Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Stratégie d’Investissement - La Française des Placements (02/09)


La Française des Placements : les observateurs boursiers notent que le mois de Janvier donne souvent le tempo de l’année à venir... formons le voeu que face à une crise exceptionnelle, le comportement des bourses soit atypique !




Au-delà de l’anecdote, ce mois de janvier 2009 conforte quelques idées que nous défendons depuis quelques mois :

Sur le plan macro-économique, nous sommes dans l’oeil du cyclone et allons y rester quelques mois encore : les statistiques sont souvent pires qu’attendu,
alors même que le consensus converge vers un pessimisme unanimement partagé, sans espoir de sortie rapide. Les conclusions de Davos étaient à ce titre
édifiantes ! Seuls quelques indicateurs avancés commencent à laisser entrevoir des perspectives plus stables, à défaut de franchement meilleures.

Si certains avaient nourri l’espoir d’une crise financière purgée fin 2008, les résultats bancaires du 4e trimestre 2008 les recadrent sévèrement, voir notre propos en page 4 ! Nous sommes donc à l’aube d’un nouvel exercice difficile pour ce secteur, tant en termes d’apurement supplémentaire des bilans que de profitabilité récurrente, mais le soutien des Etats se confirme une fois de plus !

La crise est globale et mondiale mais les plans de relance des gouvernements y répondent enfin partout avec célérité et pragmatisme, au-delà des spécificités
nationales, tout comme les banques centrales. On ne peut que se féliciter de cette cohésion face à l’adversité même si chacun sent à quel point le succès de ces
mesures n’est pas acquis.

Le coût de ce soutien aux secteurs sinistrés et du stimulus budgétaire qui l’accompagne partout, est prodigieux et commence à produire ses effets sur les
courbes de taux. Une tendance de fond se dessine, même si les forces en présence exercent encore des effets contraires. A la lumière de ces constats de début d’année, que changer à notre politique d’investissement ? Peu de choses à ce stade, même si nous voyons dans la résistance notable des bourses à ce faisceau de nouvelles, une solidité qui nous rassure.

Le budget de risque de nos allocations est principalement centré sur le crédit, tout d’abord par le biais d’obligations privées dûment sélectionnées pour la solidité financière de l’emprunteur dans la crise, et le niveau de leur sur-rémunération. Notre préférence va toujours aux maturités médianes sur lesquelles la pérennité des émetteurs est plus lisible, et les primes de risque attractives.

Dans le même esprit les convertibles, très obligataires de fait, gardent une place importante dans nos portefeuilles, pour apporter du rendement d’une part, et
offrir un futur levier actions dès lors que les bourses auront achevé leur phase de convalescence.

Enfin, la sensibilité à l’évolution des taux de nos portefeuilles a été abaissée, elle reste majoritairement constituée d’une sensibilité aux taux réels plus défensifs à la hausse des rendements. Elle est complétée de stratégies de pentification.

Suite dans le PDF ci-dessous

www.placements.fr

lfp___lettre_de_conjoncture_fevrier_2009.pdf LFP - Lettre de conjoncture_février 2009.pdf  (738.46 Ko)


Jeudi 12 Février 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News