Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Résultats de la 54e enquête semestrielle de conjoncture PME réalisée par OSEO en novembre 2011


Année 2011 assez satisfaisante pour les PME mais inquiétude pour 2012




Les dirigeants de PME attestent un bilan de l’année 2011 assez satisfaisant pour les secteurs situés en amont mais mitigé pour ceux orientés vers les ménages. Depuis l’été 2011, la confiance des entreprises, notamment des plus petites d’entre elles, a été durement ébranlée par la crise de la dette souveraine en Europe. L’évolution de l’activité des PME en 2012, de leurs embauches et de leurs investissements dépendra avant tout de la résolution de cette crise de nature très inédite.

Activité
En 2011, le chiffre d’affaires a progressé de 4,7% en moyenne sur l’ensemble des PME (3,6% en 2010). L’activité est restée stable dans les TPE. L’industrie, les transports, le commerce de gros et les services aux entreprises ont été les secteurs les plus dynamiques. Dans la construction, le redressement en 2011 a été modéré et les anticipations pour 2012 marquent une baisse significative de l’activité, tant dans le bâtiment que dans les travaux publics. L’activité a stagné dans le tourisme et les services aux particuliers.
Globalement, pour 2012, les prévisions sont en quasi-stagnation, avec 26% des PME qui prévoient une croissance de leur activité contre 21% une diminution. Les anticipations d’évolution sont négatives dans les TPE.
Ce sont les PME exportatrices et innovantes qui affichent de bonnes perspectives de croissance pour 2012, une fois encore.

Emploi
Les créations d’emplois ont progressé partout sauf dans les TPE où le rythme s’est stabilisé. 28% des PME ont annoncé une augmentation de leur effectif par rapport à 2010 contre 15% une diminution. C’est surtout dans les secteurs amont que l’emploi a significativement progressé. Ce sont les PME de plus de 10 salariés qui ont été très largement créatrices d’emplois, et notamment les exportatrices. Les TPE ont cessé de réduire leurs effectifs pour la première fois depuis 2008.
Les embauches devraient ralentir en 2012, une progression significative des effectifs étant cependant anticipée dans les services aux entreprises, l’industrie et le commerce de gros. La croissance des effectifs en 2012 devrait se concentrer sur les entreprises innovantes et exportatrices.

Trésorerie et rentabilité
68% des PME estiment normale ou aisée leur situation de trésorerie récente. L’état de la trésorerie varie selon le secteur d’activité. L’accès au crédit de trésorerie est resté très stable : une entreprise sur cinq déclare avoir rencontré des difficultés pour obtenir des concours bancaires d’exploitation, sans évolution depuis fin 2010.
Pour 2012, un quart des PME craignent une dégradation de leur situation de trésorerie tandis que 10% s’attendent à une amélioration. Les anticipations varient selon les secteurs d’activité et les PME exportatrices et innovantes sont un peu moins pessimistes.
22% des dirigeants considèrent que leur rentabilité en 2011 aura été bonne et 24% mauvaise.
Globalement, les entreprises anticipent une diminution de leur rentabilité en 2012, sauf dans l’industrie, les services aux entreprises et le commerce de gros. Les plus confiantes sont les entreprises exportatrices et/ou innovantes.

Investissement
En 2011, les investissements ont connu un léger accroissement. 55% des dirigeants en ont réalisés. Si les PME de plus de 10 salariés ont renforcé leurs investissements, les TPE ont vu les leurs légèrement diminuer. Deux tiers des entreprises exportatrices ont fait au moins un investissement en 2011 au lieu de la moitié seulement chez les « non exportatrices ». Les PME innovantes investissent plus que les autres (63% contre 50%).
Pour 2012, les PME sont dans l’expectative et envisagent plutôt un simple maintien de leurs investissements. 52% d’entre elles en prévoient. L’insuffisance de la demande, qui est le premier frein à l’investissement, pèse un peu plus sur la décision d’investir. L’insuffisance de la rentabilité, l’intensité de la concurrence et le manque de fonds propres sont aussi des obstacles à l’investissement. L’accès au crédit à l’investissement reste néanmoins aisé pour 90% des répondants.
www.oseo.fr

* Réalisée en novembre 2011 auprès de 28 000 entreprises de 1 à 249 salariés. L’analyse porte sur les 3 778 premières réponses jugées complètes et fiables.

Lundi 30 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News