Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Professions Comptables, quel avenir à 10 ans ? Pénurie ou surpopulation ?


Au premier trimestre 2011, l’Académie des Sciences Comptables et Financières et Robert Half International France, cabinet de recrutement spécialisé en Finance et Comptabilité ont organisé une conférence réunissant un collège d’experts pour tenter de répondre à cette problématique. Quel est l’avenir de la filière comptable à l’horizon 2020 ? La profession va-t-elle vers une pénurie ou une surpopulation ?




Les changements importants de l'environnement normatif et la révolution des systèmes d'informations comptables et financières au cours de la dernière décennie ont eu un impact certain sur les profils et les métiers de la comptabilité. Bénéficiant d’une image d’experts, les professionnels des métiers comptables font face aujourd’hui à un marché du recrutement contrasté, notamment entre grands groupes, PME et cabinets d’expertise comptable.


Les ressources comptables recherchées et disponibles ne seront plus les mêmes d’ici à 2020

Au sein des grands groupes, une révolution est clairement engagée depuis 5 ans avec la création de CSP (Centres de Services Partagés). L’implication grandissante des systèmes d’information et de communication et l’adaptation à l’évolution des normes en vigueur font évoluer à grand train les directions comptables. Les effectifs dédiés à la comptabilité transactionnelle vont significativement baisser voire disparaître dans ces grands groupes.

Au sein des ces grandes organisations, 85% des comptables se consacrent à la comptabilité transactionnelle, qui tendra à se réduire significativement, voire à disparaître. L’évolution se fera davantage vers la maîtrise de l’outil et la gestion des flux. Les Directions des Ressources Humaines, à l’instar de celles de quelques grands groupes, doivent anticiper ces évolutions et mettre en place de nouvelles stratégies visant à former et fidéliser ces populations souvent négligées auparavant.

La situation est toute autre dans les PME, constituant la majorité du tissu entrepreneurial français, qui emploient un ou plusieurs comptables. Au sein des PME, la comptabilité « traditionnelle » a encore de belles heures devant elle. Les profils comptables concernés montent en expertise alors que le contenu de leurs fonctions reste « traditionnel ». Toutefois, dans les 10 prochaines années, hormis l’émergence d’outils ou l’application de nouvelles normes, les PME ne connaîtront pas la même (r)évolution que les grandes organisations.
Les PME assurent un avenir plutôt ensoleillé à la filière comptable. En effet, compte tenu de leur taille, ces entreprises proposent à leurs comptables un travail extrêmement complet et varié. C’est clairement une fonction stratégique au sein de ce type d’organisation.

Du côté des cabinets d’expertise comptable, les seuls bémols sont la fidélisation des collaborateurs (certains d’entre eux y font leurs premières armes pour mieux rejoindre le monde de l’entreprise) et le vieillissement de la population. Force est de constater que l’évolution de la pyramide des âges observée ne semble pas pouvoir être compensée par le niveau de jeunes diplômés arrivant sur le marché car seuls 50% des diplômés rejoignent effectivement un cabinet d’expertise comptable.

Une formation adaptée aux enjeux de demain conjuguée à un regain d’intérêt pour la profession

Les programmes académiques de la formation de la filière comptable dans le monde universitaire montrent qu’ils ne peuvent pas changer aussi vite que l’environnement normatif voire économique. Cependant, il apparaît que les promotions bénéficiant du diplôme d’expertise comptable tiennent plutôt compte des mutations de ce monde. Le relais est pris également par les entreprises pour former en continu les collaborateurs, notamment sur la maîtrise des nouveaux outils.

L’actualité des grands scandales financiers comme l’affaire Enron a eu paradoxalement un impact positif sur la filière comptabilité, particulièrement auprès des jeunes diplômés des grandes écoles de commerce.
Ce regain d’image intervient en parallèle au sein des entreprises : les dirigeants d’entreprises ont repris conscience de l’enjeu stratégique que représente la comptabilité.

Recrutement : la population comptable ne connaît pas la crise

Les professionnels des métiers comptables ne connaissent pas la crise quel que soit le contexte économique. En effet, depuis la crise, les volumes d’offres n’ont pas baissé et sont équivalents à ceux des années fastes. Les rémunérations (fixe + variable) ont également bien ‘résisté’.

Alors qu’elles voient de plus en plus dans leurs comptables de véritables business partners, les entreprises en ont une meilleure image tout en nourrissant des attentes renforcées. Auparavant, les sociétés prenaient traditionnellement et principalement en compte un socle de formation référent, une expérience (les profils ayant travaillé dans un cabinet d’expertise comptable sont particulièrement appréciés), la maîtrise des systèmes d’information, la connaissance des normes, la maîtrise de l’anglais, notamment pour les postes impliquant un volet management) et enfin de la rigueur, de la méthodologie et de l’organisation. A ces critères s’ajoutent désormais une exigence forte en capacités d’analyse et d’anticipation, une polyvalence technique de plus en plus large, des talents de communication et la capacité à animer une équipe et/ou un projet.

Face aux entreprises, se trouvent des candidats que le nom d’une société ne suffit plus à attirer... Ces profils, au-delà d’un contenu de poste intéressant, recherchent de réelles perspectives d’évolution (1/3 des candidats reçus par notre cabinet déclarent être en recherche d’emploi ou à l’écoute du marché par manque de perspectives au sein de leurs entreprises actuelles) ainsi qu’un emploi/une fonction leur permettant de gérer une mission du début à la fin (la parcellisation des tâches nuit à l’attractivité).

Tout ceci doit être observé à l’aune de la montée en puissance des CSP. Bien entendu, ceux-ci offrent potentiellement plus d’évolution de carrière. Mais il y a peu d’élus appelés à diriger ces équipes. Certains éléments peuvent également se sentir perdus dans de telles organisations qui ont rarement taille humaine et souvent régissent leurs équipes en scindant très strictement chaque tâche.

PME et cabinets d’experts-comptables, des employeurs stratégiques à l’avenir

Compte tenu des évolutions démographiques, le nombre de jeunes diplômés exerçant en cabinets d’expertise comptable ne suffira pas à remplacer les experts comptables issus de la génération du Baby-Boom.

Fabrice Coudray, Directeur de Robert Half International France

A propos du groupe Robert Half :
- Fondé en 1948,
- Leader mondial du recrutement temporaire et permanent spécialisé,
- Coté à la Bourse de New York,
- Implanté en France depuis 1989,
- Intervient sur tous les métiers de la finance, de la comptabilité, de la banque, de l’assurance, du juridique et fiscal ainsi que de l’assistanat et du secrétariat,
- Présent à Paris, La Défense, Versailles, Saint-Denis, Massy, Lyon, Nantes, Lille et Aix-en-Provence,
- Compte plus de 360 bureaux dans le monde (Etats-Unis, Canada, Europe, Australie, Asie, Nouvelle-Zélande)

Robert Half International a été élue entreprise où il fait bon travailler par Best Workplaces édition 2011.

www.roberthalf.fr

Mercredi 6 Avril 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs