Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Pourquoi la blockchain va universaliser le crowdlending


Par Alexandre Azoulay, président de SGH Capital et d’ORIGIN Investing.




Alexandre Azoulay
Alexandre Azoulay
Encore jeune, le secteur du crowdlending ne représente pas encore un concurrent sérieux pour le monde bancaire. Même si, à T3 2015, le cumul total des fonds levés atteignait 46 millions d’euros en France, le crowdlending ne pèse que 0,8 % sur le marché total des prêts bancaires aux entreprises. Reste qu’avec l’arrivée de technologies comme la Blockchain, les lignes devraient bouger dans les 10 prochaines années.

« En 2025, la Blockchain fera l’objet d’une adoption massive » nous rapporte une étude menée par l’entreprise conseil Accenture. Et, à en juger par les multiples esquisses d’adoption entamées ces 12 derniers mois dans le monde entier, la prédiction peut être prise au sérieux : Smart Contracts pour le droit ; sanctuarisation des registres cadastraux pour l’immobilier ; détection des contrefaçons pour l’e-Commerce ; etc. Pour le secteur du crowdlending, il s’agit probablement là du « blockchainon » manquant au bon développement de ces plateformes au potentiel immense. La chaine de blocs leur permettrait de mettre en place une automatisation robuste et surtout intangible des processus et par extension de rendre leur offre plus « liquide ». Les entreprises clientes bénéficieraient ainsi d’un service simple et rapide intégrant doté d’une évaluation fiable du risque, le tout pour des coûts transactionnels quasi nuls.

Une chaîne de valeur automatisée de A à Z

Mais cette automatisation des prêts à l’économie ne servira pas les intérêts seuls des crowdlenders. Cela va beaucoup plus loin. Sachant que dans un futur proche les bilans des entreprises seront gérés par des ERP pourvus d’une intelligence artificielle à la fois micro et macro-économique, on sait d’ores et déjà que ces mêmes progiciels de gestion assureront automatiquement l’optimisation des charges financières et des coûts de livraison, le financement des factures selon les besoins de paiement, etc. Concrètement, tous les paramètres qui influencent le compte de résultat seront interprétés et ajustés en temps réel, sur des informations internes / micro-économiques, mais aussi sur des paramètres exogènes / macro-économiques tels que l’inflation ou les indices de prix des matières premières. Il faudra cependant attendre encore quelques années avant que l’ensemble des flux d’informations relatifs aux entreprises soit immédiatement indexé et disponible au sein d’une Blockchain. Qu’elle soit publique ou privée à l’image de celle développée par le consortium R3. Par extension, on imagine sans peine que, dans une PME, le directeur financier - ou le dirigeant lui-même - sera suboptimal en termes de gestion financière et opérationnelle face à cette chaîne de valeur digitale.

TPE : Pas de Blockchain ? Pas de crowdlending !

Si le crowdlending est assurément la passerelle vers un marché financier encore difficile d’accès pour les SAP, Sage et autres outils de pilotages budgétaires, les plateformes de crowdlending actuelles restent encore trop légères face aux risques intrinsèques à leur portefeuille. Pire, au-delà de cette impossibilité de vérifier les transactions d’une PME, les plateformes actuelles font le pari du jeu statistique pour compenser une information imparfaite. On retrouve ici le même schéma appliqué aux produits financiers synthétiques immobiliers entre 2003 et 2007 aux Etats-Unis. Avec le résultat que nous connaissons… Ne perdons pas de vue que le risque réel ne disparaît jamais s’il n’est pas identifié et compensé. Bref, en attendant l’intégration de la Blockchain, les plateformes de crowdlending devront donc se limiter à des PME de tailles minimales, pour lesquelles l’évaluation du risque est possible et remettre à demain le traitement des TPE à des montants unitaires faibles.

L’humain comme simple déclencheur de décisions

En parallèle, une nouvelle génération de plateforme est déjà en développement : des plateformes hyper décentralisées sur lesquelles le scoring holistique des emprunteurs sera nourri par plusieurs centaines de points de références. L’authentification progressive par des horodateurs virtuels (Ledgers) de l’ensemble des transactions et documents économiques élimine le doute et réduit le risque. Il faut imaginer une chaîne logistique universelle dans laquelle l’humain ne fait que déclencher une décision, avant d’en être affranchi par l’intelligence artificielle. Les robots dans les usines, la logistique autonome (par drones routiers et aériens) et la virtualisation des opérations financières créent une supply chain constamment optimale. On se rapproche de la théorie libérale du marché pur et parfait, sans impact humain et également du coût marginal zéro avancé par Jérémy Rifkin. Aujourd’hui il y a encore du pain sur la planche et, comme disait Saint-Exupéry, prévoir l’avenir est une chose, mais encore faut-il se donner les moyens de le rendre possible !

A propos de SGH CAPITAL
Depuis 2011, SGH CAPITAL a commencé à investir aux Etats-Unis et en Europe dans des projets qui couvrent l’intégralité de la chaîne de valeur : digitalisation du transport routier, maritime et aérien (Fretlink, GoLorry, Milezero), émission de certificats (Accredible), analyse des datas financières (Leapyear, sigopt), ERP pour les PME cloudbased et incorporant de l’Intelligence Artificielle (InDinero, Freddelacompta), places de marché obligataires automatiques (DirectMatch).

Retrouvez tous les articles dédiés blockchain & distributed ledger technology dans votre nouveau quotidien Blockchain Daily News

Participez aux prochaines conférences Blockchain éditées par Finyear Group :
Blockchain Vision #5 + Blockchain Pitch Day #2 (20 septembre 2016)
Blockchain Hackathon #1 (fin 2016).

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation, Blockchain révolution & Digital transformation.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Blockchain Officer
- The Chief Digital Officer

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Vendredi 8 Juillet 2016
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News