Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Rémy Thannberger - Paris Stock Exchange™


Paris Stock Exchange™. Rémy Thannberger président du Groupe Manurhin à Mulhouse, et propriétaire de la marque Paris Stock Exchange™ . Entretien du 29 avril 2014.




Rémy Thannberger
Rémy Thannberger
Rémy Thannberger bonjour, après avoir conduit plusieurs centaines d'introductions en bourse de PME à Paris, vous êtes depuis quelques années, président du Groupe Manurhin à Mulhouse. Pourriez-vous nous résumer en quelques mots cette reconversion pour la moins inédite de la finance vers l'industrie ?

Au départ, il s'agit d'un concours de circonstances. J'ai été mis en contact avec Manurhin début 2009 par le ministère de la défense pour évaluer les besoins et le potentiel de l'entreprise qui était en difficulté, et proposer un plan d'action. De conseiller, je suis devenu actionnaire et, de tours de table en tours de table, j'en suis devenu le président en septembre 2010. A l'époque, on me donnait 15 jours avant de jeter l'éponge.
Fin 2011, je parvenais à convaincre l'Etat d'entrer au capital, permettant ainsi de sauver in extremis une entreprise emblématique, n°1 mondial de son secteur et 100 % exportatrice.
Manurhin est devenu depuis, une entreprise en forte croissance et rentable, qui dispose de plus de 150 Me de carnet de commandes. Bien sûr mon expérience dans la finance me sert (Manurhin est cotée en bourse depuis décembre 2010), mais aussi étrange que que cela puisse paraître, je me considère aujourd'hui comme un authentique industriel au contact de ses clients internationaux, de ses partenaires et de ses équipes à Mulhouse.

En observateur avisé, quel regard portez-vous sur l'évolution de la place financière ?

Mon constat va vous paraître sévère : notre place financière est une entreprise en difficulté. Trop peu d'introductions en bourse et rétrécissement inexorable de la Cote, faible nombres d'opérations financières en général, exil des directions financières à Londres où ailleurs, ont affaiblit une bourse de valeurs sans véritable stratégie offensive. M. Arnaud Montebourg devrait d'urgence se pencher sur ce dossier avant qu'il ne se transforme en Alstom. Certes Paris dispose de certains atouts, notamment en matière de gestion d'actifs, mais sans bourse de valeurs performante, au service des plus petites entreprises comme des plus grandes, c'est tout notre éco-système qui est menacé. La compétitivité de notre économie se joue aussi sur ce terrain là.

La bourse de Paris joue-t-elle encore son rôle ?

Paris ne s'est jamais vraiment remise de l'explosion de la bulle internet. Les dégâts qui ont été causés à l'épargne publique ont détourné durablement des centaines de milliers d'actionnaires individuels qui faisaient la fierté de notre place.
Alors oui, de très grandes entreprises parviennent encore à se financer en France, mais pour combien de temps et pour quels montants ? Et comment les protéger de raids ? Regardez Alstom. Et que dire des plus petites ? Le plus inquiétant me paraît être le sectarisme qui règne à Paris : certains secteurs ont droit de cité et pas d'autres. La place cède aux phénomènes de modes au lieu de diversifier son offre.
Prenez le cas de Manurhin : il serait plus facile de lever des capitaux sur le marché à Londres ou à Francfort qu'à Paris, sous prétexte que nous sommes une entreprise du secteur de la défense. Dans un contexte de raréfaction durable du crédit bancaire, il est dommage que des reformes en profondeur ne soient pas mises en œuvre. Dans ce domaine aussi, le consensus a atteint ses limites depuis longtemps.

Quel avenir selon vous pour Euronext ?

Nous étions quelques uns à dénoncer les risques de cette "fusion entre égaux" de l'époque et à défendre le choix d'un rapprochement avec avec Francfort plutôt que New York. Hélas, les années que la bourse de Paris a passé sous pavillon américain, qui ont peut-être été plus confortables, vont lui couter cher et je crains que le retard accumulé ne soit irrémédiable.
Personnellement, je suis convaincu qu'un rapprochement ou un adossement à l'un des deux grands groupes européens (LSE ou Deutsche Borse) est inéluctable. L'alliance Euronext me paraît trop hétéroclite pour faire face aux défis de cette industrie mondialisée et Paris, avec moins de 1.000 valeurs, me paraît loin de la taille critique. J'ai eu la chance d'en parler souvent avec Xavier Rolet (LSE) et aussi Reto Francioni (Deutsche Borse). L'Ipo d'Euronext devrait être l'occasion d'une première redistribution des cartes. Il y en aura d'autres.

Vous êtes toujours propriétaire de la marque Paris Stock Exchange. Que comptez-vous en faire ?

Sept des dix premières bourses du monde portent le nom d'une ville suivi de "Stock Exchange". S'il s'agit de l'associer à un projet ambitieux pour Paris et notre pays, cette marque unique est disponible.

Rémy Thannberger, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.


© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "GRC Manager" sur www.finyear.com/grcmanager
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres



Lundi 5 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News