Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Sentiment face à l'économie suisse : optimisme malgré la crise persistante dans la zone euro


L'actuelle situation économique est positive de l'avis de 73 % des cadres suisses, notamment grâce à la solidité du marché intérieur et au climat économique favorable dans son ensemble. Certains éléments politiques comme la régulation plus sévère de l'État et l'impact de l'insécurité mondiale sur les entreprises suisses sont en revanche ressentis comme toujours plus limitatifs. Voici les principaux résultats du troisième sondage mené par Roland Berger Strategy Consultants, en étroite collaboration avec economiesuisse.




Le sondage d'automne de Roland Berger et d'economiesuisse réunit les réponses de 155 cadres dirigeants, toutes branches confondues. Il reflète ainsi fidèlement le sentiment face à l'économie suisse. Selon Beatrix Morath, Managing Partner de Roland Berger à Zurich, « La Suisse va bien, malgré la crise persistante dans la zone euro. Dans un monde VUCA (de l'anglais volatile, uncertain, complex and ambiguous), elle ne peut cependant pas se permettre de relâcher ses efforts pour adapter sa position stratégique et optimiser les coûts. »

Vue optimiste pour la Suisse

La situation économique s'est fortement améliorée depuis 2011. 70 % des cadres dirigeants sondés pensent que cette tendance se poursuivra l'année prochaine. L'estimation de l'organisation faîtière de l'économie va dans le même sens : « L'évolution conjoncturelle devrait être stable en 2013, avec une progression de 1 % du PIB », avance Rudolf Minsch, chef économiste d'economiesuisse. Les cadres en particulier d'entreprises chimiques et pharmaceutiques ont tous jugé la situation actuelle très positive, tout comme 82 % des cadres de prestataires de services financiers. D'autres branches telles que le commerce, l'industrie productive et les transports/la logistique/le tourisme envisagent plutôt l'avenir avec scepticisme. La vision pour la zone euro est, elle, nettement plus critique et les cadres dirigeants voient certes une légère amélioration de la conjoncture, mais ne pronostiquent pas de renversement de tendance pour 2014.

Notes très positives pour les conditions-cadres sociales Les conditions-cadres sociales sont, d'une manière générale, jugées éminemment importantes pour l'attrait de la place économique suisse. Ceux qui se disent le plus convaincus de cette valeur sont les cadres étrangers qui vivent en Suisse depuis plus de dix ans. La qualité de la vie, l'infrastructure et la fiscalité de notre pays sont ainsi les aspects jugés supérieurs à la moyenne européenne, par toutes les personnes sondées. Celles-ci estiment aussi que l'acceptation des nouvelles technologies, autre critère prépondérant, est aujourd'hui très bonne en Suisse. En revanche, le niveau général des prix et les loyers sont notés comme bien plus problématiques.

Influence grandissante de la régulation de l'État À la question concernant les facteurs favorables à leur secteur, les cadres indiquent le faible niveau d'imposition et le bon fonctionnement du marché des capitaux. Ils se montrent cependant critiques face à la complexité du système fiscal et à l'influence grandissante d'une régulation toujours plus lourde de l'État (industrie financière 82 %, industrie 51 %). Les prestataires de services financiers s'attendent à la continuation de la consolidation, à un coût du capital en hausse et à une aversion au risque accrue des investisseurs. L'industrie quant à elle se bat avant tout contre les risques de financement, le recul des investissements et le tassement des marchés émergents affectant sa croissance.

Maintien des conditions économiques et stratégies d'affaires Roland Berger estime que, en plus de maintenir les conditions-cadres sur la place économique suisse, les entreprises doivent s'engager davantage afin de concevoir des stratégies assurant leur survie dans un univers VUCA en constante transformation. Tel est aussi le message de Charles-Edouard Bouée, membre de la direction globale, dans son livre « Light Footprint Management ».

Originaltext: economiesuisse
economiesuisse.ch

Mardi 5 Novembre 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs