Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year

 
 
 
 


              



Remaniement : le mal français


A quelques jours du remaniement du gouvernement Fillon de novembre 2010, la création d'un ministère des « Entreprises » est à l'étude (un ministère microéconomique coexistant avec un ministère macroéconomique avec l'Economie et les Finances Publiques). (1)



Thierry Charles
Thierry Charles
Du côté des protagonistes de la « nouvelle stratégie industrielle » initiée par les Etats Généraux de l'Industrie (EGI), le départ de Christian Estrosi (ainsi que celui de Hervé Novelli), et son remplacement par Eric Besson, qui fut en charge de questions économiques au PS en tant que secrétaire national à l'économie puis dans le premier gouvernement Fillon en tant que secrétaire d'Etat à la Prospective, ne manque pas d’interroger.

«Au regard des efforts déployés ces derniers mois, l'industrie ne peut être réduite à la portion congrue», déclare au journal « La Tribune » René Ricol, le Commissaire général à l'investissement qui n’imagine pas le ministère se transformer en secrétariat d'Etat.

«Dénigrée depuis 20 ans car polluante et bruyante, l'industrie retrouve ses lettres de noblesse, il ne faut pas briser cet élan », estime quant à lui Jean-Claude Volot. (2)

Mais face à l’envergure du projet, le gouvernement recule et c’est finalement Christine Lagarde qui demeure à Bercy, secondée notamment par Eric Besson, ministre délégué en charge de l'industrie, de l'énergie et de l'économie numérique (un temps le nom de Jean-Marie Bockel, ex-secrétaire d'Etat à la Justice, Président de la « Gauche Moderne » et ancien Président de la Fédération des industries ferroviaires, a circulé).

Quelques semaines auparavant, le 3 novembre 2010 le Premier ministre plaidait pourtant devant un parterre d’ingénieurs pour une politique de « continuité » : « Je crois à la continuité de notre politique réformiste parce qu’on ne gagne rien à changer de cap au milieu de l’action et parce que le redressement de la France réclame de la durée ».

Reste que sur le plan de la modernisation des relations interindustrielles, tout est à reprendre après ce bal des prétendants que s’offre la France à chaque échéance électorale… ce doit être cela le « changement dans la continuité ».

Faire et défaire, c’est toujours travailler.

1 - Un ministère de l'Entreprise qui aurait chapeauter une série de secrétariats d'Etat, des PME au Commerce extérieur en passant par le Commerce et l'Industrie.

2 - Lire « Remaniement : la création d'un ministère des Entreprises est à l'étude », La Tribune, 10/11/2010. «L'énergie, l'innovation, les transports, la pharmacie ne sont pas dans le champ de compétences du ministère actuel. Il faut que ces secteurs soient regroupés au sein d'un ministère unique», plaide de son côté Yvon Jacob, l'ambassadeur de l'Industrie française auprès de l'Union européenne.


Thierry CHARLES
Docteur en droit
Directeur des Affaires Juridiques d’Allizé-Plasturgie
Membre du Comité des Relations Inter-industrielles de Sous-Traitance (CORIST) au sein de la Fédération de la Plasturgie
et du Centre National de la Sous-Traitance (CENAST)
t.charles@allize-plasturgie.com

Jeudi 18 Novembre 2010
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements


Lettres métiers


Livres Blancs



Blockchain Daily News