Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau


Avec chaque plan de relance, le gouvernement américain creuse le déficit public. En plus de la crise économique qui touche pays, cela devrait affaiblir le dollar, du moins en théorie.




Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau
Mais il n’en est rien !

Pourquoi ?

Les investisseurs américains liquident leurs actifs étrangers

Les investisseurs américains liquident les actifs risqués qu’ils possèdent à l‘étranger et ce, plus rapidement qu’ils ne liquident leurs investissements risqués sur le marché national.

La demande étrangère pour les obligations et les actions d’entreprises américaines reste très faible. Ainsi, les étrangers n’engendrent pas les flux de capitaux nécessaires pour soutenir le dollar en se portant acquéreurs d’actifs US.

Sur les trois derniers mois pour lesquels nous avons les données (octobre à décembre 2008), les ventes d’actifs étrangers par les Américains ont engendré un flux de près de 100 milliards de dollars.

Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau

Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau
Très forte demande pour les bons du trésor américain

Et puis il y a toujours cette forte demande mondiale pour les bons du trésor américain, les fameux “t-bonds”, par les banques centrales et les investisseurs individuels. La demande a littéralement explosé avec la crise, et cela a provoqué une quasi pénurie de dollars chez les investisseurs privés. C’est aussi le résultat de l’aversion des banques centrales envers tout ce qui fleure le risque de crédit.

Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau

Une économie US qui ralentit …

… profite au dollar !

Pourquoi le dollar reste-t-il fort malgré la crise ? par Laurent Curau

Cela peut paraître un peu contre-intuitif au premier abord, mais cela devient évident quand on y pense un peu.

L‘économie américaine est gourmande en importations. Quand l‘économie US ralentit, le niveau des importations baisse. Résultat : le déficit de la balance commerciale se résorbe et … renforce le dollar. Par extension, on peut donc s’attendre à ce que le dollar rechute au fur et à mesure que l‘économie américaine reprend des couleurs.

La fin de l’effet de levier : le “deleveraging” profite au dollar

Autre effet kiss cool, le “deleveraging” ; la réduction de l’effet de levier.

Pendant longtemps, les investisseurs ont massivement emprunté dans des devises offrant de faibles taux d’intérêt, à savoir le yen et le dollar principalement. C’est le fameux “carry trade”. Cela s’est produit non seulement sur le marché des devises, mais sur aussi sur de nombreuses classes d’actifs.

Maintenant, les investisseurs réduisent la voilure en réduisant leur effet de levier. En clair, ils liquident leurs positions pour rembourser leurs emprunts, libellés en yen et … en dollar. Mécaniquement, cela crée une forte demande pour ces devises et à terme, une quasi pénurie.

Laurent Curau

www.cafedelabourse.com

Mardi 31 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News