Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

State Street publie la 2nde partie de son étude sur les actifs immobiliers


Selon les résultats d’une nouvelle étude menée par State Street Corporation (NYSE : STT), l’un des premiers prestataires mondiaux de services financiers aux investisseurs institutionnels, un grand nombre d’investisseurs institutionnels, y compris des fonds de pension, compagnies d’assurances et fonds souverains, est prêt à accroître son exposition à l’immobilier en tant que classe d’actifs. Cependant, tirant les leçons de la crise financière, les investisseurs exigent un plus grand degré de contrôle et de flexibilité quant à leur exposition à ce marché. Selon State Street, les changements réglementaires vont profondément transformer le secteur des investissements immobiliers tant pour les investisseurs que pour les gestionnaires d’actifs immobiliers.




D’après le dernier dossier Vision Focus publié par State Street sous le titre « Real Estate: New Opportunities for Institutional Investors » [L’immobilier : De nouvelles opportunités pour les investisseurs institutionnels], l’appétit des investisseurs institutionnels pour les actifs immobiliers reste solide, de récentes études indiquant que l’immobilier constitue la part la plus importante des allocations d’actifs alternatifs effectuées par les fonds de pension1. L’immobilier de prestige demeure le secteur le plus attrayant pour les grands investisseurs institutionnels, tandis que des opportunités intéressantes sont également constatées dans des régions telles que l’Europe de l’Est.

Avec ce regain d’appétit, l’étude de State Street démontre que les investisseurs sont devenus de plus en plus exigeants envers les gestionnaires de fonds, appelant à une responsabilité accrue. Les investisseurs en effet souhaitent des relations plus étroites avec les gestionnaires de fonds et demandent davantage d’informations non seulement au commencement mais aussi pendant le cycle de vie du fonds. L’étude montre également que ceux-ci recherchent une plus grande transparence quant aux investissements sous-jacents et aux frais de gestion. Selon l’étude de State Street, la durée typique s’écoulant entre l’initiation et la finalisation d’un accord a presque doublé depuis 2007, les investisseurs prenant davantage de temps pour arriver à une décision finale et prêtant nettement plus d’attention au processus de due diligence.

Reflétant l’importance croissante accordée à la gestion du risque, l’étude révèle que les investisseurs en actifs immobiliers cherchent à jouer un rôle actif, exigeant l’indépendance des conseils d’administration et une représentation dans les comités d’investissement des fonds auxquels ils participent. En outre, le reporting périodique normalisé n’est pas toujours suffisant pour satisfaire aux exigences d’une plus grande transparence des fonds et sur la performance des actifs sous-jacents dans lesquels ils sont investis.

Selon le dossier Vision Focus, tandis que les gestionnaires de fonds sont confrontés à des coûts plus élevés pour fournir les informations qui leur sont demandées, les nouvelles normes du secteur et la réglementation prochaine créeront des obligations de reporting supplémentaires. D’après la recherche, il est possible que les grands gestionnaires de fonds répondent à ces exigences en renforçant leurs systèmes en interne, mais d’autres décideront peut-être que ces nouvelles conditions rendent leurs opérations prohibitives et choisiront d’externaliser celles-ci à des prestataires de services professionnels pour répondre aux demandes croissantes des investisseurs. Ils peuvent également décider de consolider ces fonctions avec d’autres gestionnaires de fonds pour dégager des économies d’échelle, et répondre aux exigences des clients dans un environnement post-crise de gestion des fonds immobiliers.

Simon Burgess, vice-président des services aux fonds immobiliers pour l’activité Global Services de State Street en Europe, Moyen-Orient et Afrique, commente les résultats de l’étude : « Le marché immobilier et les attentes des investisseurs ont tous deux radicalement changé depuis 2007. Les pressions réglementaires forcent au changement organisationnel, un mouvement susceptible de s’accélérer dans les prochains mois. Cependant, la demande immobilière comme opportunité d’investissement restera forte, les investisseurs recherchant une exposition à cette classe d’actifs alternatifs non corrélée par des moyens divers, correspondant à leur structure privilégiée, leur appétit pour le risque et exigences de rendement ».

« C’est avec un sens de l’innovation retrouvé que le secteur immobilier répond aux impératifs d’une réglementation croissante et aux conditions plus rigoureuses en matière de reporting. Ainsi les gestionnaires de fonds immobiliers joignent leurs efforts et nous observons aussi nos clients externaliser davantage auprès de nos équipes spécialisées en l’immobilier. Nous pensons qu’avec l’appui de prestataires extérieurs pour leur fournir une exécution locale et une expertise dans l’immobilier, condition sine qua non pour tout investissement dans la pierre, les gestionnaires de fonds immobiliers qui affichent des ambitions internationales et ceux dotés de connaissances locales sur des niches du marché, bénéficient d’opportunités considérables, en particulier dans cette phase du cycle économique ».

Pour de plus amples informations sur l’étude, veuillez consulter le site www.statestreet.com/vision/realestate

À propos de State Street
State Street Corporation (NYSE : STT) est l’un des premiers prestataires mondiaux de services financiers aux investisseurs institutionnels, spécialisé dans les services d’investissement et de gestion d’actifs, de recherche et d’analyse financière et de courtage. Avec 16 000 milliards € d’actifs en dépôt et sous administration, et 1 400 milliards* € d’actifs sous gestion au 30 septembre 2011, State Street intervient dans 26 pays et sur plus de 100 places financières dans le monde. Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site internet de State Street à l’adresse www.statestreet.com ou www.statestreet.fr

* Ce volume d’actifs sous gestion inclut les actifs du fonds SPDR Gold Trust (environ 48 milliards d’Euros au 30 septembre 2011), dont l’agent commercial est State Street Global Markets, LLC, une société affiliée de State Street Global Advisors.

Vendredi 16 Décembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News