Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Solidité du capital-risque français : 21ème édition de l’Indicateur Chausson Finance


Au second semestre 2008, ce sont 556 millions qui ont été investis, soit une progression de 18% sur le semestre précédent. Ce sont au total 332 entreprises qui ont bénéficié de ces capitaux sur ce semestre.




Pour la première fois depuis huit ans, le capital risque a dépassé le milliard d’euros investis sur l’année.
Ce sont les Cleantech qui dominent le palmarès des plus gros tours de table ce semestre.
Avec 45,1 millions d’euros investis, l’investisseur le plus actif du semestre est Sofinnova. C’est le fonds Otc Am qui aura réalisé le plus grand nombre d’opérations avec 40 investissements ce semestre.

Publié chaque semestre, l’Indicateur Chausson Finance recense les sommes investies par les sociétés de capital-risque françaises dans les entreprises françaises et européennes, le classement des investisseurs les plus actifs, le nombre des entreprises financées, le classement des plus gros tours de table…
La 21ème édition de l’Indicateur Chausson Finance confirme la solidité du capital-risque français. Avec 556 millions, les montants investis ce semestre sont en progression de 18% sur le semestre précédent. Ce sont au total 332 entreprises qui ont bénéficié de ces capitaux ce semestre.
Pour l’ensemble de l’année 2008 le total des montants investis est de 1,03 milliards d’euros en progression de 8%. C’est la première fois depuis huit ans que le capital-risque français dépasse la barre du milliard d’euros d’investissements annuels.

L’Internet et E-commerce revient en force. Avec une croissance de 92% par rapport au semestre précédent le secteur Internet et e-commerce atteint 95,1 millions d’euros ce semestre. Après un semestre de trou d’air, le secteur Internet et e-commerce retrouve un niveau équivalent à celui du 2ème semestre 2007.

Le secteur Santé reste le premier secteur d’investissement pour le 5ème semestre consécutif. 95,1 millions d’euros ont été investis dans 76 sociétés des Biotechnologies ou du Medical Device.

Avec trois sociétés ce sont les Cleantech qui dominent le palmarès des plus gros tours de table. C’est la première fois depuis deux ans, que le secteur Santé est détrôné dans ce classement.

Les dix premiers investisseurs concentrent à nouveau plus de 50% des investissements. La part des FCPI et FIP s’accroît : alors qu’ils ne sont que 19 des 53 fonds, ils ont concentré ce semestre plus de 50% des montants investis.

Avec 45,1 millions d’euros investis, l’investisseur le plus actif du semestre est une nouvelle fois Sofinnova. C’est néanmoins le fonds Otc Am qui aura réalisé le plus grand nombre d’opérations avec 40 investissements ce semestre.

En 1998, la montée en puissance du capital-risque a incité Chausson Finance à publier régulièrement un indicateur de référence comportant les données chiffrées disponibles dans ce secteur. Ainsi est né l’Indicateur Chausson Finance... Objectif : obtenir une perspective claire des mouvements de fonds affectant le secteur du capital-risque. Publié chaque semestre, l’Indicateur Chausson Finance recense les sommes investies par les sociétés de capital-risque françaises dans les entreprises françaises et européennes, le classement des investisseurs les plus actifs, le nombre des entreprises financées, le classement des plus gros tours de table…

A propos de Chausson Finance…
Créé en 1992, Chausson Finance est avec plus de cent vingt levées de fonds réussies et 430 millions d’euros levés à son actif, le principal conseil en levées de fonds pour les entreprises technologiques. Parmi les tours de tables réalisés, citons ceux des sociétés AlloCiné, Viadeo, Corevalve, DxO Labs, Earth Decision Sciences, NetCentrex, Sarenza, Delamaison, TV Trip, MeilleurMobile, Talend …
www.chaussonfinance.com

Mardi 10 Mars 2009
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Philippe le 10/03/2009 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'objectif d'obtenir une perspective claire des mouvements de fonds affectant le secteur du capital-risque incite à aller lire le bouquin dont tout le monde parle, édité par des chefs d'entreprises sur le site fcpi-pratique.com. Visiblement, l'avenir est à la parution de nouveaux indicateurs un peu plus indépendants et qui permettraient de contrôler les usages et les règles de la profession... Le bilan exposé semble loin d'être aussi magnifique que ce communiqué veut bien l'affirmer.

2.Posté par Martin le 10/03/2009 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

En 2009 d’après une démarche citoyenne, la question est, combien d'entreprises pérennes et d’emplois durables vont être créés avec ces 556 millions d'investissements ‘’responsables’’ ?
Les mauvaises habitudes ont la vie dure et l’indicateur qui prévaut dans ce secteur est plutôt le TRI (Taux de retour sur Investissement). On reprend, sur 556 millions investis dans le semestre précédent, combien de marge allons-nous pouvoir faire ? Combien de ces millions, remonteront en intéressement, en stock options pour les directeurs de participations, en dividendes pour les actionnaires, qu’ils appartiennent à des sociétés gestionnaires (des 60% dans l’innovation) ou qu’ils soient bailleurs de fonds des sociétés délégataires (des 40% en sicav) ?

Souscripteur à l’une des formules de défiscalisation FCPI, FIP, FCPR je m’interroge :
Outre les frais de gestions de 3,75% courant les six prochaines années, quel est le véritable rendement de mon placement ? Celui du véhicule d’investissement appelé fcpi ? Celui des entités qui le gèrent appelées également fcpi? De quoi s’agit-il ? La réponse est édifiante, après l’application de calculs savants, de la valeur liquidative des instruments financiers… le rendement minimum des sociétés de gestion est de 5 à 30 fois supérieur à celui de la valeur mobilière elle-même ! Et que savez-vous des sociétés à risques, ces sociétés innovantes qui devaient initialement bénéficier d’investissement, c’est elles qui m’intéressent, le véritable indicateur pour moi c’est celui-là !

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs