Premier Panorama Secteurs de Coface


2/3 des secteurs d'activité porteurs de risques.




Premier Panorama Secteurs de Coface
Le « Panorama Secteurs », nouvelle publication économique trimestrielle de Coface, évalue les risques sectoriels dans le monde. L’économie mondiale est ainsi analysée au travers de 14 secteurs d’activité dans trois grandes régions : Asie émergente, Amérique du Nord et Union européenne à quinze. L’analyse s’appuie sur trois indicateurs originaux - dynamisme du chiffre d'affaires, robustesse financière et risque de crédit - développés par les économistes de Coface et tirés de l’expérience de paiement des entreprises enregistrée et analysée par ses arbitres.

Au niveau mondial, le risque de crédit varie sensiblement selon le secteur d'activité :
- Pharmacie, énergie et transport résistent ;
- Agroalimentaire, automobile et électronique sont à surveiller ;
- Construction, métallurgie et distribution sont fragiles et exposés à un risque de crédit élevé.

Focus: la sidérurgie chinoise connaît des perspectives favorables mais elle est fragile à court terme


« La mondialisation impose une vision sectorielle qui dépasse les logiques pays et prend en compte les stratégies des entreprises d’une même filière, les contraintes de coûts liés aux évolutions de matières premières, les mutations technologiques auxquelles s’adapter, le déplacement de la demande vers les pays émergents… Pour un assureur-crédit, dans la crise actuelle, repérer et comprendre les tendances sectorielles, c’est mieux connaître et prévenir les risques. L’analyse de cette logique proprement sectorielle, par les experts de Coface, enrichit nos évaluations des entreprises et tout simplement notre capacité à garantir les transactions », commente Jean-Marc Pillu, directeur général du groupe Coface.

Premier Panorama Secteurs de Coface

Les secteurs regroupés en trois catégories selon le niveau de risque

Pénalisés par le ralentissement économique mondial et une progression moins dynamique du commerce international, de nombreux secteurs d'activité étudiés se trouvent aujourd'hui menacés. L'expérience de Coface montre que le risque de crédit moyen des entreprises n'épargne que peu de secteurs.

- Les secteurs « résistants »
La pharmacie a bénéficié d’une hausse des dépenses de santé. L’énergie profite de à sa capacité à générer du cash flow. Le transport, maritime et aérien, quoique moins robuste sur le plan financier, affiche un risque de crédit modéré en raison d'une politique de risques maîtrisée.

- Les secteurs « à surveiller »
L’agroalimentaire, l'automobile et l'électronique sont considérés comme risqués par les experts de Coface. Si l'industrie agroalimentaire et l'automobile réagissent différemment selon les zones géographiques, l'électronique est victime à la fois du ralentissement économique chinois et de la récession européenne.

- Les secteurs « fragiles »
Les perspectives sont particulièrement sombres pour trois secteurs d'activité: construction, métallurgie et distribution. Les incidents de paiement sont fréquents et témoignent d'un risque important, notamment, en Europe du Sud. La construction est, par nature, très vulnérable à la conjoncture des régions. Si aux Etats-Unis on peut s’attendre à une légère reprise de l’activité, en Europe, les difficultés économiques continuent de peser sur les ménages et les institutions publiques qui limitent leurs investissements, sans espoir de reprise immédiate. En Chine des mesures ont été prises pour dégonfler la bulle immobilière. Le cas de la distribution est différent : alors que la sinistralité y évolue positivement, le secteur souffre surtout des contraintes qui pèsent sur la consommation des ménages dans les pays avancés.

La sidérurgie chinoise : un assainissement en cours, porteur de risques à court terme

Le secteur de la sidérurgie est emblématique du basculement de la demande et de l’offre vers les pays émergents. En dix ans, on a observé un transfert de la production d'acier de l'Europe vers l'Asie, représentant aujourd'hui 65% de la production mondiale. Parallèlement, la demande de l'acier s'est déplacée aussi vers les émergents alors que la demande européenne a nettement reculé. L’acier a, en effet, comme principaux débouchés l'automobile à hauteur de 50% et la construction à hauteur de 12%, deux secteurs en difficultés en Europe.

La Chine, désormais le principal producteur et consommateur d'acier, a vu sa filière sidérurgique touchée par la contraction de l'activité du pays et celle de ses principaux partenaires commerciaux, ce qui se traduit par des tensions financières. En effet, la sidérurgie chinoise est caractérisée par des surcapacités favorisées par la présence de milliers de producteurs. Dès lors, les entreprises sont fragiles face au ralentissement en cours. La restructuration de la filière, pilotée par les autorités chinoises, cherche à engager une montée en gamme afin de consolider la place prépondérante du pays dans l’acier mondial. Selon Coface, si ce processus de restructuration pourrait, à court terme, faire de nombreuses victimes parmi les acteurs non viables, à plus long terme, il permettra un renforcement du tissu des entreprises sidérurgiques chinoises.


Coface

Téléchargez l'étude ci-dessous (PDF 12 pages en français).

panorama_secteurs_decembre_2012_fr_final_mini.pdf Panorama Secteurs Decembre 2012-FR FINAL mini.pdf  (264.49 Ko)


Jeudi 20 Décembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Finyear magazine


L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Finyear évènements


Finyear livres Blancs



Finyear lettres métiers