Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Quand l’analyse de contenu multimédia permet de lutter contre la fraude à l’assurance


Par Julien Haguenauer, Consultant Senior Banque & Assurance, Lexmark France.




Certains analystes estiment que la fraude à l’assurance coûte en moyenne 60 milliards de dollars par an. Il existe cependant des moyens qui permettent de réduire proactivement le nombre de ces fraudes au sein des entreprises. Face à des menaces criminelles de plus en plus sophistiquées, les entreprises ont plus que jamais besoin de disposer de solutions intelligentes pour détecter et prévenir rapidement tout risque de fraude.

Les assureurs, notamment, mesurent aujourd’hui le potentiel que peuvent représenter les contenus multimédia (vidéos, photos, réseaux sociaux, etc.) dans la lutte contre la fraude. Grâce à eux, ils peuvent identifier des relations ou transactions de données inhabituelles, pouvant être le signe d’une activité frauduleuse.

Cependant, la gestion et l’analyse de tels contenus riches, à la fois volumineux et hétérogènes, peuvent s’avérer très complexes. Le challenge réside dans le fait de pouvoir délivrer la bonne information, à la bonne personne, au bon moment et via le bon canal.

Prenons l’exemple de Pinnacol Assurance. L’assureur américain utilise avec succès une technologie visant à simplifier son processus de capture de données, de stockage et de gestion des fichiers multimédias. L’entreprise spécialisée dans les sinistres liés à la main d’œuvre et aux accidents du travail, a ainsi pu rationaliser l’ensemble de ses processus internes. Dorénavant, les enquêtes intègrent des contenus multimédia, y compris des photos et de vidéos – qui peuvent être prises directement sur un chantier de construction- permettant d’obtenir plus rapidement les éléments nécessaires pour identifier les fraudes.

Pour utiliser ces contenus multimédia de manière à ce qu’ils apportent une réelle valeur ajoutée, les assureurs doivent faire évoluer leurs systèmes de gestion de contenu d’entreprise. Afin de pouvoir intégrer les fichiers multimédias dans les processus de gestion des sinistres, il est nécessaire de procéder à l’indexation, la classification et l’extraction des données.

Outre l’optimisation des processus qui en découlent, ceci permet – dans le cadre de la fraude – de mieux identifier les collusions, les redondances suspicieuses, et les déclarations frauduleuses.

Au final, chaque euro perdu impacte l’ensemble des clients de l’assureur et augmentent les primes qu’ils doivent verser. L’investissement initial dans ces nouvelles technologies pour lutter contre la fraude, qui peut peser jusqu’à 5 % du chiffre d’affaires, permet de dégager un ROI très rapide avec des gains très concrets pour les compagnies d’assurance.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 23 Septembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs