Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Que deviennent les PME et ETI françaises accompagnées par les acteurs du capital-transmission / LBO français ?


D’où vient la performance de ces investissements ?




L’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) et EY publient une première étude du genre sur les facteurs déterminants de la création de valeur dans les entreprises accompagnées par des fonds de capital-transmission en France.

Cette étude est fondée sur les données privées et historiques d’entreprises françaises qui ont bénéficié de l’apport de capitaux propres de fonds de capital-transmission / LBO, membres de l’AFIC, actionnaires majoritaires ou disposant à minima d’une minorité de blocage, dont les titres ont été vendus en totalité entre le 01/01/2012 et le 31/12/2014, et qui affichaient au moment de la cession un chiffre d’affaires compris entre 20M€ et 500M€. L’étude propose une analyse détaillée des facteurs qui ont contribué à la performance de ces investissements.

La méthodologie est fondée sur des interviews détaillées et s’inspire d’une autre étude réalisée depuis 10 ans par EY à l’échelle européenne (« European PE exits study ») et qui a fait l’objet de près de 500 interviews auprès de fonds cédants pour analyser la création de valeur à l’issue de chaque cession. La présente étude a appliqué la même méthodologie aux PME et ETI françaises avec un taux de réponse suffisamment élevé : 70% des actionnaires cédants ont répondu aux interviews menées par l’AFIC et EY, soit 57 entreprises analysées sur un total de 81 répondant aux critères de sélection. La trajectoire de ces entreprises, qui ont été détenues en moyenne 5 ans et 8 mois par les fonds, vient confirmer la manière dont se crée la valeur dans ces entreprises en capital-transmission / LBO. Michel Chabanel, Président de l’AFIC se félicite de cette « étude qui confirme l’impact positif du capital-transmission sur les PME en termes de croissance, d’investissements, de développement à l’international et d’emplois. »

Laurent Majubert, associé conseil en transactions chez EY ajoute : « Cette étude sur les PME et ETI françaises est cohérente avec les constats réalisés par EY depuis maintenant 10 ans, dans le cadre d’études plus larges réalisées dans les différents pays européens. L’analyse des cessions démontre, année après année, que la croissance opérationnelle reste le principal levier de création de valeur par les fonds, alors que le désendettement financier y contribue de manière assez modeste ».

LE LBO STIMULE LA CROISSANCE ECONOMIQUE

La création de valeur trouve majoritairement sa source dans le développement économique des entreprises …


En moyenne, la progression de la valeur du capital des entreprises entre la date d’entrée et de sortie des fonds provient à 74% de la progression des résultats (excédent brut d’exploitation). Ainsi au sein des entreprises accompagnées par les fonds de capital-transmission / LBO, la création de valeur s’explique majoritairement par leur développement économique et non par le remboursement de la dette
financière.

… porté au 2/3 par leur croissance organique.

La croissance d’excédent brut d’exploitation (EBE) dégagé par les entreprises est générée à 63% par la croissance organique et à 29% par la croissance externe. Autre enseignement, la croissance est prioritaire pour les investisseurs et l’amélioration de la structure de coûts des entreprises soutenues n’a contribué qu’à hauteur de 8% à cette performance.

LE LBO FAVORISE LE CHANGEMENT DE TAILLE DES ENTREPRISES

Importance de la croissance organique sur le périmètre historique et à l’international


40% de la croissance organique provient de la hausse des ventes sur le périmètre historique, 38% de l’acquisition de nouveaux marchés à l’export, et 22% d’une extension de l’offre de produits ou de services. Le capital-transmission / LBO renforce donc le modèle économique des entreprises sur les marchés existants et le développe à l’international.

Forte augmentation des effectifs et création d’emplois sur le périmètre historique

Les effectifs cumulés des entreprises étudiées ont augmenté de 39% (en net des entrées et des sorties de personnel) durant la période de détention par les fonds, qui a été en moyenne de 5 ans et 8 mois, soit une croissance moyenne de +6,0% par an. 4 nouveaux emplois sur 10 ont été créés sur le périmètre historique et 6 via des opérations de croissance externe après déduction des cessions de filiales opérées dans la période. Le capital-transmission / LBO permet aux entreprises de franchir de nouveaux paliers en terme de taille, tant sur le plan de l’activité que des effectifs.

LE LBO DONNE LES MOYENS D’INVESTIR DANS L’AVENIR

Développement et maintien des programmes d’investissement

Les entreprises concernées par des programmes d’investissement ont massivement continué à investir dans leur projet de développement. Dans plus de 9 cas sur 10 elles ont augmenté (59%) ou maintenu (37%) leur niveau d’investissement corporel (Capital Expenditure), et la totalité d’entre elles ont accru (62%) ou stabilisé (38%) leurs dépenses en recherche et développement.
Les fonds continuent à investir dans le potentiel de croissance des entreprises qu’ils financent. C’est d’autant plus naturel que ce potentiel de croissance est la clé de la valorisation de l’entreprise à sa revente.

Le poids de la dette dans la performance de l’investissement est marginal

Le désendettement financier a peu pesé dans la création de valeur (avec seulement 17% de la variation totale de la valeur des fonds propres). En effet, les fonds de capital-transmission / LBO privilégient le réinvestissement des profits dans des projets de croissance, plutôt que dans des distributions de dividendes ou le remboursement de la dette. De facto, le financement de la croissance des entreprises améliore leur capacité à assumer leurs obligations financières et allège le poids relatif de leur dette.

Grâce à la croissance des entreprises accompagnées, le poids moyen de la dette financière des entreprises de l’échantillon a été réduit de près de moitié (-42%) sur la période. Ainsi la dette financière rapportée à l’excédent brut d’exploitation global (EBE) est passée de 4,4x l’EBE en début de période de détention à 2,5x l’EBE en fin de période. Une évolution qui s’explique avant tout par la croissance de la taille des entreprises étudiées.

LE LBO SE FAIT AVEC L’ADHESION DES SALARIES

L’intérêt des opérations de capital-transmission / LBO est reconnu par tous, y compris par les salariés qui leur réservent un accueil favorable

Dans plus de 95% des cas, les comités d’entreprise ont rendu un avis favorable aux opérations de rachat, à l’entrée (96%) comme à la sortie (98%) des fonds de capital-transmission / LBO. Ces opérations de capital-transmission / LBO se sont donc réalisées avec l’adhésion préalable des salariés.

L’étude « Création de valeur dans les PME et ETI françaises accompagnées par les acteurs du capital-transmission français » est disponible sur les sites : www.afic.asso.fr et www.ey.com et auprès des contacts presse AFIC et EY.

A PROPOS DE L’AFIC
L’AFIC regroupe la quasi-totalité des équipes de capital-investissement actives en France et compte à ce titre plus de 280 membres actifs. A travers sa mission de déontologie, de contrôle et de développement de pratiques de place elle figure au rang des deux associations reconnues par l’AMF et dont l’adhésion constitue pour les sociétés de gestion une des conditions d’agrément. C’est la seule association professionnelle spécialisée sur le métier du capital-investissement. Promouvoir la place et le rôle du capital-investissement, participer activement à son développement en fédérant l’ensemble de la profession et établir les meilleures pratiques, méthodes et outils pour un exercice professionnel et responsable du métier d’actionnaire figurent parmi les priorités de l’AFIC.

A PROPOS DE EY EY | Audit | Conseil | Fiscalité & Droit | Transactions
EY est un des leaders mondiaux de l’audit, du conseil, de la fiscalité et du droit, des transactions. Partout dans le monde, notre expertise et la qualité de nos services contribuent à créer les conditions de la confiance dans l’économie et les marchés financiers. Nous faisons grandir les talents afin qu’ensemble, ils accompagnent les organisations vers une croissance pérenne. C’est ainsi que nous jouons un rôle actif dans la construction d’un monde plus juste et plus équilibré pour nos équipes, nos clients et la société dans son ensemble. EY désigne l’organisation mondiale et peut faire référence à l’un ou plusieurs des membres d’Ernst & Young Global Limited, dont chacun est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société britannique à responsabilité limitée par garantie, ne fournit pas de prestations aux clients.
www.ey.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 18 Avril 2016
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News