Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Résultats du sondage IFOP réalisé dans le cadre du Prix du Manager Public de l’année 2011


Par rapport au secteur privé, être à l’écoute des usagers (52%) en maîtrisant un environnement complexe (50%) est une qualité particulièrement développée chez les managers publics. La réussite d’un projet dans le secteur public tient particulièrement à la capacité à faire travailler entre elles les différentes administrations (56%). Les qualités faisant défaut au bon manager public demeurent la prise de risques (59%). La compétence clé d’un bon manager public est de disposer de qualités humaines et relationnelles (37%).




Dans le cadre de la troisième édition du Prix du Manager public de l’année, la Direction Générale de la Modernisation de l’État et le cabinet de conseil BearingPoint ont commandé un sondage sur les managers de la fonction publique. Réalisé par l’IFOP auprès de 500 fonctionnaires de catégorie A, celui-ci liste les compétences clé d’un manager public, notamment dans la conduite de projets de modernisation.

Principales conclusions du sondage IFOP sur ce que les cadres de la fonction publique pensent de leurs managers.

Les compétences clés du bon manager public : sens de l’humain et leadership
Disposer de qualités humaines et relationnelles continue d’être plébiscité par 37% des interrogés. Être un leader et un visionnaire reste aussi pour 26% le deuxième pilier des qualités attendues. Ces compétences strictement professionnelles interviennent de manière plus secondaire, comme le savoir-faire dans l’action (18%). L’obtention de résultats tangibles (15%) n’est citée qu’en quatrième position.

Les qualités développées et celles qui font défaut : l’écoute dans un contexte complexe
A la question des qualités particulièrement développées par rapport au secteur privé, les cadres du secteur public répondent à 52% par l’écoute des usagers. En 2011, la maîtrise d’un environnement complexe est en progression (+3 points à 50%). La prise de risque, donc l’audace, est toujours la grande qualité qui fait défaut (59%), suivies par le manque de prise en compte du coût du projet et l’évaluation des résultats. Ces manques, franchement et pleinement reconnus, ont le mérite de révéler certaines attentes des managers publics. Cela souligne le besoin de développer dans le secteur public le « droit à l’erreur » qui doit supplanter la culture de la faute.

La réussite d’un projet dans le secteur public : les éléments les plus critiques
L’aboutissement d’un projet dans le secteur public obéit à un faisceau bien spécifique de facteurs clés de succès. Loin devant dans les citations, la capacité à faire travailler les différentes administrations se dégage, citée à 56% par les personnes interrogées. Suit ensuite à 43% le fait d’avoir les bonnes ressources compétentes et motivées. Puis trois facteurs de succès apparaissent à parts égales : la flexibilité d’un budget (35%), la latitude de récompenser (32%) et le soutien d’une hiérarchie stable (31%). En filigrane, on perçoit notamment, les spécificités de la gestion de projet dans des administrations souvent cloisonnées, qui nécessitent des qualités d’adaptation particulières en matière de compétences, de budget et de récompenses allouées.

Méthodologie de l’étude du manager public de l’année
« L’étude du manager public de l’année » a été réalisée par téléphone, sur le lieu de travail des personnes interrogées, du 1er au 10 décembre 2010 par l’Institut Français d’Opinion Publique (IFOP) auprès d’un échantillon de 500 fonctionnaires de catégorie A, exerçant dans cinq types d’établissements suivants :
- Les Ministères (80 interviews)
- Les services déconcentrés de l’Etat (170 interviews)
- Les collectivités territoriales (90 interviews)
- Les établissements de santé (85 interviews)
- Les organismes sociaux (75 interviews)

A propos de BearingPoint :
BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le coeur de métier est le Business Consulting. Il s'appuie sur la double compétence de ses consultants en management et en technologie. Animés par un véritable esprit entrepreneurial et collaboratif, ses 3200 consultants sont engagés à créer de la valeur et obtenir des résultats concrets, aux côtés de leurs clients. Ils interviennent dans la définition de la stratégie jusqu'à la mise en oeuvre des projets de transformation. Nous faisons nôtres les priorités de nos clients, c’est pourquoi depuis plus de 10 ans, les deux tiers de l’Eurostoxx 50 et les plus grandes administrations nous font confiance.
To get there. Together.
bearingpointconsulting.com

A propos de la Direction Générale de la Modernisation de l’Etat (DGME) :
Au sein du Ministère du Budget, des Comptes publics, de la Fonction Publique et de la Réforme de l’Etat, la direction générale de la modernisation de l’Etat pilote le suivi de la Révision générale des politiques publiques et accompagne les ministères dans la mise en oeuvre de leurs actions de transformations. A l’écoute des usagers et de leurs attentes, la DGME conduit également des projets structurants dans les domaines de l’administration électronique, l’amélioration de l’accueil et de la qualité des services publics.

Mardi 5 Avril 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs