Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Que penser de la réforme des retraites ?


Avec la réforme, ma retraite va baisser ?




Que penser de la réforme des retraites ?
FAUX.
Puisque les salariés vont travailler jusqu'à deux ans de plus, ils accumuleront des points supplémentaires, augmenteront la moyenne de leurs 25 meilleures années et auront donc une retraite plus élevée. Les premières simulations donnent une augmentation de 4% environ du montant des retraites, soit 1.000 euros de plus par an pour une retraite mensuelle de 2.000 euros.

J'ai commencé à travailler jeune, pourrais-je partir en carrières longues ?
VRAI.

Le dispositif carrières longues, instauré par la réforme Fillon en 2003 et permettant de partir dès 56 ans pour ceux qui ont commencé à travailler dès 14 ans, est maintenu. Il est décalé dans la réforme pour des départs à 58 ans (soit 4 ans avant l'âge de droit commun). Cependant, avec l'école obligatoire jusqu'à 16 ans, le nombre de personnes ayant commencé à travailler à 14 ans diminue.

On devra vraiment travailler jusqu'à 67 ans ?
FAUX.

Tout le monde pourra partir dès l'âge de 62 ans. Les départs à 65 ans ne concernaient de toute façon qu'une minorité de salariés, dont la plupart n'étaient déjà pas en activité depuis plus de 20 ans. Quant aux craintes de ne pas avoir le taux plein à 62 ans, les salariés auront 8 trimestres de plus qu'à 60 et seront donc encore plus nombreux à avoir le nombre minimum de trimestres requis à 62 ans qu'à 60 ans dans le système actuel. L'abattement par année manquante est d'environ 5% par an. Cela étant, il est parfois plus intéressant de liquider sa retraite avec abattement que d'attendre 65 (ou 67) ans pour avoir le taux plein.

J'ai travaillé à l'étranger, j'ai entendu que le prix des rachats de trimestres allait quadrupler ? Faut-il agir maintenant ?
VRAI et VRAI.

Ça n'est pas la réforme mais la loi de Finances 2010 qui a modifié les règles du jeu.
Le rachat d'une année à l'étranger coûtait jusqu'à présent entre 1.000 et 6.000 euros l'année. En alignant le prix sur le rachat des trimestres d'études, les députés en ont augmenté le coût jusqu'à 25.000 euros l'année (de toute évidence sans comprendre de quoi il s'agissait...).
Pour les personnes qui ont travaillé à l'étranger (à partir d'un stage) cela signifie qu'après le 1er janvier 2011, le coût des rachats deviendra exorbitant, et sera peut-être même limité à 3 années.
Il faut d'urgence s'en préoccuper pour bénéficier des conditions 2010 !
Exemple : Mr C. rachète 43 trimestres pour 13.000 euros (déductibles du revenu imposable !!!) et augmente sa retraite annuelle de 16.000 euros... En 20 ans de retraite, il gagnera 320.000 euros supplémentaires.
Même si vous n'avez plus vos documents, rapprochez-vous d'un spécialiste qui seul saura gérer cette procédure compliquée dans les délais.

Je suis au chômage à l'âge de la retraite, je n'aurais pas mon taux plein ?
FAUX.

Aujourd'hui, un salarié au chômage à l'âge de 61 ans est prolongé dans son indemnisation jusqu'à l'âge de son taux plein. Il est fort probable que cette règle sera adaptée et l'indemnisation prolongée. Un doute subsiste pour des personnes dont l'indemnisation s'interromprait entre le 61ème et le 62ème anniversaire (si né après 1956).

La réforme pénalise plus les femmes ?
VRAI et FAUX.

Faux parce que les carrières non linéaires (temps partiel, interruption, multi régimes, etc.) sont pénalisées par le mode de calcul, et c'est souvent le cas des carrières des femmes, en particulier celles nées avant 1955, qui ont des carrières moins longues, indépendamment de la réforme.
Vrai partiellement parce que les femmes ayant eu une carrière complète et des enfants, qui avaient plus de trimestres que nécessaire dès 60 ans, auront effectivement l'obligation de travailler deux années de plus et, en ce sens, peuvent considérer être pénalisées (mais c'est également le cas des hommes qui avaient leurs 40 annuités...).
Les retraites inférieures des femmes ont plusieurs origines :
- des carrières souvent incomplètes
- un mode de calcul qui pénalise les carrières non linéaires
- des salaires inférieurs à ceux des hommes.
Des raisons qui n'ont rien à voir avec la réforme, ni avec la retraite, à l'exception du mode de calcul.
La loi introduit une pénalité pour les entreprises qui ne mettent pas en place un plan d'égalité Homme / Femme. Cela aura donc un effet ... dans quelques décennies.
On peut regretter que le mode de calcul n'ait pas été ajusté pour limiter les injustices.

Le point étape retraite à 45 ans répondra à toutes mes questions ?
PROBABLEMENT PAS.

La loi prévoit que les caisses devront informer tous les 5 ans les assurés de leur situation et leur fournir des prévisions de retraites. En théorie, chacun devrait donc avoir un droit (légitime) à « savoir ou il en est ». Dans la pratique, quand on constate les difficultés sur une chose aussi simple qu'envoyer à chacun des assurés un récapitulatif de ses droits acquis (droit à l'information de la réforme 2003), on a du mal à imaginer que des milliers d'agents puissent être formés à renseigner les assurés sur le système de retraite le plus compliqué du monde ou chaque situation est unique (38 régimes différents et des centaines de caisses !!!).
Le mieux reste encore de s'adresser à des experts spécialisés ou de faire une simulation en ligne sur le seul simulateur à même de prendre en compte toutes les situations (simul-retraite.fr, simulation gratuite).

J'ai cotisé à plusieurs régimes, la réforme améliore ma situation ?
FAUX.

Malheureusement, les poly-pensionnés (cotisants à plusieurs régimes, la moitié des assurés) sont souvent pénalisés par le mode de calcul et, malgré les demandes de la CFDT, rien n'a été fait pour améliorer leur situation. Il importe avant tout lorsqu'on change de régime de bien comprendre le système pour éviter les choix pénalisants et de valider ses 4 trimestres par an.

J'ai 60 ans (ou je les ai bientôt), j'ai intérêt à liquider ma retraite avant la mise en place de la réforme ?
FAUX.

La réforme introduit des modifications pour les générations futures (nés après le 01/07/1950). Elle ne change rien pour les personnes ayant déjà 60 ans. Il n'y a donc aucune raison de se précipiter et de liquider plus tôt.
Si vous avez 60 ans, il est astucieux de vérifier l'intérêt de racheter des trimestres (souvent intéressant) ou de faire un Cumul Emploi Retraite (idem).
Il est hautement improbable que l'accord AGFF sur les retraites complémentaires ne soit pas reconduit en fin d'année, compte tenu du décalage à 62 ans du régime général.
De plus, il ne faut pas croire ceux qui vous disent que les retraites baisseraient de 22% si l'accord n'était pas reconduit.
Un mot d'ordre : pas de panique !!!

J'ai racheté des trimestres, et je ne pourrais pas partir comme prévu à 60 ans. Je suis pénalisé ?
FAUX.

Si vous avez racheté des trimestres désormais « superflus », vous pourrez vous les faire rembourser (décrets en attente de publication).

J'ai lu dans la presse qu'il faut que je demande le remboursement de la totalité de mes trimestres pour les racheter dans 2 ou 3 ans, est-ce vrai ?
FAUX.

Et absurde. Au contraire, ne vous précipitez pas à vous faire rembourser vos rachats de trimestres. Il est à craindre que les rachats dans 2 ou 3 ans soient beaucoup plus contraignants ou beaucoup plus chers. Seuls les trimestres objectivement superflus doivent être demandés au remboursement.

On risque des abattements de 22% sur les complémentaires en 2011 si l'accord AGFF n'est pas reconduit ?
FAUX.

L'accord AGFF garantit aux salariés qui ont tous leurs trimestres à la CNAV qu'ils auront également leurs retraites ARRCO et AGIRC sans pénalité. Son échéance théorique est le 31 décembre 2010. Dans la pratique, il est difficilement envisageable que les retraites complémentaires ne s'alignent pas sur le régime général de la CNAV. Elles vont donc décaler l'âge de liquidation à 62 ans, sur les mêmes bases que la CNAV.
Ce qui signifie implicitement que l'accord AGFF serait donc reconduit.

J'ai fait une simulation sur Internet et le résultat est très bas (ou très élevé). Il faut s'inquiéter ?
FAUX.

Ne vous fiez pas à la quasi-totalité des simulateurs qui sont sur Internet. Ils vous renseignent en quelques secondes sur la base de données très approximatives et ont pour principal objectif de vous inciter à souscrire des produits d'épargne.
Leurs résultats sont en général très éloignés du montant réel de votre retraite.
L'épargne est nécessaire, mais n'oubliez pas que 85% de vos revenus à la retraite proviendront de votre retraite obligatoire, c'est donc celle-là qui doit être l'objet de toutes vos attentions.
Un seul simulateur est suffisamment précis et prend en compte votre carrière réelle. Il peut donc vous apporter des prévisions fiables en fonction de votre historique et de vos projets (simul-retraite.fr, simulation gratuite).

J'ai une retraite qui est très faible par rapport à mon dernier salaire, c'est injuste !
VRAI et FAUX.

La comparaison avec le dernier salaire repose sur une hypothèse de carrière régulière et linéaire. C'est vrai dans la fonction publique, cela est de moins en moins le cas pour les salariés du privé.
Un taux de remplacement bas peut signifier que vous avez eu une fin de carrière avec des salaires très supérieurs à la moyenne de votre carrière. Auquel cas vos dernières années ont significativement augmenté votre retraite mais cela concernait trop peu d'années pour rapprocher votre retraite de votre dernier salaire.
Pour les cadres supérieurs et les dirigeants, le taux de remplacement (retraite comparée au dernier salaire) peut également être bas car, au-delà d'un certain montant de salaire, on ne cotise plus (pas de cotisation = pas de prestation).

J'ai lu dans la presse que ma retraite allait représenter 30% de mon dernier salaire, est-ce possible ?
FAUX (sauf peut-être pour les moins de 30 ans).

On lit en effet souvent des prévisions très alarmistes. Récemment, un mensuel annonçait un taux de remplacement de 30% environ pour les cadres supérieurs ayant 59 ans en 2010.
Alors qu'en moyenne leur taux de remplacement se situe en général entre 50 et 60%...
Sachant que les 50-59 ans ont en moyenne en France un taux d'épargne de 25% (et vivent donc avec 75% de leur salaire), on voit qu'il n'y a là encore pas de quoi céder à la panique ambiante.
C'est une pratique répandue de faire peur en annonçant des retraites plus basses qu'elles ne le sont en réalité.
Seuls les plus jeunes peuvent avoir une inquiétude légitime sur le montant de leur retraite (ils devraient plutôt manifester pour demander le départ immédiat à 70 ans s'ils ne veulent pas financer pendant 40 ans des retraites correctes et se retrouver à l'arrivée avec seulement des dettes !!!), mais il est relativement hasardeux de faire dès aujourd'hui des évaluations et d'annoncer des taux remplacement.

Maximis Retraite

Jeudi 25 Novembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News