Steve Jobs est mort


J’ai acheté mon premier ordinateur, un ZX81 de Sinclair, en 1981. On le connectait à un écran de télévision. Qui s’ouvrait parfaitement blanc. Si l’on ne savait pas utiliser le langage BASIC inscrit dans la machine, rien ne se passait.




Paul Jorion
Paul Jorion
Il fallait programmer tout ce qu’on lui demanderait de faire. Les premiers ordinateurs utilisant le système d’exploitation MS-DOS de Microsoft fonctionneraient sur le même principe. Là aussi c’était un dialecte du BASIC : GW-BASIC qui vous permettait d’avancer. Puis vinrent les logiciels dont il suffisait de suivre les instructions, que Microsoft continuerait de vous permettre – jusqu’à aujourd’hui – de bidouiller par vos propres moyens à l’aide d’un langage de programmation, le Visual-BASIC qui existe toujours dans les coulisses du tableur Excel, du traitement de texte Word, ou de la base de données Access.

Le centre de recherche de la compagnie XEROX à Palo Alto, au Sud de San Francisco, avait adopté une toute autre approche : développer l’ordinateur personnel dans une voie qui permettrait son utilisation par quelqu’un qui ignorerait complètement la programmation. XEROX PARC (Palo Alto Research Center) ne fit aucun usage de son expérimentation d’un ordinateur personnel amical à son utilisateur, ce rôle reviendrait à Steve Jobs (1955-2011) et à son compère Steve Wozniak qui firent de la philosophie XEROX PARC le principe-même des premiers McIntosh produits par la compagnie Apple qu’ils fondèrent avec Ronald Wayne.

Si la bécane utilisant le système d’exploitation MS-DOS de Microsoft était par définition une boîte que l’on ouvrait pour aller y installer des composants supplémentaires qui en développeraient les capacités, là aussi Apple adoptait le démarche inverse : le boîtier du Macintosh était scellé : Jobs et Wozniak avaient déterminé par avance ce dont vous auriez besoin et votre pouvoir de négociation s’arrêtait là. Le côté positif de la chose était que pour prévenir votre frustration éventuelle, les deux compères s’évertuaient à aller au devant de vos désirs, en insérant dans leurs machines des cartes graphiques d’excellente qualité par exemple. C’est cela qui continuerait de constituer la spécificité de la démarche de Jobs : vous épater par le fait d’« y avoir déjà pensé », avant même que l’idée ne vous effleure personnellement. C’est cette préscience que l’on retrouverait successivement dans l’iPod, l’iPhone et l’iPad. Qui a besoin d’un téléphone qui prenne des photos ? Personne bien entendu… à moins… à moins que ?

Je lis aujourd’hui que l’industrie informatique aurait conçu de toute manière un jour ou l’autre les produits dont Jobs inventa le concept. C’est possible. Mais quand ? N’a-t-il pas fallu un certain temps avant que les inventions sur le papier de Léonard de Vinci ne voient le jour ? Les visionnaires nous indiquent les raccourcis. Avec un peu de chance ils nous évitent aussi bien des morts inutiles. Merci M. Steven Paul Jobs.

(*) Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions.
Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez.


Votre soutien peut s’exprimer ici :
www.pauljorion.com/blog/?page_id=647

Jeudi 6 Octobre 2011
Notez







Finyear lettres métiers