Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Selon le BCG, 100 entreprises des pays émergents deviennent aujourd'hui de sérieux concurrents pour les entreprises occidentales


L’édition 2008 de l’étude de référence du Boston Consulting Group, intitulée « Les 100 nouveaux challengers BCG », présente les 100 entreprises des pays émergents qui, par leur expansion rapide et leurs performances remarquables, sont en train de devenir de sérieux concurrents pour les entreprises occidentales. Le BCG y analyse les modèles économiques de ces nouveaux concurrents, décrit les défis auxquels ils sont confrontés et propose des pistes d’action aux entreprises occidentales.




Selon le BCG, 100 entreprises des pays émergents deviennent aujourd'hui de sérieux concurrents pour les entreprises occidentales
Les 100 nouveaux challengers recensés par le BCG ont réalisé 1 200 milliards de dollars de chiffre d’affaires et plus de 500 000 milliards de dollars en acquisitions annuelles. Leur chiffre d’affaires total atteindra 3 300 milliards de dollars en 2010 et 11 800 milliards en 2015. Pendant ce temps-là, des centaines d’autres entreprises des pays émergents atteindront une taille critique et se lanceront sur le chemin de l’expansion globale.

Selon Pascal Cotte, Directeur Associé senior et responsable du bureau de Paris du BCG, « Les leaders sectoriels doivent comprendre ces nouveaux rivaux et agir rapidement. Pour ceux qui réagissent vite, ces nouveaux challengers pourraient devenir des clients, fournisseurs et même partenaires clés. Pour ceux qui prennent du retard, ils seront de dangereux concurrents et, le temps venu, des acheteurs potentiels ».

Selon certains critères, la performance de ces entreprises en croissance rapide dépasse déjà celle des leaders établis. Au cours des cinq dernières années, la croissance de leurs revenus a été plus rapide celle des entreprises du S&P 500, et trois fois plus rapide depuis 2004. Elles commencent à investir de manière significative en R&D. Surtout, elles pèsent de plus en plus lourd sur le terrain des fusions-acquisitions internationales, avec un total de 72 acquisitions à l’étranger en 2006 (contre seulement 21 en 2000), d’une valeur moyenne de 981 millions de dollars (contre 156 millions en 2000). Mais comme l’observe Pascal Cotte, « leur croissance ne se fait pas au détriment de leur rentabilité. Ce sont des entreprises bien gérées ».

Néanmoins, dans leur quête de statut d’une entreprise globalisée, les nouveaux challengers doivent relever un certains nombre de défis :
- préserver leur avantage coût, tout en allant au-delà de la concurrence sur les prix (à travers les investissements en R&D, la construction de stratégies de marque)
- faire des acquisitions judicieuses et dépasser les obstacles aux acquisitions dans les pays occidentaux
- pallier à la pénurie des talents, en se positionnant comme des employeurs de référence
- réussir une répartition géographique véritablement mondiale (entre l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie) de leur chiffre d’affaires, savoir implanter leurs opérations de manufacturing à l’étranger en fonction des besoins, et inclure des dirigeants non-nationaux au sein de leur Comex 1
- savoir gérer des risques comme les variations de taux de change, la hausse des prix de l’énergie et des matières premières, les barrières commerciales et les coûts de complexité générés par la croissance et l’expansion.

Quant aux leaders occidentaux, ils auront besoin de réexaminer leurs modèles économiques à l’aune de la concurrence, attaquer les nouveaux challengers sur leur propre marché domestique, envisager d’acquérir des challengers pour s’approprier leur avantage compétitif et leur implantation locale. La coopération avec des challengers, à travers des joint-ventures, ainsi que la capacité à en faire des clients, sont également des pistes à suivre.

Sur les 100 nouveaux challengers BCG en 2008, 41 entreprises sont chinoises, 20 sont indiennes, 13 brésiliennes, les entreprises restantes se répartissant entre 11 autres pays émergents. Cette année, 17 nouvelles entreprises entrent dans le classement, et parmi elles, Tenaris (Argentine), Nine Dragons Paper Holdings et Sinomach (Chine), Suzlon Energy (Inde), Marcopolo (Brésil), Inter RAO UES (Russie) et PKN Orlen (Pologne).

Méthodologie de l’étude :
Le rapport « The 2008 BCG 100 New Global Challengers : How Top Companies from Rapidly Developing Economies are Changing the World » est fondé sur une analyse détaillée de plus de 3000 entreprises basées dans les pays émergents à forte croissance. Ont été retenus les acteurs dont le chiffre d’affaires dépasse un milliard de dollars. Le BCG s’est intéressé à trois années de données financières et a également noté les entreprises à l’aune de critères plus qualitatifs, permettant de mesurer leur dimension mondiale.

A propos du Boston Consulting Group
Depuis sa création en 1963, le Boston Consulting Group aide les plus grandes entreprises à bâtir un avantage concurrentiel durable.
Au BCG, nous sommes convaincus que les meilleures pratiques ou analyses concurrentielles ne suffisent pas à créer de la valeur sur le long terme. Un changement positif nécessite de porter un regard nouveau sur l'économie, les marchés et les capacités organisationnelles afin de définir et de délivrer des stratégies gagnantes. Pour nous, chaque mission est unique et constitue un ensemble d'opportunités et de contraintes pour lesquelles il n'existe pas de solution standard.
Présent dans 38 pays à travers 64 bureaux, le BCG intervient dans tous les secteurs d'activités et auprès de toutes les fonctions des entreprises.
Depuis son ouverture en 1973, le bureau de Paris connait une forte croissance. Il figure aujourd'hui parmi les plus importants bureaux de BCG dans le monde avec 250 consultants.
www.bcg.fr

Lundi 17 Décembre 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs