Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Retards de paiement : plus de 40% des PME françaises sont touchées


Le phénomène concerne essentiellement les entreprises de 10 à 250 salariés. C’est en Ile-de-France et dans la région Centre que se concentre le plus grand nombre de problèmes.




Alors que la conjoncture économique française ne cesse de se dégrader (hausse de l’inflation, flambée du prix des matières premières, baisse de la production industrielle…), Creditsafe, leader européen de l’information sur la solvabilité des entreprises, s’est interrogé sur les retards de paiement dont sont victimes les PME et les TPE et sur les conséquences que cela entraine sur leur activité.

L’étude menée par TNS Direct auprès de 953 entreprises françaises de moins de 250 salariés montre de fortes disparités selon la taille de l’entreprise et sa situation géographique. Ainsi 42% des entreprises de 10 à 49 salariés et 38% des entreprises de 50 à 250 salariés déclarent connaître des retards de paiement de la part de leurs clients, c’est-à-dire des sommes dont le retard de paiement excède la période maximale de paiement prévue dans les conditions générales de vente. En revanche, la proportion tombe à 15% pour les entreprises de 1 à 15 salariés et à 9% pour celles sans salariés. En moyenne, ce sont 16% des entreprises françaises de 0 à 250 salariés qui sont touchées par des retards de paiement.

Si le taux d’entreprises concernées par les retards de paiement est globalement homogène selon le secteur d’activité (entre 12% pour le transport et 19% pour le manufacturing), les différences sont beaucoup plus importantes selon l’implantation géographique des entreprises. 23% des entreprises du Centre se disent touchées par des retards de paiement alors que seulement 7% des entreprises du Sud-Ouest de la France sont concernées par ce problème. Pour les autres régions (Ile-de-France, Nord, Ouest et Sud-Est), le taux de retard oscille entre 14 et 21%.

Le montant des sommes impayées peut dépasser les 250 000 euros

Pour 30% des TPE et PME françaises qui connaissent des retards de paiement de la part de leurs clients, le montant des sommes dues s’échelonne entre 50 000 à plus de 250 000 euros. Pour 52% des entreprises, les montants impayés sont compris entre 1 et 15 000 euros. Néanmoins, la quasi-totalité des entreprises (99%) subissant des retards de paiement finissent par être réglées. Pour une majorité d’entre elles, ces sommes sont réglées sous 2 mois au-delà de la période prévue dans les conditions générales de vente et pour 1/3, ces retards sont de 3 mois ou plus.

L’Ile-de France et la région Centre concentrent près d’un tiers des mauvais payeurs

Les « mauvais payeurs » ont des secteurs d’activités assez dispersés. Mais pour une majorité d’entreprises interrogées, ces clients proviennent plutôt de petites ou moyennes structures (moins de 50 salariés). L’origine géographique des clients « mauvais payeurs » est naturellement corrélée à l’implantation géographique de l’entreprise interrogée. Ainsi pour près de la moitié des entreprises implantées en Ile de France, les clients les plus mauvais payeurs proviennent également de l’île de France contre 7% seulement chez les entreprises implantées en province. Globalement, c’est l’Ile-de-France qui recèle le plus de mauvais payeurs (17%) devant la région Centre (15%). Le Sud Ouest est meilleur élève avec seulement 5% de mauvais payeurs.

La moitié des entreprises sont impactées par les retards de paiement

50% des entreprises subissant des retards de paiement constatent que cela a un impact important sur leur activité. 19% d’entre elles enregistrent une baisse de leur rentabilité tandis que 14% se voient dans l’incapacité de régler les factures de leurs fournisseurs en temps et en heure et 10% sont incapables d’acheter de nouvelles matières premières.

« A travers cette étude, on constate que les PME peuvent être particulièrement fragilisées par les retards de paiement de leurs fournisseurs. C’est pourquoi, toutes les entreprises quelque soit leur taille se doivent d’être informées sur la santé de leurs clients et de leurs prospects. Le croisement d’informations (financières, judiciaires, managériales, etc.) ne doit plus être la panacée des seules grandes entreprises. Aujourd’hui les plus petites entreprises sont en droit de savoir et il existe une information commerciale de qualité accessible à tous » Damien Barthélémy, Directeur Général de Creditsafe France.

A propos de Creditsafe
Fondé en 1997 en Norvège, le groupe Creditsafe, est un groupe privé de sociétés fournissant via le téléphone ou Internet des services d’informations de crédit en Europe. Creditsafe s’applique à écouter et à répondre aux besoins des entreprises quelque soit leur taille mais avec un constant souci de qualité, de valeur ajoutée et de facilité d’utilisation. Grâce à sa méthodologie, Creditsafe est en mesure d’offrir des services extrêmement fiables mais abordables pour toutes les entreprises même les PME. Outre sa maison-mère désormais établie aux Pays-Bas, Creditsafe est également présent en Suède, au Royaume-Uni, en France et en Irlande. En France, la société compte 3 500 abonnés. En janvier 2007, Creditsafe a fait le choix de s’implanter à Roubaix. La société compte aujourd’hui 85 emplois, ce qui en fait un acteur économique de la région Nord Pas-de-Calais.

L'étude détaillée est disponible sur demande.
www.creditsafe.fr

Vendredi 13 Juin 2008
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par Stephane Carvallho le 13/06/2008 12:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Creditsafe propose un produit complétement sidérant. Rapide, efficace, complet et mis à jour régulièrement.
Des prix ultra compétitifs. Ne cherchez plus, creditsafe est là !

2.Posté par CABINET AGIMA le 14/06/2008 18:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Etude très intéressante avec des critères très pertinents ,qui vienneent corroborer et confirmer , les tendances lourdes qui nous connaissons déjà.
Il est exact que CREDITSAFE se positionne bien , sur le marché du renseignements et de l'information financière.
Il devrait être très apprécié par les PME PMI et les TPE de part sa simplicité d'accès et de navigation sur le site(surtout les jeunes créateurs ); de plus le scoring accompagné d'un volume d'encours maximal devrait constituer une aide à la décision pour tous les décideurs économiques ( patrons de petites strucutures, Directeurs Fianciers, chef comptables de PME PMI ,...)
Pour les Crédits Managers , ce produit peut-être une deuxième base de données compte tenu de sa compétitivité sur le plan qualité de l'information -coût.
Dommage que l'AFDCC , n'est pas pu intégrer à temps dans son comparatif des bases d'informations fianncières diffusées au Salon SI GESTION des 12 et 13 Juin 2008 et dans sa Revue FONCTION CREDIT
Qu'il est "doux et agréable "d'avoir une multiplicité d'opérateurs sur un marché , qui n'était plus concurrencé ni concurrentiel
CREDITSAFE doit "voler vers les cimes"!!!

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs