Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Retournement de l’activité ou simple passage à vide ?


Le momentum de l’activité économique est en passe de s’essouffler complètement. Les indices PMI industriels(1) marquent le pas, tandis que les potentielles surprises positives d’une révision à la hausse de la croissance s’éloignent jour après jour.




Retournement de l’activité ou simple passage à vide ?
Le marché du travail aux États-Unis ralentit, même si les créations d’emploi en début d’année ont été relativement dynamiques. La situation de la zone euro reste une source inépuisable de questionnements.

Seule l’amélioration de l’indice PMI chinois rassure et montre que l’économie chinoise est en train de se reprendre.

Ce passage à vide ressemble beaucoup à l’effritement de la conjoncture de 2011. L’accumulation de plusieurs éléments de tassement d’activité étaient finalement venus annoncer une croissance quasi-nulle pendant un ou deux trimestres dans les zones industrialisées.

Pour autant, cette année, nous pensons que l’activité devrait être moins heurtée et moins génératrice de mauvaises surprises, même si les taux de croissance des économies développées resteront atones.

Taux
Le Bund allemand poursuit son chemin : son taux de rendement atteint de nouveau les plus bas historiques. On pourrait donc logiquement s’attendre à une hausse de ces taux au cours des prochains mois. Mais pour le moment, les données économiques et les incertitudes sur la zone euro retardent la concrétisation de ce scénario.
Au Royaume-Uni, la probabilité d’un assouplissement supplémentaire est de plus en plus mince au regard de l’inflation persistante. La détérioration du ratio offre / demande devrait générer une sousperformance des gilts(2).
Aux États-Unis, même si toute hausse de taux directeurs est écartée jusqu’à 2014 selon le FOMC(3), le marché monétaire ne reflète pas suffisamment le risque d’un recul plus rapide que prévu du taux de chômage (recul qui entraînerait un cycle de hausse des taux directeurs avant 2014). Aujourd'hui, le risque est clairement à la hausse des taux longs.

Actions
Natixis Asset Management continue de surpondérer les actions US contre celles de la zone euro en raison de la grande divergence dans l’évolution des BPA(4) entre le S&P500 (+ 8 % depuis 1 an) et l’EuroStoxx 50 (- 7 % depuis 1 an).
En zone euro, une surpondération sur le DAX offre de bonnes performances, que le marché soit haussier ou baissier. Cette position peut également être conçue comme une couverture contre le risque européen, compte tenu de la vigueur relative de la croissance germanique. Les exportations allemandes sont, en effet, en partie protégées d’une possible récession européenne grâce à la part des émergents dans ses exportations.

Devises
En zone euro, les États semblent prêts à appuyer un pacte de croissance à condition qu’il soit orienté vers des réformes structurelles et des investissements publics (financés par la BCE), plutôt que vers des dépenses publiques visant à financer les augmentations de salaire du secteur public (démarche qui renvoie à “l’ancien modèle” européen).
Si les États partenaires échouent dans la mise en place de réformes structurelles afin de relancer la croissance, cela porterait de nouveau atteinte à la solvabilité de la zone. Dès lors, l’euro serait encore un peu plus fragilisé à la baisse.

Matières premières
Le prix des matières premières est en baisse, la demande s’affaiblissant avec l’essoufflement de l’activité économique mondiale. Pour autant, l’offre n’arrive pas toujours à satisfaire cette demande, même ralentie. Dans le cas du pétrole par exemple, les capacités productrices des raffineries arrivent à saturation. Les investissements ayant été différés au moment de la crise, les limites des infrastructures existantes freinent la production de pétrole.

Sur la seconde moitié de l’année, on pourrait donc s’attendre à ce que les prix des matières premières augmentent de nouveau si le cycle économique se maintient au rythme actuel ou s’il reprend de la vigueur.

Par Franck Nicolas
Directeur Investissement et solutions clients*
Natixis AM


Rédigé le 10/05/2012

Retournement de l’activité ou simple passage à vide ?

(1) Indice PMI (Purchasing Managers Index) industriel : indicateur avancé de l’activité industrielle basé sur des enquêtes d’opinion menées auprès des directeurs d’achats.
(2) Gilts : obligations d’État anglaises.
(3) FOMC : Federal Open Market Committee.
(4) BPA : bénéfice par action.

* La business unit “Investissement et solutions clients” offre des produits et services sur mesure en gestion d'allocation globale, notamment pour le compte de clientèles institutionnelles, de grandes entreprises, de banques et de compagnies d'assurance vie.

Lundi 11 Juin 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News