Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Quels revenus pour payer vos dettes ?


Que vous le vouliez ou non, vous êtes endettés. Je ne parle pas de vos emprunts immobiliers ou de vos crédits à la consommation ou de cette petite dette de jeu. Non, je veux parler de cette grosse dette, celle que vous mettrez toute votre vie à payer : vos impôts.




Pierre-Antoine Dusoulier
Pierre-Antoine Dusoulier
Si comme la moitié des Français vous avez la chance de payer l’impôt sur le revenu, vous me comprenez. Il faut sans cesse courir après de nouveaux revenus pour payer les impôts sur les revenus de l’an dernier, lesquels revenus ont servi à payer les impôts d’il y a deux ans et ainsi de suite.

Jusque là, la logique facétieuse du fisc français, l’un des rares si ce n’est le seul au monde à vous faire payer les impôts avec un an de retard, jusque là donc, la logique s’imposait (façon de parler). Malheureusement, alors que ces impôts devraient théoriquement financer le fonctionnement de l’état et les investissements dont notre beau pays a bien besoin, ces impôts servent de plus en plus à payer la dette d’un état impécunieux que les étrangers nous envient.

Face à ses dettes, l’Etat manque de ressources. Heureux contribuables que nous sommes, nous voici donc endettés, jusqu’au cou. Car il va bien falloir payer ces dettes et le fonctionnement de l’Etat et ces investissements. L’Etat doit même emprunter pour investir puisque l’argent de l’impôt ne sert plus qu’à couvrir les dépenses courantes et le service de la dette. CQFD : vos impôts servent en grande partie à payer nos dettes. Vous voilà endetté !

Mais avec quels revenus payerez-vous ces dettes d’état devenues les vôtres ? Nous sommes solidairement condamnés à la croissance ! Mais les salaires sont bloqués, les taux d’intérêt en berne et les niches fiscales rabotées … bref, le pouvoir de payer est à la baisse. Pourtant les marchés financiers montent, le CAC flirte à nouveau avec quelques hauteurs à défaut de tutoyer les sommets. Ce pourrait bien être le moment de s’y intéresser et d’y récupérer un peu de pouvoir d’achat.

Bon trading

Pierre-Antoine DUSOULIER, Président de Saxo Banque
www.saxobanque.fr

Dimanche 20 Septembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs