflation. Cette étape du cycle est habituellement associée à la volatilité des performances, qui peut se révéler quelque peu inégale selon les classes d’actifs et les zones géographiques. Ce contexte se classe au second rang des pires environnements (sur une échelle de quatre) pour les actions et les REIT (sociétés de placement immobilier), à la première place pour les matières premières et à un niveau toujours raisonnable pour le crédit.

Les États-Unis semblent également entrés dans une phase inflationniste, la croissance progressant de concert avec l’inflation, bien que l’accélération de cette dernière part de son niveau actuel (très faible). Nous prévoyons que le niveau de l’inflation restera bien maîtrisé jusqu’à fin 2015. Si le PIB révisé du premier trimestre devrait s’avérer inférieur à zéro (entre -0,5 % et 1 % selon les récentes statistiques de stocks), le second trimestre est en bonne voie de rattraper le temps perdu en approchant de 4 %, et nous prévoyons une croissance supérieure à 3 % pour le second semestre de cette année.

La zone euro continue d’enregistrer des niveaux d’inflation dont la faiblesse est préoccupante, liée à la force de la monnaie unique, la langueur de l’économie et la fragilité financière. Alors que la poursuite de la désinflation va inciter la BCE à passer à l’action (dès le mois de juin), nous sommes persuadés qu’un dispositif d’assouplissement quantitatif à part entière ne sera adopté qu’en dernier ressort. Si l’économie de la zone euro montre des signes de croissance sans inflation, celle du Japon affiche des signes d’inflation sans croissance.

La faiblesse du yen et la hausse de la TVA ont fait progresser les prix à la consommation headline (apparents), mais on reste dans l’expectative pour ce qui concerne la transmission de l’inflation aux salaires réels. Comme la relation entre la confiance des consommateurs et les marchés d’actions se délite, tout va dépendre d’un éventuel regain de tension sur le marché de l’emploi, qui stimulerait positivement à la fois la croissance et l’inflation. Nos perspectives pour les marchés émergents sont mitigées et varient selon les marchés. Nous estimons que le retournement du sentiment des investisseurs au cours de ces dernières semaines a été principalement influencé par certains positionnements extrêmes. Notre vision à moyen terme demeure basée sur la prudence.

Il est important de rappeler que de nombreux pays émergents doivent encore s’attaquer à la croissance excessive du crédit, ce qui implique un resserrement à venir de la liquidité au niveau mondial. Le ralentissement de la croissance en Chine et l’instabilité du système financier continuent d’assombrir l’horizon des pays exportateurs de matières premières.

L’équilibre des risques
Les risques ont évolué depuis la fin de l’an dernier. En décembre, nous avions mis l’accent sur les inquiétudes liées à un éventuel retournement précoce et inattendu de la politique d’assouplissement monétaire. Désormais, après un processus de clarification parfois éprouvant, ces inquiétudes se sont apaisées, le marché s’étant adapté à la trajectoire incertaine du dénouement de la politique d’assouplissement monétaire. Les niveaux inhabituellement faibles de volatilité des actifs signifient que la surprise pourrait résider dans tout infléchissement de la politique monétaire qui ne déclencherait pas une volatilité accrue des prix des actifs.

Les risques de baisse se sont néanmoins accrus dans le monde émergent. Plusieurs pays semblent sur le point d’entrer dans un cycle douloureux de désendettement au cours des deux ou trois prochaines années. L’écart crédit/PIB (évolutions du ratio de crédit en pourcentage du PIB par rapport à la tendance) révèle un déséquilibre plus élevé dans les marchés émergents qu’avant la crise financière asiatique de 1997. Cette approche a été soulignée par la BRI (Banque des règlements internationaux) comme un signal d’alarme pertinent de crises possibles et illustre les difficultés restant à surmonter par les nations émergentes. Sur le plan macro-économique, les perspectives immédiates des marchés émergents seront tributaires de leur performance à l’exportation et du besoin d’une ré-accélération significative, en ligne avec le raffermissement attendu de la croissance mondiale, sans pour autant provoquer de nouvelles hausses de l’inflation. De nombreux pays émergents continuent cependant à afficher encore, sur leur lancée, une dynamique de fin de cycle : croissance excessive du crédit, hausse de l’inflation et nouveau resserrement de la politique monétaire. Cette combinaison ne suggère pas le début d’une nouvelle tendance haussière durable.

Evolution des niveaux de conviction
Nous continuons à trouver attractifs les actifs plus risqués (les valorisations des actions restent défendables et les spreads de crédit, compte tenu des faibles niveaux de défaut, peuvent encore se resserrer) mais il est peu probable que les performances des prochaines années puissent atteindre les niveaux affichés au cours de la récente période écoulée. La combinaison d’une croissance faible mais positive, d’une inflation faible et d’un assouplissement extrême de la politique monétaire a créé un environnement favorable aux actifs risqués. Mais l’analyse de ce cocktail nous rappelle que nous ne devons pas miser sur la persistance de ces conditions indéfiniment. Ce régime arrive à son terme dans les marchés développés, ce qui implique des performances plus faibles et plus volatiles.

Nous restons positifs sur les perspectives des actions mais sommes inquiets de la montée en puissance de cette opinion. Le contexte macro-économique devrait se montrer porteur pour les bénéfices et le récent regain d’activité des fusions/acquisitions apporte un soutien technique. Mais il y a moins de potentiel en provenance de l’expansion des multiples pour compenser d’éventuelles déceptions sur les bénéfices. Pour ce qui concerne les obligations souveraines, nous restons adeptes de notre positionnement favorable à une duration courte – un retour à la croissance supérieur à la moyenne aux Etats-Unis devrait permettre de constater une fermeture de l’écart de production, suggérant que l’inflation devrait progresser de manière cyclique. Cependant, le choix de la duration courte est une stratégie populaire, il existe une forte demande pour les obligations à long terme émanant des stratégies de réduction des risques et les incertitudes géopolitiques abondent.

Au cours des dix-huit derniers mois, les mouvements de marché ont provoqué une réduction des opportunités suscitées par les anomalies de valorisation. Du fait de l’affaiblissement de notre conviction, nous allons chercher à réduire le risque ex-ante, et à considérer la valeur relative et l’atténuation du risque comme des objectifs prioritaires.

Réflexions diverses
- Aux Etats-Unis, les bonnes nouvelles arrivent dans des enveloppes au format réduit. Alors que les grandes banques font état d’une activité de prêts atone, les petites banques enregistrent leurs niveaux les plus élevés jamais atteints. De même, l’emploi dans les petites entreprises privées a atteint un record de hausse, alors que les chiffres des grandes et moyennes entreprises restent inférieurs à leurs niveaux records d’avant la crise.
- Après avoir progressé à 20 reprises depuis 2009, l’indice Macau Casino est en recul de plus de 20 % depuis le début de l’année, dernier représentant de plusieurs bulles que le gouvernement chinois tente de réduire. L’immobilier et le crédit ont été jusqu’à présent ses premières cibles, le Comité permanent du Parti cherchant à réduire l’instabilité financière.
- La crise russo-ukrainienne a fait évoluer les opinions sur la dépendance énergétique. Alors que la révolution énergétique américaine (US) a fait progresser les stocks de pétrole brut (exprimés en barils, à l’exclusion des stocks stratégiques) à leurs plus hauts niveaux depuis 1931, l’Europe ne fait que commencer à reconsidérer sa position sur la fracturation, dans laquelle le Royaume-Uni et la Pologne se sont activement engagés. Enfin, ce continent détient des réserves de gaz de schiste presque aussi importantes que les Etats-Unis ; selon les estimations 2013 de l’US EIA, l’Ukraine se classe au troisième rang des pays d’Europe détenteurs de réserves de schistes techniquement exploitables, après la France et la Pologne.
- En début d’année, le Trésor américain (US) a émis son premier bon à taux variable (FRN), avec un montant en principal fixe et un taux d’intérêt indexé sur les bons du Trésor à 3 mois. C’est son premier nouvel instrument de dette introduit auprès du public depuis l’introduction en 1997 de titres du Trésor protégés contre l’inflation (TIPS).

Document produit par l’équipe Global Multi Asset Group de J.P. Morgan Asset Management.
Édité par David Shairp, Stratégiste

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Assystem finalise l’acquisition de la société saoudienne Radicon Gulf Consult 14/05/2014
- Delva France négocie le rachat de Huro-Agri 14/05/2014
- Bpifrance et iXO Private Equity entre au capital du groupe Panther 13/05/2014
- L’australien Ramsay Health Care en négociations exclusives pour le rachat de Générale de Santé 13/05/2014
- Edenred s’étend aux Emirats Arabes Unis avec le rachat de C3 Card 13/05/2014
- WideOrbit annonce l’acquisition de Fivia 13/05/2014
- Finance islamique : les techniques du droit français 13/05/2014
- Greenweez lève 800,000€ et rachète GreenRepublic 13/05/2014
- FTPA conseille le groupe Gévelot dans la prise de contrôle de la société Kudu Industries Inc., pour un montant de 94 M€ 13/05/2014
- Montefiore Investment reprend Lyovel 13/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Déficit du commerce de biens de l’UE28 avec le Japon en baisse à 2,5 mrds d’euros en 2013

Excédent de 9,2 mrds d’euros des échanges de services.

Au cours de la dernière décennie, le commerce de biens de l’UE28 avec le Japon s’est caractérisé par une baisse continue de la part du Japon dans le total du commerce international de biens de l’UE28, en particulier s’agissant des importations, ainsi que par une réduction significative du déficit commercial.
La part des importations de l’UE28 en provenance du Japon s’est réduite de plus de moitié, passant de 7,9% en 2002 à 3,4% en 2013, et celle des exportations de l’UE28 vers le Japon a reculé de 4,9% à 3,1%.
En 2013, le Japon était le 7ème partenaire commercial de l’UE28, alors qu’il en était le 4ème en 2002.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres

Mercredi 14 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs