Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Revue Mensuelle des Marchés Emergents (Franklin Templeton Investments)


Par l’équipe « Actions émergentes » de Templeton




Revue Mensuelle des Marchés Emergents (Franklin Templeton Investments)
VUE D’ENSEMBLE

Le mois de janvier a commencé sur une note positive mais les marchés ont rapidement corrigé après le soulèvement du peuple tunisien, qui a entraîné le départ du gouvernement du président, et qui s'est ensuite diffusé à l'Egypte. L'indice MSCI Emerging Markets a clôturé le mois sur un repli de 2,7 % (en USD). Craignant que les événements en Égypte ne se répercutent sur les autres pays du Moyen-Orient, et qu'ils freinent la reprise de l'économie mondiale, les investisseurs sont massivement sortis des marchés. Les marchés d'Europe de l'Est n'ont guère été affectés par cette actualité. Ils ont enregistré les meilleures performances au cours du mois. Les investisseurs à la recherche de bonnes affaires ont repris position sur ces marchés pour investir dans des valeurs décotées présentant des valorisations attractives. Dans l'ensemble, les économies d'Amérique latine et d'Asie ont continué à afficher des statistiques macroéconomiques solides, suscitant des craintes de surchauffe et d'inflation dans les grandes économies comme la Chine et le Brésil.

LE POINT SUR CHAQUE RÉGION

Asie

L'économie chinoise a enregistré un taux de croissance de 9,8 % en glissement annuel (GA) au quatrième trimestre 2010, contre 9,6% en GA au troisième trimestre. Cela porte ainsi la croissance du PIB à 10,3 % en GA sur l'année, contre 9,2 % en GA en 2009. Les investissements directs étrangers (IDE) ont augmenté de 17,4 % en GA pour atteindre un nouveau record (105,7 milliards USD) en 2010. Les principaux secteurs concernés sont le secteur manufacturier, l'immobilier et la sidérurgie. Dans le cadre de sa lutte contre l'inflation, la Banque populaire de Chine à relever le taux des réserves obligatoires à 19,0 % contre 18,5 % auparavant pour les grandes banques, et à 15,5 % contre 15,0 % précédemment pour les banques petites et moyennes. Le gouvernement a également continué à durcir ses mesures afin de juguler le marché de l'immobilier. L'indice des prix à la consommation a reculé à 4,6 % en GA en décembre, contre 5,1 % en GA en novembre, dans le sillage des mesures du gouvernement visant à freiner la hausse des prix alimentaires. Le président Hu Jintao a rencontré le président américain Barack Obama lors de sa visite aux États-Unis au mois de janvier. Les deux pays ont signé des accords commerciaux d'une valeur de 45 milliards USD.

La croissance du PIB sud-coréen s'est accélérée à 4,8 % en GA au quatrième trimestre 2010, contre 4,4% en GA au troisième trimestre. En variation trimestrielle, la croissance a néanmoins ralenti à 0,5 % au quatrième trimestre, contre 0,7 % lors du trimestre précédent. Sur l'ensemble de l'année 2010, l'économie a crû à un rythme soutenu de 6,1 % en GA, un niveau de croissance inédit depuis 2002 (7,2 % en GA). En comparaison, la croissance du PIB n'avait été que de 0,2% en GA en 2009.

Les exportations, le secteur manufacturier et l'investissement ont été les principaux moteurs de la croissance en 2010. La Banque centrale a relevé son taux directeur de 25 points de base (0,25%) à 2,75% afin de contenir les pressions inflationnistes. Il s'est agi du troisième relèvement des taux de la Banque depuis juillet 2010. Les prix à la consommation ont progressé de 3,5% en GA en décembre, s'inscrivant ainsi dans la fourchette visée par la Banque centrale.

Dans le cadre de ses mesures visant à renforcer les relations bilatérales des deux pays, le président indonésien Yudhoyono s'est rendu en Inde en janvier. Au cours de son voyage, le Premier ministre Manmohan Singh et le président se sont longuement entretenu, abordant la question des échanges commerciaux ainsi que les grands dossiers régionaux et internationaux touchant les deux pays. Plusieurs accords portant sur les échanges commerciaux et l'investissement, d'une valeur de plusieurs milliards de dollars, ont été signés. La croissance de la production industrielle a continué à ralentir en novembre. La production a augmenté de 2,7 % en GA en novembre, atteignant un plus bas sur près de deux ans, alors qu'elle s'était établie à 11,3 % en GA en octobre. Ce ralentissement de la croissance est dû en partie au repli de la production de biens de consommation et à la croissance moindre des biens de consommation durables.

Amérique Latine
Dopée par une demande intérieure solide et un taux de chômage très bas, la croissance des ventes de détail au Brésil s'est accélérée en novembre. Elle a augmenté de 9,9 % en GA en novembre, après une hausse de 8,8 % en octobre. Le chômage a atteint 5,7 % en GA en novembre, contre 6,1 en GA en octobre, et 7,4 % en GA en novembre 2009. Bien que l'indice des prix à la consommation ait ralenti à 4,5 % en GA en décembre, contre 5,6 % en GA en novembre, et qu'il soit revenu vers l'objectif annuel de 4,5 % de la Banque centrale, les prix sont toutefois restés plus élevés que prévu. Sur l'ensemble de l'année 2010, l'inflation est ressortie à 5,9 % en GA, un plus haut sur six ans. La hausse des prix de l'alimentation et la fermeté de la demande intérieure se sont traduites par une accélération des prix à la consommation. Dans ce contexte, la Banque centrale a relevé son taux directeur de 50 points de base (0,5 %) à 11,25 % contre 10,7 5% précédemment. Les taux n'avaient pas été modifiés depuis plusieurs mois.

Afrique
Après trois baisses des taux en 2010, la Banque centrale d'Afrique du Sud a laissé ses taux inchangés en janvier, malgré l'augmentation des pressions inflationnistes. Le taux directeur reste donc ancré à 5,5 %, son plus bas niveau depuis plus de trois décennies, afin de soutenir l'économie intérieure. La Banque centrale a également revu à la hausse ses prévisions d'inflation pour 2011 et 2012, à 4,6% et 5,3 % respectivement. Les ventes de détail ont continué à augmenter dans la seconde partie de 2010 ; la croissance des ventes de détail en décembre s'est accélérée à 7,8 % en GA, contre 6,1 % en GA en octobre. La demande des consommateurs a été soutenue par la faiblesse des taux d'intérêt et par la fermeté du Rand, deux facteurs qui ont eu pour effet d'abaisser les coûts des produits importés. La croissance de la production manufacturière a également accéléré en décembre. Elle a augmenté de 4,6% en GA en décembre, après une hausse de 2,3% en novembre.

Europe
La croissance des ventes de détail en Russie a atteint son rythme le plus lent depuis neuf mois en décembre. Les ventes ont progressé de 3,4% en GA en décembre, contre 4,6% en GA en novembre. La hausse de l'inflation et du chômage s'est traduite par une baisse de la demande intérieure. La croissance de la production industrielle est toutefois restée stable à 6,3% en GA en décembre, en ligne avec la hausse de 6,6 % en GA enregistrée en novembre. Le principal moteur de cette croissance a été le secteur manufacturier. Sur l'ensemble de l'année 2010, la croissance s'est établie à 8,2 % en GA. Si la Banque centrale n’a pas modifié son taux directeur, qui demeure au niveau historiquement bas de 7,75 % afin de soutenir l'économie, les réserves obligatoires ont été augmentées. L'indice des prix à la consommation a progressé de 8,8% en GA en décembre, son point le plus haut depuis janvier, essentiellement en raison de l’augmentation des prix de l’alimentation. A titre de comparaison, les prix avaient augmenté de 8,1 % en GA en novembre, et de 5,5 % (plus bas) en juillet.

L'économie de la Turquie a enregistré une croissance solide en 2010. Selon les premières estimations, la croissance du PIB a été proche de 8 % en GA en 2010, alors que l'économie s'était contractée de 4,7 % en 2009. La fermeté de la demande intérieure a été le principal facteur de cette croissance. Après une baisse de 50 points de base (0,5 %) du taux directeur en décembre, la Banque centrale a de nouveau abaissé le taux de 25 points de base (0,25 %) à 6,25 % en janvier. Cette baisse avait pour objectif de juguler les flux d'investissement spéculatifs se déversant dans le pays et la dépréciation de la lire. En outre, le ratio de réserves obligatoires lié aux dépôts des banques a été relevé afin de freiner le crédit à la consommation.

Ce document est destiné aux investisseurs institutionnels uniquement. Les opinions exprimées ci-dessus sont celles de leur auteur à la date de publication. Elles sont susceptibles d'être modifiées sans préavis et ne représentent pas nécessairement le
point de vue de Franklin Templeton Investments. Ces opinions vous sont fournies à titre d'information seulement. Elles ne constituent pas des conseils juridiques ou fiscaux, ni une recommandation pour une quelconque valeur mobilière. Les marchés émergents peuvent être plus risqués que les marchés développés. Les éléments de recherche et d'analyse contenus dans le présent document ont été obtenus par Franklin Templeton Investments pour ses besoins propres, et peuvent être utilisés à ce propos; par conséquent, ils ne vous sont communiqués qu'à titre d'information. Pour de plus amples informations, veuillez prendre contact avec Franklin Templeton France S.A.-16/18 avenue George V – 75008 Paris. Tél: +33 (0)1 40 73 86 00 / Fax: +33 (0)1 40 73 86 10, ou avec le correspondant centralisateur de la SICAV Franklin
Templeton Investment Funds en France : CACEIS Bank, au 1-3, Place Valhubert, 75013 Paris.

Retrouvez toute l'actualité du cash management dans notre magazine en ligne Global Treasury News
www.globaltreasurynews.com

Mardi 22 Février 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News