Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Pourquoi les investisseurs étrangers injectent des capitaux dans les startups françaises ? Eclairage


Le dernier baromètre du cabinet Ernst & Young le 27 mai dernier a mis en évidence la forte attraction des investisseurs étrangers pour notre pays, avec plus de 600 projets en cours.




Antoine Baschiera
Antoine Baschiera
L’écosystème startup français en est très impacté. Ce nouvel Eldorado pour qui veut investir tient à la perpétuelle pression fiscale et à la baisse des rendements des produits financiers classiques. Deux des principales raisons qui poussent les investisseurs étrangers à s’aventurer dans le capital risque, avec l’espoir d’y dénicher des pépites hors de leurs frontières…

Antoine Baschiera, co-fondateur de l’unique agence de notation de startups, Early Metrics, explique cette augmentation de 18% par 3 facteurs :

« Les ingénieurs français redorent l’image de l’économie française. Leaders de la performance, de l’innovation et partenaires stratégiques, leurs compétences techniques (issues d’un système éducatif efficace) font d’eux, surtout en robotique, drones et logiciels, des acteurs pertinents. Ils sont adaptables, ont une agilité intellectuelle et une précision des savoirs acquis qui rassurent les investisseurs et séduisent de plus en plus. Nos ambassadeurs à l’étranger travaillent également dans ce sens. »

Il ajoute : « Concernant l’univers startup, le paysage de l’investissement français est bien moins concurrentiel qu’aux USA. Une société au même stade de développement à Paris versus à San Francisco n’est pas valorisée de la même manière. La boite US aura une valorisation 3 à 10 fois supérieure et constituera donc un investissement moins rentable à la sortie. Tous les investisseurs US vous diront qu’il est plus intéressant d’injecter des fonds en France que sur la Côte Ouest, pour qu’ils trouvent la pépite qui leur convient. »

Il conclut : « Il ne faut pas oublier non plus que l’accès au financement est très difficile en France pour les entrepreneurs. Outre cette accès aux fonds, le marché national français est moins profond et il est donc moins facile de trouver de nombreux early adopters pour essayer et acheter un nouveau produit / service. Le capital de départ est souvent mieux utilisé, la startup française se structure plus tôt, a très vite besoin de s’exporter pour récolter des fonds et faire du chiffre. Lorsque le cap du développement en France est passé, les investisseurs étrangers mise donc sur l’accélération plus que sur la structuration : ils investissent dans une startup presque devenue « une valeur sûre ».

Compétences techniques, ingénieurs qualifiés et innovants, valorisations moindres et efficacité du capital sont les clés du succès des startups françaises pour obtenir le soutien d’investisseurs étrangers.

À Propos d’Early Metrics
Fondée par Antoine Baschiera et Sébastien Paillet, Early Metrics se positionne comme la 1ère agence de notation des startups. Elle propose une nouvelle approche de notation, globale et adaptée aux startups. Les clients investisseurs acquièrent un service de détection et de notation quand la startup est simplement un sujet d’étude ne payant pas pour sa notation (ni fixe ni intéressement sur une éventuelle levée de fonds).
Pour les investisseurs privés et institutionnels, Early Metrics prospecte puis évalue des projets cohérents avec leurs attentes en terme de maturité ou de secteur d’activité. Le client reçoit chaque mois un bulletin de veille de startups en phase avec ses critères ainsi que les rapports de notation associés. La méthode de notation, appliquée sur plus de 100 startups à ce jour, a déjà permis de détecter quelques pépites.
www.earlymetrics.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Jeudi 4 Juin 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News