Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Pressions sur la LME : sauvons l’esprit de la Loi ! (AFDCC)


La LME (Loi de Modernisation de l’Economie) a été publiée au journal officiel du 4 Août 2008 et traite notamment des délais de paiement. Elle est applicable dès le 1er Janvier 2009. C’est une avancée considérable pour les entreprises qui pourront désormais s’abriter derrière la loi pour se prémunir des rapports de force dans les négociations commerciales ! C’est aussi une aubaine pour environ 90% des entreprises qui vont bénéficier de ces nouvelles mesures et améliorer ainsi leurs trésoreries du fait de délais de règlement plus courts.




Pressions sur la LME : sauvons l’esprit de la Loi ! (AFDCC)
Qui dit amélioration de trésorerie dit amélioration de la compétitivité des entreprises: c’était un objectif du gouvernement ! Qui dit baisse des délais de paiement dit aussi diminution de l’exposition aux risques : c’est un objectif que les entreprises poursuivent depuis de nombreuses années car elles ne veulent plus subir la défaillance de leurs clients ou de leurs fournisseurs et son lot de difficultés en cascades.

En cette période économique particulièrement délicate, il ne faut pas sous-estimer les difficultés que les entreprises vont devoir surmonter pendant les mois à venir pour passer de la situation actuelle (avec des délais relativement longs et non homogènes entre grandes entreprises et PME) à la nouvelle configuration dont tout le monde s’accorde à dire qu’elle est plus vertueuse. Certaines d’entre elles vont même devoir trouver des financements transitoires !

Aussi Mesdames et Messieurs qui nous gouvernez, ne reculez pas devant les difficultés, n’écoutez pas tous les lobbies qui vont vous demander autant de reports et d’exceptions qu’il y a de cas particuliers, n’annulez pas et ne différez pas l’application de cette Loi !

L’AFDCC rappelle, comme elle l’avait fait lors des auditions préalables aux débats parlementaires à l’Assemblée et au Sénat, que toutes dérogations ont un effet pédagogique contraire au but recherché et qu’elles complexifient la mise en place des mesures de réduction des délais de paiement là où il n’y a pas de dérogation.
Les dérogations qui recevront malgré tout un avis favorable du conseil de la concurrence avant le 1er Mars 2009, vont créer une discrimination qui ne pourrait se comprendre que pour les secteurs à forte saisonnalité.

L’AFDCC avait proposé que soient mis en place des financements des cycles d’exploitation des entreprises avec la garantie de l’état, au lieu des dérogations.

Voici un nouveau produit bancaire que les établissements financiers pourraient développer dans cette période de ralentissement économique !

Depuis le Moyen âge les commerçants ont fait du financement sans le savoir par le jeu des délais de paiement interentreprises. Aujourd’hui les choses sont claires, ce financement là n’est plus possible, sauf si la volonté des entreprises est de se payer plus vite entre elles.

Jean Louis DAVID
Secrétaire Général AFDCC


L’Association Française des Credit Managers et Conseils en quelques mots :
L'AFDCC est une association professionnelle spécialisée dans la gestion du risque client qui fédère près de 1000 entreprises en France. La richesse de son réseau, les partenaires et les Consultants agréés qu’elle compte parmi ses membres lui permettent d’aider toutes les entreprises. Elle informe ses membres via son site Internet, son magazine trimestriel Fonction Credit Magazine et ses publications mensuelles. L'Association organise également chaque mois des manifestations à Paris et en région sur des thèmes liés à l'optimisation de la relation financière client. Son offre formation lui permet d'accompagner tous les professionnels de la finance.

Contact :
AFDCC - 11 rue du Chevalier de Saint George - 75008 Paris
Tel : 01 40 20 95 74
Fax : 01 42 97 50 64
contact@afdcc.com
www.afdcc.com

Formations AFDCC :
REUSSIR L’APPLICATION DE LA LOI SUR LES DELAIS DE PAIEMENT
LES DELAIS DE PAIEMENT DANS LA LOI DE MODERNISATION DE L’ECONOMIE : CONTENU ET EFFETS
Le 24 octobre à Paris et le 27 octobre à Lyon

Documents téléchargeables ci-dessous

reussir_l\_application_de_la_nouvelle_loi_des_delais_de_paiement_a_lyon.doc REUSSIR L'APPLICATION DE LA NOUVELLE LOI DES DELAIS DE PAIEMENT A LYON.doc  (544.5 Ko)
reussir_l\_application_de_la_nouvelle_loi_des_delais_de_paiement.doc REUSSIR L'APPLICATION DE LA NOUVELLE LOI DES DELAIS DE PAIEMENT.doc  (544.5 Ko)


Lundi 13 Octobre 2008
Notez




DISCUSS / DISCUTER

1.Posté par GRIGLIATTI GEORGES CABINET AGIMA le 20/10/2008 08:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


J'abonde sans aucun doute dans le sens de l'AFDCC et je partage sa position.
Plusieurs observations:
1) Que les banquiers jouent leur rôle de financement de l'économie en finançant le cycle d'exploitation et le BFR par par tous les produits à disposition(crédit global d'exploitation, découvert bancaire, escompte , loi Dailly, affacturage...). C'est aussi leur fonction première !!!
Le gouvernement a dégagé 22Miliiards d'euros pour aider les PME . Qu'OSEO joue également son rôle de soutien au tissu de PME TPE!!
2) Pour les créateurs d'entreprises , il faut arrêter de se 'gargariser' avec la SARL à un € et la liberté à tout va de la création et ces effets de 'manche ' ou ces opérations de' marketing politique' ,Elles ne confortent pas les créateurs dans la constitution de fonds propres.et surtout ces' nouveaux' créateurs ne prennent aucun risque financier
A mon avis , il faut impérativement qu'à la création d'une entreprise , la structure ait à sa disposition les fonds suffisants pour assurer un fonds de roulement optimum c'est à dire , avoir à sa disposition des capitaux suffisants pour assurer le décalage dans le temps entre décaissement et encaissement .
3) Il faut faire en sorte de réduire de manière notable , le taux de sinistralité des affaires inférieures à 9 salariés (93% des procédures collectives sont le fait de ce type d'entreprises) qui est un mal typiquement français( plus de contraintes à la création, certificat ou capacité de gestion des créateurs, apports de capitaux indispensables au bon démarrage de l'entreprise, des critères à l'installation ou la création plus contraignant)
4) Il faut que l'Etat et les collectivités territoriales donnent l'exemple et respectent les délais de paiement légaux
Notre Pays a 'encore' les moyens financiers et surtout les moyens intellectuels (innovation, ingénierie financière) pour trouver des solutions afin de permettre une bonne application de la LME pour les PME et les TPE

Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News