Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Publication du rapport de la Commission Vickers


La Commission Vickers a publié hier son rapport final, recommandant la séparation des banques d’affaires de celles destinées aux particuliers, afin d’éviter un nouveau plongeon des banques.




Cette mesure de taille, laisse envisager des bouleversements énormes dans le secteur bancaire.

Philip Booth, Professeur expert en Assurance et Management des risques à la Cass Business School de Londres, et ayant travaillé à la Banque d’Angleterre, réagit à la publication de ce rapport et à ses implications :

« La Commission sur les banques systémiques, a raison de chercher des moyens de garantir aux contribuables qu’ils ne payeront pas les erreurs des banques. D’un autre côté, la législation récente conjointement aux développements en cours dans l’UE traitera ces problèmes d’une façon bien plus efficace que ce que propose la Commission. La clé de la réforme bancaire doit être les procédures de résolution ; elles doivent garantir que les failles des banques seront réparables. Les propositions du rapport Vickers en faveur de restrictions générales des opérations bancaires de détail et d’investissement ne contribuent pas à atteindre cet objectif (…)

Durant le Glass-Steagall Act aux Etats-Unis (séparant au sein des institutions bancaires, les activités de dépôt des activités plus risquées menées par les banques d'affaires), il y eut d’énormes erreurs dans la séparation du secteur de détail et d’affaire, ce qui a mené le gouvernement à secourir les banques et le développement de la mentalité du « Trop Grand pour Faillir ». De fait, les évènements du récent crash ont été provoqués par des échecs distincts dans la banque de détail et dans la banque d’investissement. Une séparation artificielle ne rendra aucun de ces deux secteurs plus sûrs et personne ne veut d’un secteur bancaire pour les particuliers si fortement capitalisé qu’aucune banque n’échoue jamais.

Le rapport Vickers s’avère décevant à d’autres égards. Il aborde en détail les effets indésirables de la discrimination sur les taxes versus l’équité financière mais ne fait aucune autre recommandation que davantage de régulation des capitaux propres des banques.

Le gouvernement britannique semble accueillir positivement ce rapport. Il devrait y répondre immédiatement en abolissant la taxe sur les banques, la justification de cela étant le coût que la défaillance

Philip Booth

Mardi 20 Septembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs