Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Repenser la finance mondiale et ses institutions


Dans la perspective du sommet du G20 de novembre, à Cannes, le Parlement a adopté, mardi, une résolution sur la gouvernance économique mondiale. La résolution demande un FMI plus politique, l'arrêt des manipulations des taux de change et des règles internationales pour séparer l'activité spéculative des banques de celle de banque de détail. Le G20 est invité à conclure sur les éléments communs d'une taxe mondiale sur les transactions financières.




La résolution, élaborée par Gunnar Hokmark (PPE, SV) appelle au renforcement de la réglementation et de la surveillance financière internationales afin de combler les lacunes existantes, et souligne la nécessité de remédier aux déséquilibres actuels entre les économies mondiales afin d'éviter de nouvelles turbulences, une problématique que le G20 s'est déjà largement employé à résoudre jusqu'à présent.

Un FMI politique
La résolution demande au FMI de jouer un rôle primordial en devenant plus légitime, plus transparent et plus responsable. À cette fin, la résolution propose que son directeur général soit élu selon une procédure ouverte et fondée sur le mérite, ainsi qu'une distribution plus équitable des droits de vote. Enfin, le texte demande d'élargir le mandat du FMI, non seulement pour accentuer la surveillance internationale, mais surtout pour suivre les économies ayant une importance systémique.

D'une manière plus générale, la résolution demande de garantir plus de responsabilité démocratique pour le FMI, la Banque mondiale et les forums mondiaux, en particulier le G20, et à toutes les institutions financières de mieux coordonner leurs travaux.

Un secteur financier au service de l'économie
Parmi les diverses propositions destinées à rendre le système financier mondial plus sûr et à renforcer la surveillance, la résolution insiste sur deux points essentiels. Premièrement, elle invite les dirigeants du G 20 à conclure "sans plus tarder" les délibérations sur les éléments communs minimaux d'une taxe mondiale sur les transactions financières (cette partie du texte a été adoptée à une large majorité: 594 voix pour, 62 contre et 3 abstentions).

Deuxièmement, la résolution invite le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire à proposer des mesures visant à cantonner les activités de banque de détail des établissements ayant une importance systémique et à les obliger à disposer de fonds propres autonomes. Cette proposition reflète celle faite au mois de septembre dans le rapport Vickers sur la réforme du secteur bancaire au Royaume Uni.

PARLEMENT EUROPEEN

Mardi 25 Octobre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs