Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


The Financial Year Coffee - 13 mai 2014 (édition n°5 - 16H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour


Afternoon Briefing - ETX Capital

European financial markets have maintained session gains but could see some turbulence following the weaker US retail sales data which provides US Treasuries with a bit of a respite, pushing investors to take a more conservative stance in the afternoon session.

Upbeat earnings in Europe from Airbus after the company posted a narrower-than-expected decline in first quarter earnings, while Thyssenkrupp reported figures that show the group returned to a net profit in Q2 for the first time in around two years.

European stock markets were further supported by a sliding euro currency on the back of prospects of a rate cut by the ECB next month. That follows a report in the WSJ that Germany’s Bundesbank - who bear a significant influence on the ECB - would support monetary easing next month.

Clearly it seems that the stronger euro and low-inflation environment raises the spectre of deflation as disinflationary pressures in the euro zone are sapping the region’s potential for growth. The euro has been weakening since ECB chief Mario Draghi last week suggested that the central bank was prepared to introduce fresh stimulus next month.

The report in the WSJ suggests that the Bundesbank's willingness to ease monetary policy would be influenced by the ECB staff projections for inflation for 2016 – this means the German central bank now support unorthodox measures such as a negative deposit rate and purchases of securitised loans otherwise known as bond-buying, or QE. That itself is a huge change in attitude in Germany. Earlier, we had Germany ZEW survey which fell by its biggest amount in 2 years in May, with the Zew economic sentiment indicator sliding to 33.1 points from 43.2 in April.

Of course, the geopolitical tensions in the Ukraine drove the declines in the indicator but it must be noted that Germany is worried about the prospects of the euro zone as disinflationary pressures grow which could derail the economic recovery currently in play – for that reason, it’s understandable the Bundesbank is easing up on its position regarding further stimulus measures, turning dovish from its historically hawkish stance.

Onto the US session, data out may be a cause of concern in the midst of all the upbeat signs we have seen from the US. Retail sales rose just 0.1% in April after a revised 1.5 per cent jump in March - markets expected a 0.4% increase. Consumer spending in the US still needs to strengthen although it has encouragingly picked up sharply since 2012. That said, government bonds are responding better to the data than equities, currently pushing higher. Looking ahead, we have business inventories and import prices out of the US.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Lunchtime Briefing - ETX Capital

Pfizer management are currently being grilled by UK politicians regarding the controversial proposed takeover of UK pharma giant, AstraZeneca. Pfizer this morning did not revise its earlier offer which values AZN at £50 per share, a 32% premium to Astra’s closing part.

This offer by Pfizer values AZN at £63billion, which if accepted, would make it one of the biggest deals in UK corporate history. That’s led to increased media attention after AZN resisted a takeover by the US pharma giant. AZN believe that the offer price does not reflect true value of the firm and that a takeover would prove disruptive and said their commitment is to the UK.

That’s actually the worry for UK politicians and public who are weary of this deal; jobs. AZN employs thousands in all aspects of its business in the UK – with Pfizer taking over, the fear is that the US giant will cut jobs in the UK, particularly in research and development.

Pfizer CEO, Ian Read has confirmed he expects the research and development budget of a combined company – that leaves many to question the possibility of further job cuts as AZN losses its autonomy.

Despite not raising its offer price, Pfizer on Tuesday again said it sees “compelling rationale” behind its move in a presentation to the shareholders of AstraZeneca. According to Pfizer, it warns that AstraZeneca face $14billion of lost revenues and a few drugs which are facing near-term patent expiration.

Further, Pfizer reckons that AZN has an attractive but high risk early stage pipeline but needs investment and that’s where Pfizer says it can come in to offer funding and scalability. In response, AZN is committed to its own independent strategy and believes that its product pipeline is exciting.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS


Morning Briefing - ETX Capital

European stock markets are steady Tuesday, trading higher on strong overnight leads in Asia and the US with market participants enthused by the improving global fundamentals in the form of stronger macro and corporate readings.

There's continued central bank activism as the ECB may respond with stimulus next month and the Fed retains an accommodative stance. Global stock markets are at fresh six-year highs as such, though it must be noted that further evidence of slowing activity in China together with ongoing worries about the tensions in Ukraine combine to hamper appetite for risk.

Gains on Wall Street Monday provide the biggest support to Europe share markets this Tuesday with the S&P 500 closing at a record 1897 – stock futures are currently suggesting another positive open in the US later today with attention on retail sales data.

In Europe, all major benchmark indices are tracking higher at the moment, with the exception of the Italian market which is underperforming peers.

Traders are keeping an eye on out on the German ZEW survey which is a gauge of investor and analyst. Expectations are for a drop in the ZEW this month to 40 from 43.2 in April.

Attention this week remains on major global central banks with Fedspeak suggesting that the Fed is in little mood to tighten monetary policy soon and the ECB perhaps looking to cut interest rates next month as low-inflation and a stronger euro currency remain a great concern for the euro zone at a time when the a mild recovery is in play in the region.

That’s helped to pressure government bond yields with US Treasury yields steady at 2.65% and German Bunds flat at 1.4%. In the FX space, the euro is up gaining some ground following weakness in Monday’s session on prospects of more ECB easing but the Australian dollar is weaker in response to the disappointing data out of China. Data out of the country suggests the world’s second biggest economy economy saw industrial output and retail sales grow less than expected which is weighing on global commodity prices, particularly in the London market.

China's industrial production growth dipped to its lowest in five years last month while retail sales increased by 11.9% year on year in April which happens to be the slowest expansion in retail sector growth since December 2008.

Looking ahead, other than US retail sales the world’s largest economy will report updated readings on import prices and business inventories.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading higher this morning with European market following the lead of the US and Asia which both posted sharp gains overnight.
New optimism that the ECB will act soon in a decisive manner to reign in the ascend of the Euro and to combat low inflation seems to outweigh concerns for now that the ‘West’ might be implementing new and harsher sanctions against Russia in the weeks to come which could potentially not only damage Russia’s economic growth but global growth as a whole.
Technically the picture has improved too with many indices having managed to stage a break-out to the upside of the most recent trading range consequently resulting in short-covering and generating short-term buy signals.
Focus this morning will be on the German ZEW index with many expecting a weaker reading as escalating events in the Ukraine taking its toll, later in the afternoon all eyes will be on US retail sales with sales somewhat slowing compared to the previous month although still positive and growing.
No doubt sentiment for stocks has turned positive for now, however it needs to be seen if stocks can hold on to their gains. It will be interesting to see if the Dow and S&P500 can post another new all-time high today and also if the German DAX might be following in their footsteps not being off to far from marking a new high itself either. While markets look firm for now, there is still plenty of potential to derail the current rally, especially should Russia decide to accept the offer of two Eastern Ukrainian provinces which yesterday after the referendums held on Sunday applied to join the Russian federation.

Thank you.
Kind regards,

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black



Les marchés européens bien orientés après la belle performance de Wall Street

Marchés Actions : Hier soir, Wall Street a atteint des sommets historiques après une journée de record. Le Dow Jones Industrial Average s’est apprécié de 0,68% ou 112,13 points, à 16.695,47 points, pour clôturer sons deuxième sommet historique en deux séances. Le S&P 500 s’est adjugé 0,97% ou 18,17 points, à 1.896,65 points, un véritable record. Mais le plus grand gagnant reste le Nasdaq. Après de fortes chutes la semaine dernière, l’indice à forte composante technologique a profité des bonnes performances de ses actions vedettes pour grimper de 71,99 points et atteindre les 4.143,86 points (+1,77%).

Ainsi, Twitter a gagné 5,90% au cours de la séance et finit la journée à 33,94 dollars. Pandora Media s'est apprécié de 6,01% à 23,98 dollars et Netflix de 5,14% à 345,45 dollars. Le géant des réseaux sociaux, Facebook, a atteint les 59,83 dollars (+4,52%), alors qu’Amazon a vu son action s’apprécier de 3,63%, à 302,86 dollars.

Paradoxalement, cette journée record voit le jour dans un contexte toujours instable en Ukraine. Le Kremlin a entériné lundi les référendums de Louhansk et Donetsk, organisés dimanche par des séparatistes qui demandent le rattachement à la Fédération russe. À l’heure même où l’Union européen étend ses sanctions contre la Russie à des entreprises, les marchés ont vu d’un bon œil la paix relative avec laquelle se sont déroulés les scrutins. Ainsi, si le vote a initialement été perçu comme un élément négatif, l’irruption de violence redoutée n’a pas eu lieu, ce qui permet d’espérer une solution pacifique entre Kiev et Moscou.

Du côté des entreprises, les fusions-acquisitions sont toujours à l’ordre du jour. Cette fois-ci, c’est l’agro-alimentaire qui est à l’honneur. En effet, Hillshire Brands a annoncé l’acquisition de Pinnacle Foods pour environ 6,6 milliards de dollars (4,8 milliards d’euros). De ce fait, le titre Pinnacle Foods a bondi de 13,20% à 34,47 dollars, tandis que l'action Hillshire a cédé 3,22% à 35,76 dollars. Dans la pharmaceutique, l'américain Allergan (-1,75% à 158,47 dollars), fabricant du Botox, a rejeté une offre de rachat de 47 milliards de dollars du canadien Valeant, la considérant comme sous-évaluée. Quant à Pfizer (+0,34% à 29,13 dollars), inventeur du célèbre Viagra, son patron est attendu aujourd’hui devant des élus britanniques pour tenter d’arracher un mariage avec AstraZeneca

Ce matin, on attend les résultats trimestriels d’Airbus Group et le chiffre d’affaires de Lagardère. Il faudra également suivre la Société Générale, à l’occasion du « Investor Day » que tient la banque auprès de ses investisseurs. Par ailleurs, on attend à 11h la publication de l’indice Zew du sentiment économique tel que perçu par les analystes financiers et investisseurs, pour le mois d’avril en Allemagne. En relation avec les tensions persistantes en Ukraine, il est attendu en nouveau repli, de 3,2 points. L’après-midi, les regards se tourneront vers les Etats-Unis avec la publication des ventes au détail d’avril, ainsi que les prix à l’import-export du même mois. Le consensus Bloomberg table sur une hausse de 0,4%, après +1,1% au titre de mars.

Forex : Sur le front des devises, la monnaie unique est restée stable face au billet vert lundi faute de nouveaux catalyseurs majeurs. Après avoir atteint un plus haut jeudi dernier sur les 1,3993$, l’euro a rapidement décroché en fin de semaine sous l’influence des propos de Mario Draghi. Pour rappel, la Banque centrale européenne pourrait dès le mois prochain mettre en place de nouvelles mesures pour contrer le risque de déflation en zone euro. Il existe toutefois une véritable ambiguïté sur la manière dont l’institution va agir : les analystes anticipent déjà un éventuel abaissement de son principal taux directeur et le placement du taux de facilité de dépôt en territoire négatif. A terme l’euro devrait donc s’affaiblir au profit du dollar sous l’impulsion de ce programme qui s’apparenterait à des injections de liquidités. Dans l’attente de la prochaine intervention de la BCE, les cambistes restent prudents : depuis ces effets d’annonce, la paire EUR/USD est venue s’établir en-dessous des 1,38$ et évolue dans un rang véritablement restreint. Ce matin le billet vert gagne légèrement du terrain sur la monnaie unique à 8H30 (heure de Paris) aux encablures des 1,3761$, bien que la tendance soit indécise. Les cambistes s’attachent à présent à la publication des chiffres de l’inflation en zone euro jeudi : ces données permettront aux investisseurs de déterminer l’ampleur des prochaines actions de la BCE.

Du côté des paires en yens, la devise nippone cède face à ses consœurs. La monnaie unique et le billet vert continuent de se renforcer face à la monnaie japonaise, tendance qui s’inscrit déjà sur plusieurs séances consécutives. On note toutefois peu de mouvements sur ces parités faute de nouveaux catalyseurs et surtout dans l’attente de la publication des chiffres sur la croissance au Japon jeudi. Ce matin l’USD/JPY est orientée à la hausse et s’échange sur les 102,27 yens. L’EUR/JPY se négocie à 140,81 yens également sur une tendance positive, bien que la volatilité soit au plus bas sur ces paires depuis le début de la semaine.

En parallèle, les cambistes gardent à l’esprit la situation ukrainienne. Au lendemain du referendum autonomistes dans les régions de Donetsk et de Lougansk, la Russie a annoncé ce lundi que la volonté des Ukrainiens de l’Est sera respectée. Les tensions ne cessent pourtant de s’accroitre, ce qui reste un élément à suivre par les cambistes sur les prochaines séances.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent évoluent légèrement en territoire positif ce matin en grappillant 0,02% et 0,03% à respectivement 100,61$ et 108,44$. Le brut de référence américain s’échange à son plus haut niveau en trois jours alors que les investisseurs spéculent sur une possible nouvelle diminution des stocks de brut pour la deuxième semaine consécutive. Le WTI avait progressait de 0,2% la semaine dernière à cause d’une diminution des stocks de brut de 1 780 000 barils à 397 600 000 barils, restant néanmoins proche des niveaux records atteints. La production industrielle en Chine a probablement diminué le mois dernier ce qui pourrait entrainer une baisse de la consommation de pétrole chez le deuxième plus gros consommateur de pétrole au monde derrière les Etats-Unis. En effet, rappelons que la Chine consomme environ 11% du pétrole mondiale, derrière les Etats-Unis qui représente 21% de la consommation mondiale. Du côté de l’Ukraine, la Russie a donné une date limite, à savoir le 2 Juin prochain, pour que le gouvernement ukrainien puisse payer la facture de gaz pour éviter une coupure de leur alimentation. Les séparatistes pro-russes ont indiqué qu’ils cherchaient à se joindre à la Russie après les référendums jugés litigieux par l’Ukraine et les pays Occidentaux.

Du côté des métaux précieux, c’est une nouvelle séance qui a commencé dans le rouge pour le métal jaune qui abandonne 0,30% à 1 291,88$. Dans le sillage de l’or, l’argent recule de 0,63% à 19,42$. Le dollar a fortement progressé contre l’euro et le yen tirant ainsi l’or vers le bas. Les tensions en Ukraine continuent d’inquiéter les investisseurs dans une moindre mesure face à la progression du dollar à l’heure actuelle mais il reste attentif à l’évolution de la situation, notamment depuis les référendums au sein des régions Est du pays pour rejoindre la Russie. On attend aujourd’hui la publication des ventes aux détails aux Etats-Unis qui, selon les analystes, devraient avoir augmentées pour un troisième mois. Le platine et le palladium progressent reculent respectivement de 0,06% et 0,22% à 1 436,25$ et 804,75$.

Saxo Banque (France)

The Financial Year Coffee - 13 mai 2014 (édition n°5 - 16H00)
Lettre hebdo du 9 mai 2014 - Valquant

Difficiles successions…

Il est toujours difficile de succéder à un Président de la Fed. Déjà, quand Ben Bernanke a succédé à Alan Greenspan, la tâche paraissait insurmontable. Comment succéder valablement au « maestro » ? Pourtant, Ben Bernanke a osé lancer des opérations de Quantative Easing dans l’urgence de la crise systémique de 2008-2009. Il est encore aujourd’hui adulé par ses partisans, dont nous faisons partie, ou accusé de haute trahison par les plus extrémistes de ses opposants, mais il a réussi sa mission. Après quelques mois seulement, comment peut-on appréhender le travail de Janet Yellen ? Prendre la suite d’« Helicopter Ben » n’est assurément pas facile. Nous n’avons pas la prétention, évidemment, de « juger » Mme Yellen depuis qu’elle s’est installée dans le fauteuil de Ben Bernanke, le 7 février 2014. Mais nous pensons que certaines évolutions récentes sont de nature, potentiellement, à augmenter la probabilité d’une crise de confiance vis-à-vis de la Fed.

A la décharge de Mme Yellen, les conditions de son accession au poste de Président de la Banque Centrale la plus puissante du monde, ont été très particulières.
Il faut d’abord souligner que la « sortie » de M. Bernanke a été compliquée, pour ne pas dire, ratée. Il avait brutalement posé son « hélicoptère à liquidités » en raison de meilleures conditions économiques et, ainsi, fait remonter les taux longs de mai à septembre 2013, et lourdement pesé sur le marché hypothécaire. En août 2013, son absence à Jackson Hole, « l’université d’été » des banquiers centraux avait largement marqué les esprits. Il avait vraiment fait une erreur d’interprétation à l’époque, d’où une remontée des taux longs, et il voulait mettre Mme Yellen en avant, dans la toute dernière partie de son mandat...

Ensuite, le décryptage de la conjoncture américaine a été particulièrement difficile en début d’année, en raison des conditions météorologiques exceptionnelles. Le taux de croissance du premier trimestre 2014, publié très récemment, de + 0,1 % seulement s’explique évidemment par cet épisode hivernal exceptionnel. Pourtant, il ne doit pas faire passer au second plan le risque d’une rechute du marché immobilier, que certaines statistiques font craindre.

Dans les faits, nous constatons que la communication de Mme Yellen évolue en fonction du sens du vent, comme le vol de toute colombe… En trois mois, les revirements sont assez impressionnants. Au tout début de son mandat, elle avait supprimé le caractère « illimité » de la période de taux directeurs proches de zéro. Elle avait indiqué clairement au marché que les taux remonteraient 6 mois après la fin du « tapering », soit vers juin 2015. Les marchés émergents ont ainsi vécu douloureusement une inversion du phénomène de « carry trade ». Mme Yellen a fait complètement machine arrière dans son discours devant l’Economic Club de New York du 7 avril, en retenant une position hyper accommodante, et en supprimant définitivement sa « deadline » de 6 mois…. Enfin, le dernier communiqué du FOMC (sans conférence de presse) lui a fait opter pour une politique accommodante un peu différente : désormais ni trop, ni trop peu… Elle ne pouvait plus s’inquiéter de l’emploi (nettement plus de 200 000 emplois créés par mois au cours des deux derniers mois). Mais elle n’a pas pu s’empêcher d’être très « colombe » : elle est désormais inquiète sur l’immobilier….

La communication des banques centrales est un exercice redoutable, comme en témoigne son intervention devant le « Joint Economic Committee » du Congrès le 7 mai. Les différentes personnalités qui s’y prêtent le savent bien : l’expression « si vous avez compris quelque chose à ce que je vous ai dit, c’est que je me suis mal exprimé » a bien été reprise par M. Greenspan… Néanmoins, il nous semble que Mme Yellen, en un peu plus de trois mois, nous a délivrés des messages très différents. L’essentiel est que les taux longs américains ne dérapent pas, malgré la poursuite du « tapering » : en ce sens, les premiers résultats de Mme Yellen sont positifs… Mais pour combien de temps ?

Eric Galiègue


9 mai 2014

CHOLET DUPONT - Stratégie d'investissement de Vincent Guenzi - mai 2014

PACT-MAN va-t-il réussir à dévorer les déficits français ? Avec les pactes de compétitivité, de responsabilité, de solidarité, il ne manquait que le programme de stabilité pour essayer de convaincre nos partenaires. Saluons le bien-fondé de ces orientations et le volontarisme affiché par le Premier Ministre et attendons l’épreuve des faits. L’Europe se remet en mouvement, en Italie, en France et à Bruxelles avec le vote sur l’Union bancaire. Ces bonnes dispositions s’accompagnent d’une amélioration des perspectives économiques de part et d’autre de l’Atlantique. Les marchés en auraient sans doute profité pour monter davantage si la crise ukrainienne ne les avait fait douter. Nous maintenons une surpondération sur les actions avec une préférence pour les titres européens.

Les événements d’Ukraine nous obligent à une certaine prudence. Un pourrissement de la situation, comme en Crimée, nous semble être le risque principal, avec des sanctions économiques dont les conséquences seraient limitées. Ceci explique sans doute la relative sérénité des marchés qui ont préféré se concentrer sur les statistiques économiques, les résultats des entreprises et les orientations politiques en Europe.

Les émissions d’emprunts réussies en Grèce et au Portugal ne résolvent pas le problème des dettes et de leur soutenabilité. C’est pourquoi les réformes structurelles et la réduction des déficits budgétaires doivent être maintenues en Europe. C’est la voie empruntée par l’Italie avec des réformes portant sur le marché du travail, la mobilité et la rémunération des fonctionnaires et la réduction des dépenses publiques, moyennant un allégement des impôts et des charges des entreprises. Se rendant compte que l’asphyxie fiscale de notre pays et Bruxelles ne leur laissaient plus d’autre choix, les socialistes français semblent se résoudre aux mêmes orientations.

Le léger découplage économique entre pays développés et émergents se poursuit, les premiers étant nettement en phase de redressement. L’affaiblissement « relatif » des pays émergents ne doit pas nous inquiéter. Le taux de croissance moyen de ceux-ci reste compris entre 5 et 5,5%. L’impact de cette modération sur nos économies est faible, parfois plus sensible sur certaines de nos entreprises.

Les résultats des sociétés ont été plus satisfaisants aux Etats-Unis qu’en Europe mais dans les deux cas, ils ont provoqué autant de mouvements haussiers que de replis sur les titres, avec souvent de fortes amplitudes. Par ailleurs, nous avons assisté à une recrudescence de fusions-acquisitions. Avec ces opérations, les entreprises utilisent leur trésorerie abondante pour investir dans la croissance externe. Ce mouvement a de beaux jours devant lui et il participe à la revalorisation des actions.

Les prochaines évolutions des politiques monétaires seront surveillées: nouvel assouplissement au Japon et en Europe, modération du discours de la FED sur l’échéance de la remontée des taux. Dans les deux cas, les marchés ont été un peu rassurés ce mois-ci.

L’environnement global est toujours favorable aux actifs risqués même si les indices plafonnent depuis plusieurs mois. Les investisseurs attendent sans doute un apaisement géopolitique et une confirmation plus nette des rebonds d’activité aux Etats-Unis et en Europe. De même, des révisions haussières plus franches des estimations bénéficiaires constitueraient un fort catalyseur tout comme la poursuite des OPA.

Nos objectifs de milieu d’année pour les indices actions sont presque atteints et pourraient même être dépassés si les catalyseurs de hausse intervenaient rapidement. Nous ne modifions pas pour l’instant nos objectifs sauf celui de l’indice Nikkei que nous réduisons fortement.

Nous conservons une opinion Surpondérer à moyen terme sur les actions des pays développés, en privilégiant les actions européennes dont le rattrapage devrait se poursuivre. Nous avons abaissé nos notes sur les actions japonaises et celles d’Europe de l’Est à sous pondérer à court terme. Nous réduisons la note à moyen terme des actions américaines, dont le potentiel de hausse est faible, à Neutre à l’instar des pays émergents.

Le petit redressement des pays émergents et les prises de bénéfices sur les valeurs trop chères (Nasdaq) ou celles qui avaient beaucoup monté depuis le début de l’année, se sont accompagnés d’un rebond des grandes valeurs internationales qui avaient souvent perdu 10 à 20% par rapport à leur plus haut. La reprise de ces valeurs pourrait continuer dans les prochaines semaines mais nous pensons que leur surperformance relative ne durera pas si les marchés actions accélèrent leur progression. De même, les valeurs petites et moyennes devraient en profiter et se reprendre.

Nous avons ajusté comme suit notre allocation sectorielle en Europe. A court terme, nous avons réduit à Neutre les secteurs Banques, Assurances, Tourisme/Loisirs, à Sous pondérer le secteur Technologie et nous avons relevé à Neutre le secteur agroalimentaire. A moyen terme, nous avons relevé à neutre ce même secteur et celui de Biens de Consommation non cycliques et nous avons abaissé à Neutre, les Media.

Notre position reste globalement neutre ou sous-pondérée sur les produits obligataires. Nous surpondérons encore les emprunts d’Etat d’Europe du Sud, les obligations d’entreprises européennes, convertibles ou à haut rendement.

Achevé de rédiger le 9 mai 2014

Vincent GUENZI
Directeur de la Stratégie d’Investissement


Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Cegid: projet de cession de l’activité Hôtellerie-Restauration 13/05/2014
- Altheo annonce le recrutement de Vesna Katic 13/05/2014
- Wendel vend 4,3% du capital de Saint-Gobain pour 1 Mds€ 12/05/2014
- Worldline prépare son introduction sur Euronext Paris 12/05/2014
- Bpifrance réalise un investissement dans Gédéon Média Group 12/05/2014
- TripAdvisor s’apprête à acquérir Lafourchette 12/05/2014
- LISI annonce la signature d’un accord en vue de l’acquisition du groupe Manoir Aerospace 12/05/2014
- Silver Spring Networks en passe de racheter Streetlight.Vision 12/05/2014
- Société Générale finalise l’acquisition de Newedge 12/05/2014
- Coface annonce l’enregistrement de son document de base par l’Autorité des marchés financiers 12/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Le volume des ventes du commerce de détail en hausse de 0,3% dans la zone euro et dans l’UE28

En mars 2014 par rapport à février 2014, le volume des ventes du commerce de détail corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,3% tant dans la zone euro (ZE18) que dans l’UE28, selon les estimations d'Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En février, le commerce de détail avait crû respectivement de 0,1% et 0,3%.



Ralentissement des crédits aux particuliers (mars 2014)

Le taux de croissance annuelle du total des crédits aux particuliers diminue en mars (+2,8%, après 3,2% en février). La progression des crédits à l'habitat se modère (+3,1 %, après +3,5 %) et la contraction de l'encours des crédits de trésorerie s'accentue (- 1,0 %, après - 0,7 %).

La production de nouveaux crédits amortissables à la consommation est inchangée d'un mois sur l'autre (3,7 milliards), alors que celle de crédits à l'habitat se replie (9,1 milliards d'euros, après 11 milliards).

Les taux d'intérêt moyens des crédits nouveaux diminuent, de façon plus marquée pour les découverts (8,11 %, après 8,29 %) et les prêts à l'habitat à court terme ou à taux variable (2,70 %, après 2,82 %) que pour les crédits à la consommation (5,91 %, après 5,95 %) et les crédits nouveaux à l'habitat à long terme à taux fixe (3,20 %, après 3,22 %).

Consulter ce Stat Info :

Banque de France

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres

Mardi 13 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs