Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Reprise à tout prix


La conjoncture économique aux Etats-Unis, au Japon et dans la zone Euro donne des signes de reprise timide.




Kamal EL-Oualy
Kamal EL-Oualy
Toutefois, ce retour prématuré de croissance tant salué dans plusieurs milieux, y compris le FMI, demeure insuffisant tant que de nombreux indicateurs sont encore à améliorer et qu’un risque non négligeable de déflation persiste. Il semble en effet qu’il s’agit d’une « reprise à tout prix » sans se soucier du bien être social au regard de la persistance du chômage et de la dégradation des déficits publics. Dans l’autre coté de l’atlantique, ceci n’a pas empêché B.Obama de reconduire B.Bernanke à la tête de la FED. Le Président Américain espère, via cette nomination, donner plus de confiance à ces coéquipiers dans le but de poursuivre leurs efforts sur la voie de la relance économique et partant libérer l’économie mondiale des démons de la crise en annonçant l’amorce d’une reprise économique quoiqu’à un rythme bas.

Face à cette gestion de crise, l’ordre de priorité et la référence théorique à telle ou telle politique économique semble relégué au second rang. L’objectif premier demeure l’accroissement du Produit Intérieur Brut et tous instruments susceptibles d’apporter développement et progrès social sont autorisés. Il n’est plus question de corrélation entre croissance et autres indicateurs, du moins dans le court terme, au vu notamment du recul d’emploi. Il n’en demeure pas moins également que ce recul d’emploi pourrait générer des problèmes sociaux si l’Etat envisage de verrouiller les vannes de ses budgets, après assainissement du secteur financier, et de ne plus agir du coté de la demande notamment dans le secteur productif. Ceci veut dire aussi que les banques centrales doivent laisser inchangée, pour une durée suffisante, la marge de fluctuation des taux d’intérêt et continuent d’alimenter amplement l’économie en liquidités.

Cependant, ce rebondissement ne devrait pas faire oublier les propos issus du sommet du G20 sur la moralisation et la régulation du système financier international notamment sur des questions qui relèvent de la transparence financière, des paradis fiscaux, des bonus, etc.… Ce G20 est appelé également à débattre ces questions dans sa réunion de septembre 2009 en vue de donner plus de visibilité à l’opinion public quant à l’évolution de l’économie mondiale, ses acteurs et ses principes de conduite sur des bases saines.

Dr. Kamal EL-Oualy
Economiste
Kamal.eloualy@yahoo.fr

Mardi 8 Septembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs